Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des crèpes provenant de Jersey

    crepes5.jpg

    L's îngrédgiens:

    Eune d'mié-livre (225 grammes) d'flieu
    Deux oeufs
    Siex onches (170 grammes) d'corînthes ou d'raîsins
    Un quart'ron (110 grammes) d'chucre
    Eune pînchie d' sé
    Eune d'mié-tâssée d'lait



    L'èrchette


     Dêmêlez la flieu auve l's oeufs, les corînthes ou les raîsins, l'chucre et l'sé. Ajouôtez l'lait.

    Graîssiz l'fond d'la câssetrole, et m'ttez la à caûffer.

    M'ttez eune tchul'lée du mêlange à la fais dans la câssetrole.


    I' sont tchuites dans tchiques minnutes



    Ch't' èrchette en fait eune douzaine.


    Bouan appétit!

  • La langue normande dans une église de Jérusalem

    nouotrepethe.jpg

  • Eune êtaile dans l'Êst

    À ces sé quand i' fait niet, r'gardez l'ciel! Pouv'-ous vaie l's êtailes? Pouv'-ous vaie les constellâtions? Pouv'-ous trouver les Trais Rouais? Né v'là trais êtailes tchi lus siéthent dans eune lîngne draite dans l'ciel et tchi nos ramémouaithent les trais rouais tch'apportîtent lus présents d'or, d'myrrhe et d'enchens au p'tit êfant Jésû à Bethléhem.

    Mais tch'est qu'est chutte mystéthieuse êtaile qué j'viyons sus nos cartes dé Noué? Ou n'est mentionnée qué dans ieune des r'cits du Nouvieau Testament, et ch'est bein dû d'décider exactément tch'est qué chenna pouôrrait êt'. Véthe, ch'est sîmpliément un p'tit détail dans l'histouaithe d'la naîssance dé Jésû, mais y'a tant d'tchestchions entouor chu détail à tchi qu'les gens ont tâchi d'rêpondre avaû l's années.

    I' nos est dit dans la bouonne nouvelle s'lon Matchi qu'les mages avaient veu l'êtaile dans l'Êst. Et dans l'texte originna en Grec, il est cliai qu'i' vîtent eune êtaile tchi sé l'vit dans l'Êst – coumme les êtailes en généra. Mais, ayant veu chenna, i' décidîtent dé viagi au Vouêst à seule fîn d'trouver un nouvieau Rouai des Juis. Il' avaient c'menchi don lus viage dans la mauvaise direction – auve l'êtaile au dos!

    Nou-s'a suggéthé qu'chutte êtaile éthait peu êt' chein qu'les astronomes appellent un nova, tchi veurt dithe eune êtaile tchi sé soûffl'ye. Mais né v'chîn trais grands problièmes auve chutte théorie: preunmiéthement, les novas n'viagent pon à travèrs l'ciel; deuxièmement, les Chinnouais, les grands r'cordeurs du ciel du monde ancien, n'avaient rein r'mèrtchi d'même; et traîsièmement, les gens d'Jérusalem n'avaient rein veu d'même nitout.

    Viyant qu'les mages fûtent dgidés par l'êtaile à la Tèrre Sainte, nou-s'a suggéthé qu'ou 'tait eune conmète. Mais, acouo eune fais, coumme l'idée entouor lé nova y'a tréjous l'objection qu'ni les Chinnouais ni les gens d'Jérusalem n'avaient r'mèrtchi rein d'même.

    Matchi nos dit qu'les mages avaient explyitchi au Rouai Hérode qu'il' avaient veu eune êtaile tch'annoncit un nouvieau rouai – mais l'rouai fut oblyigi d'lus d'mander entouor l'êtaile. J'pouvons êt' seurs qu'les gens d'Jérusalem éthaient r'mèrtchi tchiquechose dé spectatchulaithe dans l'ciel coumme un nova ou eune conmète – ou bein eune neuve êtaile grande coumme un êléphant coumme nou vait sus les cartes dé Noué.

    Et pouortchi dgiâtre qu'les mages lus arrêtîtent siez l'Rouai Hérode à Jérusalem pouor d'mander des nouvelles entouor l'nouvieau rouai s'i' 'taient à siéthe eune êtaile?

    Y'en a tchi dithent qué “l'êtaile” 'tait vraînment un phénomène astrologique – eune conjonction d'êtailes ou d'plianètes. Les mages 'taient des prêtres ou tchéthaûds à Babylonne ou en Pèrse tchi liêsaient les cieux. Et nou dait ajouôter qu'Matchi n'dit pon qu'i' 'taient des rouais, ni qu'i'y'en avait trais nitout – ch'est eune crianche înspithée par les trais présents et sustout par l'or. S'nou liet la bouonne nouvelle, nou n'trouve rein d'partitchuliéthement rouoya dans l'comportement des mages siez Hérode!

    I' n'tait pon pèrmîns ès Juis d'lus întérêssi à l'astrologie, et don ch'est tout à fait pôssibl'ye qu'les mages éthaient bein caltchulé tchiquechose auve d'la sîngnificâtion pouor ieux qu'les gens d'Jérusalem n'pouvaient pon r'mèrtchi dans l'ciel. En êffet, les mages éthaient 'té poussés à parti en viage, auve lus présents, par lus caltchuls ségrets des c'mîns des veues célestes – et i' faut oublier don lé portrait dé trais rouais exotiques cachant lus chanmeaux driéthe eune ênorme êtaile tchi lit au d'ssus des palmes du d'sèrt.

    Mais auprès tout, i' s'sait pitchi d'fliantchi hors ches belles cartes dé Noué!

  • Chant de noël Normand: Ouïy'-ous la chanson dé jouaie?

    Ouïy'-ous la chanson dé jouaie?
    “Christ est né, lé Rouai des Rouais!
    Dans la paix, séyiz heutheurs!
    Dgieu a saûvé les pécheurs!”
    Lév'-ous, les nâtions d'la Tèrre,
    Chantez auve tout l'Unnivèrs;
    La natuthe a procliâmé:
    “Lé Seigneu est né aniet!”
    La natuthe a procliâmé:
    “Lé Seigneu est né aniet!”

    Christ, adouothé dans les cieux,
    Jésû Christ est not' Seigneu.
    Viyiz dans l'êtabl'ye bèrchi
    L'êfant dé la Vièrge Mathie!
    Adouothons à tout janmais
    Dgieu habilyi dans la chai
    Tch'appathaît coumme nous siez nous,
    Not' Emmanuel, not' Jésû!
    Tch'appathaît coumme nous siez nous,
    Not' Emmanuel, not' Jésû!

    Adouothons lé Prînce d'la Paix,
    Tch'apporte la Vie et la Jouaie,
    La Justice et la Santé:
    Not' Seigneu èrssuscité!
    Toute sa glouaithe il a laîssi;
    Nou n'étha pus peux d'mouothi;
    Il est né pouor nos êl'ver,
    Pouor qué j'séyons nés dèrché.
    Il est né pouor nos êl'ver,
    Pouor qué j'séyons nés dèrché.

    Lé D'si des Nâtions est v'nu
    Pouor nos offri san Salut.
    Prend ta victouaithe, Fis d'Mathie,
    Sus l'Dgiâbl'ye et san mauvaîtchi.
    Fai-nous saver tan pouvé
    En saûvant l'monde ruinné;
    Tout s'sa rêunni aniet:
    Té en nous et nous en té.
    Tout s'sa rêunni aniet:
    Té en nous et nous en té.

  • Chant de noël Normand: L'Êfant à Béthléhem

    Chutte fête dé Noué j'allons mèrtchi auve tchoeu et bouoche et yi en mémouaithe dé not' Jésû Chri: l'êfant à Béthléhem Driéthe i' laîssit l'Paradis et siez nous i' d'valit, né pouor nous dé la Vièrge Mathie: l'êfant à Béthléhem Épis les anges chantîtent ès cieux et vîntent nos dithe qu'achteu pouor nous i' fut né, not' Saûveux: l'êfant à Béthléhem Tchi grand amour, tchi sîngne dé paix qué l'Angné nos fit vaie, quand Jésû géthit dans la chai: l'êfant à Béthléhem Glouaithe à Dgieu dans les pus hauts lieux tchi règne atout bonheu; J'viyons san d'si divîn achteu: l'êfant à Béthléhem

  • Chant de Noël normand: Oh Tchi Douoche Niet

     
    podcast

    Oh tchi douoche niet! oh tchi sainte niet!
    Tout est calme, tout est bé.
    Viy'-ous la Méthe Vièrge dévant
    San pétit, chu Saint Êfant?
    Dors en paix céleste,
    Dors en paix céleste!

    Oh tchi douoche niet! oh tchi sainte niet!
    Rouais et bergers veinnent Lé vaie.
    L'air est pliein dé cantiques jouaiyeux
    Chantés par les anges ès cieux:
    Christ, not' Sauveur est né,
    Christ, not' Sauveur est né!

    Oh tchi douoche niet! oh tchi sainte niet!
    Tout est calme, tout sé tait.
    Viy'-ous ch't Êfant adouothabl'ye
    Couochi dans eune pouôrre êtabl'ye?
    Ch'est lé Fis dé Dgieu,
    Ch'est lé Fis dé Dgieu!

    Oh tchi douoche niet! oh tchi sainte niet!
    L'êtaile lit, tout est cliai.
    L'Êfant dort en paix et souôrit
    J'trouv'thons not' salut en Li:
    Christ au monde est donné,
    Christ au monde est donné!

  • Poème Normand: L'Hivé (L'Hiver)

    Ah! couosin Tom, i' fait grand frait;
    Entre bein vite, apprech' du feu;
    Là, prends un' tchaire, et assieds té:
    Ill y a longtemps qu'nou n't'avait veu.

    Je crai que d'pis la St. Michai,
    Tu n'as pon mins les pids ichin;
    N'ou n'pouorrait craire quasi d'itai
    Et d'un parent, et d'un vaisin.

    Apprech'don pus, tu t'tcheins si liain
    Pour mé je tremble, et n'sis pon tendre.
    I y era d'la nai sus terr' demain,
    Et j' crai tchi gèle à pierre fendre.

    Les grand's tcherrues sont arrêtaies;
    Nou n'peut touoné ni foui la terre,
    Et Ph'lippe me dit qu' anièt la g'laie
    Le portait dans le marais d'Saint Pierre.

    Betté, ma fille, despêche té
    Hall' nous du cidre dans la canne
    Tu es si longtemps, que pour de mé,
    A t'envier autchun bord, j'enhanne.

    Prend des buchettes dans ton d'vanté,
    Dans la conière i n'y en a pus;
    Tu n'as pon qu'faire d'aller au fraid:
    N'y en a t'i pon en d'hors de l'hus?

    Qu'nou dait bein estre r'connaissants
    D'avé du bouais pour se cauffé;
    Ah tchest qu'nou f'rait si nous 'tait sans,
    Principal'ment dans l'fonds d'l'hivé.

    I y en a bein tchi souffrent à ch't heure
    Et un grand nombre j'en sis seux
    Tchi n'ont ni pain, ni feu, ni d'meure
    L'bouon Dgieu veuille avé pitchi d'ieux.

  • Lé 21 dé Dézembre, la Saint Thonmas

    Le jour dé Saint Thomas, lé pus court et lé pus bas,
    Fai-mé vaie en m'endormant,
    Lé chein tchi sétha man galant,
    Et l'pays et la nàtion
    Où est tch'i' d'meuthe, et sa maison.
    Et san mêtchi pouor qué j'sache,
    Et pis étout qué j'vaie sa fache;
    Tch'i' sait bé
    ou tch'i' sait laid,
    Té tch'i' s'sa
    Jé l'aim'thai;
    Saint Thomas fai-mé la grâce
    Qué jé l'vaie et qué j'l'embraiche!
    Ainsi-soit-il!'

  • Chant tradi Normand: La Pêche à la Morue

    Mes amis nous faut chanter
    La pêche à la morue
    Mais pour faire ce métier-là
    Il ne faut point être las
    Il faut être hardi
    Vivre sans soucis
    Avoir du courage
    Pour faire ce voyage.

    Quand nous partons du pays
    On met à la voile
    On va de jour et de nuit
    A force de toile
    Puis on se conforme au temps
    Du bon ou du mauvais vent
    Toujours bien joyeux
    Qui chant'ra le mieux
    En filant la route
    Allons boire la goutte

    Lire la suite

  • Histoire de la Normandie: Les Prussiens à Lisieux en 1815

     par Le lieutenant-Colonel Kahn
    Commandant du Dépôt de Lisieux
    en 1915
    ~*~
    L’histoire telle que nous la lisons, telle qu’on l’enseigne aux jeunes générations, ne gagnerait-elle pas à être examinée de plus près, en indiquant pour chaque région les phases qui l’intéressent tout particulièrement ?

    Au lieu de présenter une suite de faits souvent idéalisés, tout Français ne devrait-il pas connaître les événements exacts et de nature à exalter son patriotisme et renforcer sa volonté de maintenir son pays hors du joug étranger ?

    La paix signée, la vie reprend vigoureusement son cours et les ruines accumulées par la guerre sont vite relevées. A peine aperçoit-on ça et là quelques charpentes délabrées et noircies par l’incendie. Le reste a disparu : les plaies sont pansées. On se souvient bien encore, mais le souvenir s’éteint à son tour et les générations suivantes passent sans émotion à côté des plus grandes tourmentes. Une date apprise : Austerlitz, 1805... Waterloo, 1815.... et c’est tout !

    Dans les moments actuels, quels sont ceux qui, parmi nos concitoyens, ont songé aux exactions commises par l’armée prussienne en 1815, à Lisieux et dans ses environs ? Et pourtant, c’est en libératrices, en amies, que ces hordes sont venues s’implanter chez nous, durant le dernier semestre de l’année 1815.

    Lire la suite