Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Décembe par Jean de la Py-Ouitte

    No pile les drényires poumes touot oû loung du meis
    No rouène dé counte la freid qui bâobe nous deigts

    Iâo arageuse à l'Avent
    L'hivé racachi paé à temps
    Qu'cha seit qu'i plleuve ou byin qu'i fèche biâo temps
    Janmais le mounde rest countent

    Maigraches sount les étouorniâos, de la mouojâle i trachent,
    Que cha seit sus les fries des bourgs ou byin dauns les cllos.

    Devenin paisaunt ch'est coume eun ébrai :
    No me la dounaé, d'âotes itou l'ount fait,
    Mais no deit janmais brâs en tumbaer,
    Inté eun âbre à la prémyire tempaête venin…

    L'hivé les jouornaées quemenchent tardies et abutissent byin-à-couop ;
    Mais à la partie de la Sant-Luche lé jouo creît du sâot d'eune puche…

    Cha qui vaôt la penne d'yête fait
    Vâot byin la penne d'yête byin fait !
    Annaée de nige empllit le grényi,
    Annaée sauns nige apouoryit le mounyi.

    À la saisoun de l'hivé il est bouon d'avei byin garnin
    Sen grényi, sen chelyi, sen bûchyi et sen fenin.

    Promais qué Sant-Éloué a byin freid,
    Quate meis duraunt graunde freid no-z-éra...
    Solei d'hivé tergi à se déjuqui :
    Byintôt muchi et couochi !

    Mais que la nige tumbe et que counséquente seie la freid,
    Dauns eune plenne annaée tu peus avei foué !

    À la fête à Sant-Thoumas
    Les jouors sount oû pus bas ;
    Oû jouo Sant-Sylveste
    Eun jouo de mens i reste…

    Vent qui souofflle à l'écapette à la messe de Minnyit croués'sa
    Touos les jouors et touotes les nyits de l'aun qui suura.

    Si touos les proverbes sount d'assent,
    Touot l'assent est paé dauns les proverbes !

  • Nouvembe par Alphonse Allain

    Nouvembe, ch'est lé meis du souovenin
    No flleurit les toumbes oû chimetyire.
    Toumbes dé familyis ou d'amins,
    Iyou que no rémôque eune priyire.

    Les fuules d'or dé l'arryire tumbent
    Nouvembe, ch'est lé meis des vouéties.
    Le vent souflle que no dirait des pllaintes,
    Eun caunt trisse coume eun chœu de nénies.

    Nouvembe, ch'est lé teimps de la graosse mé
    Enouormes vagues qué le vent éligue,
    Qui vyinnent éclliper sus le perret !
    Dentelles bllanches qui coueffent les digues !

    La nyit mouoju les heures de jouo,
    Jé s'souns oû pus bas dauns eun meis.
    Mais fâot byin que l'annaée fèche sen touo,
    Ampraès l'hivé vyint lé renouvé.

    Eun baté n'a paé raterri
    Sounaez le gllas pouor les péris !

  • J'i rêvaé de Thor par Alphonse Allain

    J’aperchévouns lé donjoun
    Qui sé démuche dé la breune.
    Mes houmes halent sus l’s avirouns
    Jusqu’oû pyid des deunes.

    J’i rêvaé de Thor, reide enragi.
    Gimaez, fémes, j’allouns touot ravagi !

    Nous esnéques sount à basse iâo,
    Halaez les batiâos oû sé !
    Derryire mei, touos à l’assâot !
    Assâotouns le châté !

    J’allouns tuaer, touot machacraer !
    Chauntouns, les Viquins, chauntouns !
    En avaunt, pouor nous freulaer !
    Brésillouns ! Tuouns !

    Mei, Lodbrog, jé vyins du Nord.
    Mes houmes, des loups qu’ount paé poue !
    écoutaez nous caunts de mort.
    J’allouns vous tuaer touos !

  • Démonstration de la Muidsienne Country le 25 novembre 2011

  • Cuisine de Normandie: Camembert sous la cendre

    Faites un feu dans votre cheminée de façon à avoir des braises. Ôtez le papier d'emballage d'un camembert au lait cru et remettez-le dans sa boîte en bois.

     

    Placez-le tout sous la cendre et laissez fondre 10 minutes, retirez prudemment, ouvrez et découpez le dessus du camembert, servez avec des mouillettes de baguette fraîche et du cidre sec.

     

    Pour ceux qui ne possèdent pas de cheminée, vous pouvez envelopper le camembert dans un papier d'aluminium et le faire fondre 15 minutes au four à t°7

  • Impressions de voyage de Théophile Gautier à Bayeux.

    source: « Quand on voyage » de Théophile Gautier. 

     

    « Nous voici donc errant par les rues de Bayeux. L'aspect de la ville, même dans ce moment d'animation insolite, avait quelque chose de tranquille, de reposé, d'ecclésiastique, tranchons le mot. L'ombre de la cathédrale s'étend sur les maisons; les rues sont propres, silencieuses, presque désertes et sous le sable répandu pour la fête pointe l'herbe, encadrement des pavés. C'est une chose rare que de voir une ville paisiblement regroupée autour de sa cathédrale, sans cheminées d'usine, mêlées aux clochetons et s'étirant les bras dans ce doux ennui provençal qui n'est pas sans charme et qui laisse du moins de longues heures à la rêverie. »

  • Cuisine de Normandie: Tarte au Camembert

    Ingrédients:

    • 250g de farine

    • 125 g de beurre

    • eau, sel

    • 1 camembert

    • 4 oeufs

    • ½ de crème fraîche

    • sel et poivre

     

     

    Préparation

     

    faire une pâte brisée. La laisser reposer au frais.

    Étendre la pâte au rouleau, puis la mettre dans un moule beurré et fariné . Piquer le fond avec une fourchette.

     

    Battre les oeufs, ajouter la crème, le sel et le poivre.

     

    Gratter un peu la croûte de camembert. Couper des portions que l'on dispose sur la pâte.

    Recouvrir avec la préparation. Cuire à four bien chaud pendant 1 heure.

  • Granville inspire Victor Hugo

    Les vagues font la musique

    Des vers que les arbres font.

    Toute la nature sombre

    Verse un mystérieux jour;

    L'âme qui rêve a plus d'ombre

    Et la fleur a plus d'amour.

    L'herbe éclate en pâquerettes;

    Les parfums, qu'on croit muets,

    Content les peines secrètes

    Des liserons aux bleuets.

    Les petites ailes blanches

    Sur les eaux et les sillons

    S'abattent en avalanches;

    Il neige des papillons.

    Et sur la mer, qui reflète

    L'aube au sourire d'émail,

    La bruyère violette

    Met au vieux mont un camail;

    Afin qu'il puisse, à l'abîme

    Q'uil contient et qu'il bénit,

    Dire sa messe sublime

    Sous sa mitre de granit.

     

    Victor Hugo: Les Contemplations- Aurore écrit à Granville, juin 1836.

  • Eglises du Bessin

     

    Le Bessin et la Plaine de Caen sont les pays les plus riches en belles églises. Beaucoup possèdent ces hauts clochers normands qui les signalent loin à la ronde.

     

    À Secqueville-en-Bessin, qui n'est qu'un petit village, une flèche de pierre monte jusqu'à cinquante mètres, prenant son départ d'une tour de style Roman à trois étages d'arcatures. La nef datant du XI ème siècle est parfaitement conservée.

     

    À Norey-en-Bessin, modèle du grand style Normand du XIII ème siècle, la puissante tour-lanterne est haute de quarante-sept mètres et présente un choeur entouré de grandes arcades, un triforium et un grand déploiementde colonnettes élancées et de piliers à chapiteaux sculptés de feuillage. Le pourtour est décoré d'arcatures surmontées de frises décoratives telles que la « Vigne eucharistique » qui sont de véritables chefs d'oeuvre. L'existence d'un monument d'une telle richesse dans ce village s'explique par le fait qu'il appartenait à l'Abbaye Saint-Ouen de Rouen.

     

    À côté de ces grandes dames d'allure citadine, l'église de Thaon, au creux d'un vallon, nous apparaît toute empreinte de rusticité. Dès l'abord, elle parle à notre coeur par son enracinement au sol, sa carrure, la répartition équilibrée des volumes, des masses qui la composent. Elle est sans flèche et ans transept. Elle a conservé sa toiture pyramidale d'origine et la nef a gardé sa charpente. C'est une oeuvre de style Roman à l'état pur. En nous approchant, nous sommes surpris et ravis par le dessin multiplié des petites arcatures et des corbeaux qui viennent souligner la corniche. Sur la tour centrale s'ouvrent deux étages de vastes baies aux fenêtres géminées à double voussure. La nudité de l'intérieur est corrigée par les savoureux reliefs des chapiteaux et par un léger décor de bâtons brisés aux arcades. L'atmosphère est toute de sérénité et de douceur.

     

    L'église de Tour-en-Bessin repose aussi dans un vallon. La nef est de style Roman. Le transept et la tour surmontée d'une belle flèche de pierre datent du XIII ème siècle. Le choeur a été reconstruit au XIV ème siècle. L'abside et les absidioles sont précédées d'arcades portant de petites voûtes. À droite, des bas-reliefs représentent « Les douzes mois de l'année » et à gauche, les bas-reliefs représentent « Le Jugement Dernier » et « L'Enfer »

     

    L'Abbaye bénédictine des Deux Jumeaux, près de Longueville, date du XII ème siècle. Bien que très mutilée, elle nous offre encre sa tour, son choeur et son abside. Pour remplacer la nef détruite, une grande chapelle a été construire au XVIII ème siècle.

     

    L'Abbaye de Mondaye, au sud de Bayeux, remplace un ancien monastère de l'Ordre des Prémontrés, elle est entièrement l'oeuvre du Père Eustache Restout en fut l'architecte et le décorateur entre 1710 et 1743,

     

    L'Abbaye d'Ardenne appartenait également à l'Ordre des Prémontrés. Les bâtiments du XIII ème sicèle ont subi les pires disgraces. Très atteinte par les combats de 1944, elle est peu à peu rejointe par la banlieue de Caen. Un portail d'entrée mène à une grange aux dîmes puis à une église dont la nef et les bas-côtés sont d'authentiques témoignages de la grande époque du Moyen-Âge.

     

     

  • Les forêts de la Vallée de la Seine Normande

    La vallée de la Seine reste l'un des secteurs les plus boisés de Normandie avec de beaux massifs forestiers: forêt des Andelys, Forêt de Bord, Forêt de la Londe-Rouvray, Forêt de Roumare, Forêt Verte, Forêt du Trait-Maulévrier et Forêt de Brotonne

     

    La chênaie-charmaie initiale, comportant une grande diversité des essences d'arbres a été largement utilisée par les hommes.

     

    Cela a d'abord débuté par la monoculture des hêtre, puis au XIX ème siècle, les forestiers ont planté du Pin maritime qui n'a pas pu s'acclimater et donc ils se sont tournés vers le Pin sylvestre qui pousse vite mais qui fournit un épais tapis d'aiguille peu favorable au développement d'une strate herbacée diversifiée.

     

    L'utilisation des forêts a permis de développer la variété des niches écologiques:

     

    • La faune du sol: les blattes sylvestres, le petit Grillon champêtre, le perce-oreille, les Carabes, les Cicindèles et les Lules.

    • La faune des troncs: les papillons noctures, les hannetons, la cochenille, la Processionnaire du chêne.

    • Les insectes xylophages tel que: les Cérambycidés, les Scolytides et les Curculionidés.

     

    Cette profusion de vie favorise le développement de l'avifaune qui trouve en forêt refuge et nourriture. Parmi l'avifaune on trouve les rapaces tel que le Hibou moyen duc ou la Bondrée apivore. Mais aussi le Pic noir qui creuse son nid dans le tronc des arbres seins sans faire trop de dommage pour le végétal et le Pic épeiche qui creuse son nid dans le tronc d'un arbre malade, il est friand des graines de pomme de pin.

    On trouve aussi dans l'avifaune, le Pouillot siffleur qui fait son nid au pied des arbre et donc vous risquez de le piétiner.

     

    La forêt est aussi le domaine des grands mammifères qui n'ont que comme prédateur, depuis la disparition du loup, que les chasseurs. Par exemple le sanglier qui ne fait pas bon ménage avec les agriculteurs car les sanglier détruisent souvent les cultures surtout les champs de mais.

    Très discret dans la journée on repère aisément sa présence en découvrant une souille  dans laquelle il aime se rouler. Non loin de là, une souche usée rappelle qu'après son bain de boue, le sanglier très propre se frotte et se débarasse ainsi des nombreux parasites de sa peau.

    On peut aussi voir aussi des grands cerfs. Ce spectacle majestueux est réservé à ceux qui se lèvent tôtet qui suivront leurs pistes par la présence des « fumées ». les cerfs peuvent causer quelques dégâts dans les jeunes plantations surtout lorsque les populations deviennent trop nombreuses, heureusement pour réguler, il existe des hommes de bonnes volontés!