Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paysages de Normandie: La motte féodale de Gonfreville-Caillot

    Cette motte datant du XIème siècle témoigne de l’apparition des seigneuries châtelaines à l’époque ducale, à l’heure où il faut se protéger des barbares. Les premières mottes sont équipées d’un donjon de bois carré puis rond, préfiguration de ce que l’on appellera ensuite châteaux-forts. Elles se généralisent au XIe siècle.

    Celle de Gonfreville-Caillot est liée au nom des Chaillot ou Callot, seigneurs des lieux au XIIe siècle. De petite taille, son élévation est de 3,5 m et le diamètre de son sommet se situe aux alentours de 13m. Son gabarit est donc modeste en comparaison des mottes les plus ordinaires dont l’emprise au sol est généralement d’environ 25m. Cependant elle est une des rares mottes féodales dont les fossés étaient remplis d’eau.

    Cette position au centre d’une grande douve, large de 7m et mise en eau, lui confère une physionomie toute particulière, assez proche du type défini par les archéologues allemands sous le nom de « Wasserburg ». Au nord de la motte se développait une basse-cour des plus typiques, de forme semi-circulaire.

    La motte féodale de Gonfreville-Caillot est visitable toute l’année grâce à un circuit de visite balisé.

    Une aire de pique nique est également à disposition des visiteurs

  • Cuisine de Normandie: Pain perdu à la Normande

    Ingrédients pour 4 personnes :
    8 tranches de pain de campagne épaisses et rassies
    1/2 litre de lait
    4 oeufs
    100 g de sucre poudre
    150 g de beurre
    1/2 cuillère de sel
    1 pot de confiture de pommes à la cannelle
    25 cl de Pommeau de Normandie
    50 g de sucre glace

    Préparation :
    Prendre les deux assiettes, dans l’une mélanger le lait avec le sucre en poudre, dans l’autre battre les oeufs entiers.
    Faire tremper les tranches de pain dans le lait sucré puis dans l’œuf battu.
    Faire poêler les deux faces dans du beurre demi-sel bien chaud, les laisser colorer, faire flamber avec le Pommeau
    Dresser rapidement encore flambant dans des assiettes chaudes, saupoudrer de sucre glace et servir à part dans des petits ramequins la confiture de pommes à la cannelle.

  • Paysages de Normandie: L'EGLISE SAINT LAURENT DE SAINT-SAUVEUR


    La commune de Saint-Sauveur d'Emalleville, réunion des villages de Saint-Sauveur et d'Emalleville, compte ainsi 2 églises. Celle qui nous intéresse ici est l'église saint Laurent de Saint-Sauveur.

    Il s'agit de l'ancienne chapelle d'un prieuré. De ce fait, contrairement aux églises paroissiales rurales composées d'un clocher, d'une nef, d'un chœur et d'une sacristie adossée au bâtiment, ici tout est incorporé dans le même édifice. Ce qui sert aujourd'hui de sacristie a sans doute été la cellule ou le logement du prieur curé.

    L'église saint Laurent est riche en objets liturgiques et de dévotion : un maître-autel en bois polychromé doré du XVIIème siècle, une contre-table composé d'un tableau représentant la Transfiguration du XVIIème siècle, une statue de saint Sauveur en bois polychromé, une chaire du XVIIème siècle, des fonds baptismaux du XIXème siècle, ... (certains sont inscrits ou classés) On notera également de très beaux vitraux récemment réalisés et représentant les 7 péchés capitaux.

    L'église a récemment été restaurée mais est fermée à la visite.

  • Tradition de Normandie: Les Coiffes

    Plus couramment appelées Bonnets en Normandie, elles constituent l'élément le plus original du costume féminin, ce qui permet d'affirmer nettement les particularités locales.
    Ne dit-on pas qu'il y avait autant de coiffes que de clochers ? Mais n'allons pas croire que la fermière allait traire ses vaches avec une coiffe brodée, plissée et enrubannée. C'était réservé pour les dimanches et fêtes.
    Pour "tous les jours" les femmes portaient des bonnets piquets, en toile matelassée (fabriquée à Rouen dès 1710) ou des serre-têtes à bords tuyautés (Le Havre, écaillère), ou des bonnets de coton plus amples (protégeant du vent et du soleil) pour le travail des champs.

    Le bonnet à fond brodé et à volants plissés superposés appelé "Bonnet rond" dans le Calvados et "Pierrot" en Haute Normandie est le plus largement répandu, mais avec de grandes diversités dans les dimensions comme dans le rapport des proportions entre les deux parties : le fond et le double volant. Ces fonds étaient de mousseline brodée. La garniture était souvent composée de 2 rubans non assortis, l'un en noeud plat devant, l'autre pendant à l'arrière. Des épingles de cuivre ou d'or à têtes ornementales étaient nécessaires pour fixer la coiffe qu'un chignon postiche aidait à assurer sur la tête.

    Les femmes cauchoises sont certainement à cette époque celles qui portent les coiffes les plus remarquables par leurs richesses. Mais qui se douterait que l'étrange et monumentale coiffure comporte deux éléments superposés ?
    D'abord le bonnet, sorte de hennin en carton recouvert de lamé d'or ou d'argent ou de soie bleue, brodé et orné de cannetilles, de pailletttes et de verroteries : c'est le Sabot (Bolbec, Yvetot ...) et posé sur la pointe, une "coeffe", en fait une cornette minuscule, mais dont les pans en longues bandes (ou barbes) brodées ou tuyautées s'enroulent autour du bonnet avant de retombonnet avant de retomber de chaque côté du visage.
    Tout au contraire, la Marmotte et la Dormeuse sont des bonnets simples avec un volant plissé ou arrondi (on les retrouve dans toute la Normandie".

  • Cuisine de Normandie: Omelette guillaume le conquérant

    Temps de préparation : 30 min 
    Temps de cuisson : 30 min

    Ingrédients

    15 oeufs
    16 petites langoustines
    1 l de moules de Barfleur
    4 oignons blancs (environ 120 g)
    1 bouquet de ciboulette
    200 g de crème liquide
    2 c. à soupe de persil plat haché
    1 c. à café de calvados
    1 c. à café de curry
    100 g de beurre salé
    2 c. à soupe d'huile d'arachide


    Préparation


    Faites cuire les langoustines dans un court-bouillon très corsé. Laissez refroidir, décortiquez les langoustines et réservez-les sur une assiette en filmant pour éviter le dessèchement.

    Ouvrez les moules dans une casserole à fond épais avec un couvercle. Décortiquez les moules et réservez-les également sur une assiette en filmant pour éviter le dessèchement.

    Emincez finement les oignons blancs, poêlez-les vivement dans du beurre (sans coloration excessive) et réservez. Battez les oeufs. Salez, poivrez puis ajoutez les oignons et le persil.

    Faites cuire l'omelette au beurre salé avec un trait d'huile d'arachide. Cette omelette est une omelette poêlée. Au moment de rabattre les bords pour la rouler, déposez les langoustines sur toute la longueur, faites glisser l'omelette sur le plat de service en modifiant le roulage pour qu'elle soit bien renflée et laissez-la refroidir dans une pièce fraîche (mais pas au réfrigérateur) en la recouvrant d'un linge.

    Préparez la sauce à la crème de ciboulette et calvados. Dans un petit cul-de-poule, versez la crème liquide. Salez et poivrez, ajoutez généreusement la ciboulette finement hachée, puis un trait de calvados. Goûtez et rectifiez l'assaisonnement.

    Déposez les moules tout autour de l'omelette puis nappez avec la crème à la ciboulette.

  • Cuisine de Normandie: Camembert pané et mariné au Calvados

    Pour 4 Personne(s)  



    Temps de préparation : 10 min 
    Temps de cuisson :
    Temps de repos : 24 heures

    Ingrédients
    camembert au lait cru : 1 petit
    calvados : 15 cl
    chapelure : 80 g
    salade mélangée : 1
    pain de campagne : 4 tranches

    Préparation
    Mettez le calvados dans une assiette creuse.

    Déposez le camembert dedans, laissez mariner 12 heures, retournez-le et laissez mariner à nouveau 12 heures.

    Si le camembert a absorbé tout le calvados, n'hésitez pas à en ajouter un peu.

    Essuyez délicatement le camembert avec un torchon et roulez-le dans la chapelure plusieurs fois.

    Servez avec le pain de campagne grillé encore chaud et la salade mélangée.

  • Fest Deiz le 12 juin 2011 à Gaillon

    Meskan, association Bretonne de Gaillon organisait un Fest Deiz lors des Macadam'Art organisaient eux par la Municipalité. 

     



     

  • Culture de Normandie: chant "Les Gars de Senneville"

  • Culture de Normandie: Su la mé d'Alfred Rossel

  • Culture de Normandie: Chant "C'est à Cherbourg"