Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jean Pax Méfret- Faits Divers


    podcast


    Un rayon de soleil
    Se levait sur la ville.
    Les yeux pleins de sommeil,
    Il avançait tranquille.

    Des loubards maraudaient
    A l'entrée de la cité,
    Un camion s'approchait,
    C'était celui du laitier.

    Les deux mains dans les poches,
    Il avançait toujours.
    Le loubard le plus moche
    Le guettait d'un oeil lourd.

    Je te parie cinq sacs,
    Qu'il a les foies, le bourgeois.
    Je te paries dix sacs,
    Il ne passera pas.

    C'était le dernier jour de juillet,
    A la veille des congés payés.
    Dans la rue marchait un ouvrier,
    Fatigué, mais le coeur léger.

    Il était déjà presque en vacances
    Quand il a croisé la violence.
    Excités par ses cris de souffrance,
    Ca cognait en cadence !

    Il y a du sang qui coule
    A l'entrée de la cité.
    Il y a des corps qui roulent
    Sur celui qu'ils ont tué.

    Plusieurs détonations
    Se perdent dans la ville
    Là-haut sur un balcon,
    Un garçon immobile.

    Une arme dans les mains
    Et des larmes dans les yeux.
    Dans le froid, le matin,
    Vient de venger son vieux.

    C'était le dernier jour de juillet,
    A la veille des congés payés.
    Dans la rue marchait un ouvrier,
    Fatigué, mais le coeur léger.

    Il était déjà presque en vacances
    Quand il a croisé la violence...

  • Cuisine de Normandie:Gâteau Normand aux pommes et sauce caramel



    Ingrédients:

    Pour 8/10 personnes

    110 g de farine

    40 g de fécule

    1 sachet de levure bio

    1 cc de vanille

    4 œufs

    4 pommes

    80 g de sucre

    20 cl de crème légère

    70 g de beurre salé fondu

    1 pincée de sel

    Préparation :

    Pelez et coupez les pommes en quartiers. Séparez les blancs des jaunes d’œufs.

    Dans un cul de poule, fouettez les jaunes avec le sucre, ajoutez peu à peu la farine tamisée avec la levure et la fécule.

    Versez la crème, mélangez, puis le beurre fondu, mélangez à nouveau pour avoir une pâte bien homogène.

    Battez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.

    Ajoutez-les en plusieurs fois à l’appareil précédent, en soulevant bien la pâte.

    Disposez un papier sulfurisé beurré dans un moule à manqué puis versez la pâte.

    Versez la moitié de la pâte, recouvrez la surface avec la moitié des pommes.

    Versez les reste de la pâte et disposez les pommes restantes sur le dessus.

    Enfournez dans le four préchauffé à 180°C pour 35/40 mn. Vérifiez la cuisson avec la lame d’un couteau pointu.

    Démoulez le gâteau sur une grille, attendez qqs minutes qu’il refroidisse légèrement puis retirez le papier sulfurisé.

    Laissez-le complètement refroidir.

    Vous pouvez le servir avec une sauce caramel beurre salé.

    Pour la sauce caramel au beurre salé :



    150 g de sucre

    20 cl de crème légère semi-épaisse

    50 g de beurre salé

    Dans une casserole à fond épais faites fondre doucement le sucre. Quand il commence à prendre une belle couleur ambrée, ajoutez hors du feu le beurre en dés, mélangez avec la cuillère en bois.

    Ajoutez ensuite la crème liquide, mélangez à nouveau. Remettez sur le feu qqs minutes pour épaissir le caramel. Versez dans un pot et laissez-le refroidir.

    Réservez ensuite au réfrigérateur.

  • Cuisine Normande: Gâche Normande

    Cette recette normande ne doit pas être confondue avec la gâche vendéenne, qui est une sorte de brioche mi-levée, parfois torsadée.


    Pour 3 gâches
    500 g de farine tradition T65
    100 g de levain liquide
    5 g de levure fraîche de boulanger
    10 g de sel
    27 cl d'eau à 20°C
    Versez la levure fraîche dans un bol, délayez là dans 10 cl d'eau légèrement tiède et laissez à température ambiante pendant une vingtaine de minutes, ou jusqu'à ce que le mélange commence à fermenter.

    Versez la farine et le sel dans un saladier. Mélangez, creusez un puits et ajoutez la levure délayée avec le levain liquide et le reste d'eau. Mélangez bien, versez la pâte sur un plan de travail fariné et pétrissez-là pendant 10 à 12 minutes, jusqu'à ce qu'elle soit ferme. Remettez-la alors dans le saladier, couvrez d'un linge humide et laissez reposez à température ambiante pendant 20 minutes. Vous pouvez aussi faire cette étape de la recette dans votre machine à pain.

    Divisez la pâte en 3 morceaux de même poids. Façonnez les pâtons en boule avec la paume de la main sur le plan de travail fariné, recouvrez d'un linge humide et laissez lever pendant 40 minutes. Aplatissez les boules en galettes de 20cm de diamètre, couvrez d'un linge humide et laissez lever 1h30.

    Préchauffez le four à 220ºC (thermostat 7/8). Aplatissez de nouveau les galettes, légèrement et déposez-les sur la plaque de cuisson tapissée d'une feuille de papier sulfurisé. Saupoudrez légèrement les gâches de farine et donnez leur deux coups de lame de cutter perpendiculaires, pour former un carré.



    Quand le four est à la bonne température, jetez un peu d'eau au fond pour faciliter la formation d'une croûte dorée, enfournez les gâches et laissez-les cuire pendant 20 à 25 minutes.

  • Cuisine Normande: La fallue, délicieuse brioche normande

     

    fallue-entiere.jpgPetit dicton de la tradition :
    Pour s’emplir la goule
    Il faut de la teurgoule
    Il faut de la fallue itou
    C’est cha qui fait bère un coup.

    Cette brioche est très tassée mais égalemenet très moelleuse, d’ailleurs je lui trouve des ressemblances avec la cramique 

    Pour faire une bonne fallue : 
    360 g de farine
    65 g de beurre
    65 g de crème fraîche
    1 petit verre d’eau
    65 g de sucre en poudre
    1 pincée de sel
    levure de boulanger
    2 oeufs

    Mettre tous les ingrédients dans l’ordre recommandé pour la MAP. programme pate.

    Le lendemain elle a cuit à 200°C pendant 20 minutes.

    Et au petit déjeuner, trempée dans du lait, c’est génial.

  • Cuisine de Normandie:Camembert Grillé

    par Cloé

    ingrédients

    tomates

    pain

    camembert

    lardons

    huile d'olive

    crème fraiche

    ail

    herbes de Provence

     

    préparation

     

    Mettre dans deux ramequins assez gros un peu d'huiles d'olives et des tranches fines de tomates saupoudrer d'herbes de Provence enfourner (four à 180°).

     

    Pendant ce temps faire revenir les lardons à la poêle. Faîtes griller deux tranches de pains de campagne.

     

    Couper le camembert en deux de façon à avoir deux ronds d'épaisseur à peu près égal. Déposer une tranche de camembert sur chaque tranche de pain. Retirer les ramequins, mettre les tartines sur les tomates ajouter des lardons puis 1 à 2 tranches de tomates, saupoudrer à nouveau d'herbes de provence, mettre 2 à 3 cuillères de crème fraîche.

     

    Enfourner toujours à 180° laisser cuire jusqu'à ce que le camembert soit fondu.

  • Cuisine de Normandie:Reinettes au lait caillé

    Râpez grossièrement dans une jatte des pommes reinette. Ajoutez du lait caillé et mélangez délicatement la préparation. Sucrez à volonté, le sucre pouvant être remplacé par du miel de Normandie.


    Gardez quelques heures au frais. Au moment de servir, répartissez la préparation dans de jolies coupelles et parfumez de calvados.


    Ce dessert pourtant rustique et délicieuse.

  • Cuisine de Normandie:Caramel aux amandes

    par Caroline

    Petite précision, ce n'est pas une recette typiquement normande, mais vu qu'elle a ravi des normands le week-end passé. J'ai décidé de la mettre sur le blog.

    Allez hop, quelques calories pour supporter le grand froid! (on a toujours une bonne excuse!)

    Ingrédients

    - 1 tasse d'amandes (sans la peau)

    - 250 g de sucre

    - un verre d’eau

    - une cuillère à soupe de jus de citron

    Préparation

    Chauffez doucement le mélange sucre, eau et jus de citron (le citron évite la cristallisation).

    Secouez la casserole jusqu'à ce que le sucre soit dissout. Augmentez le feu.

    Quand la cuisson désirée est atteinte, retirez du feu et versez sur les amandes que vous aurez disposées dans un moule anti-adhérent légèrement huilé.

    Laissez refroidir et cassez des morceaux ou faites des barres avec un couteau (pas facile!)

  • Les boissons normandes à l’honneur


    A défaut de vins, la Normandie possède toute une gamme de produits cidricoles, dont elle peut s’enorgueillir à juste titre.

    Pourquoi, alors, ne pas les mettre à l'honneur à l'occasion des festivités de fin d'année, individuellement ou bien associés pour former de savoureux cocktails ?


    Ces jus de pommes ou de poires, cidres, Poirés, Pommeaux et autres Calvados méritent d’autant plus d’être dégustés, voire découverts parfois, qu’ils sont restés parfaitement naturels. Ils ne sont, en effet, ni aseptisés, ni concentrés, ni même pasteurisés, encore moins aromatisés.


    Peu connus il y a peu encore, hors des frontières normandes, Calvados mis à part, ces produits possèdent maintenant une vraie notoriété grâce aux AOC : Calvados (Pays d’Auge ou Domfrontais), Cidre du pays d’Auge, Poiré de Domfront, Pommeau de Normandie.


    Toutes ces boissons au parfum subtil feront honneur à votre table, depuis le pommeau qui constitue un excellent apéritif jusqu’au calvados qui conclut dignement un repas sur une note normande.


    Le Pommeau. Mélange harmonieux de Cidre et de Calvados, vieilli en fût de chêne pendant 14 mois au minimum, il peut se servir tout au long du repas. Il accompagne avec bonheur un foie gras (normand, cela va de soi), des huîtres chaudes ou un melon. Au dessert, il est le compagnon presque idéal de la tarte aux pommes, ou d’un entremets au chocolat.


    Le Cidre. Clair et brillant, avec une prise de mousse naturelle en bouteille, le Cidre Pays d’Auge est composé pour les trois quarts de pommes qui appartiennent aux variétés amères et douces-amères. Bu jeune, il exhale des parfums de fruits, de fleurs, de miel, ou encore de caramel. Un peu plus âgé, ce cidre présente des notes végétales, boisées ou épicées.


    Le Poiré de Domfront. Il est élaboré à partir d’une dizaine de variétés de poires, dont les fameuses “plant de blanc”, soigneusement sélectionnées. Pétillant comme le cidre, il est servi, comme lui, d’un bout à l’autre du repas.


    Le Calvados. A n’en pas douter, c’est le roi. Apprécié depuis bientôt quatre siècles, il est issu de la distillation du cidre. Des fruits qui tous proviennent de vergers présents dans la zone définie par le cahier des charges de l’AOC. Une fois distillé, le Cidre, devenu eau-de-vie, doit passer un minimum de deux à trois ans en fûts de chêne.
    C’est ainsi qu’il acquiert sa couleur brune-ambrée. Tout au long du séjour en fût, le maître de chai procède à des assemblages d’eaux-de-vie d’âges différents. A l’issue, naît un Calvados au tempérament bien marqué. Au-delà de trois ans d’âge, il devient cet alcool que l’on déguste lentement en fin de repas.

    Mais il permet aussi de parfumer les sauces, les terrines, et les desserts. Et même certains camemberts.
    Les cocktails. Enfin, ces différents alcools normands sont aussi à la base de cocktails qui les associent.

     

    Ainsi, “Le vrai normand” se prépare-t-il à partir de Calvados, de Pommeau, de jus de pommes fermier et d’un trait de grenadine. L’ensemble est mélangé vigoureusement pendant trente secondes dans un shaker.

     


    Autre suggestion, “Le Normandy”, se confectionne à partir de Calvados, de Cidre AOC et de miel, mélangés dans un shaker à moitié rempli de glaçons.


    Toutes ces boissons étant alcoolisées, il est recommandé de les consommer avec modération, et de ne pas conduire quand on a bu.

  • Village de Normandie: Paix (canton des Andelys)

    Au fond d'un vallon, se groupe le hameau de Paix, autour d'une source formant un lavoir.  

     

    La maison seigneuriale est entourée de vastes bâtiments de fermes. Il s'agit d'une implantation très ancienne, on a découvert autour de cette demeure des débris de poterie celto-romaine et même au XIX ème siècle, un trésor qui se trouve au Musée de Rouen.

     

    On imagine que la source était exploitée par les celto-romains. La source s'étale formant le fond marécageux qui s'étend au lieu-dit des Crottes. Fond de vallée marécageux abandonné à l'élevage. La source aurait eu au XVIII ème siècle des vertus curatives, elle contiendrait du fer.

     

  • Histoire de Normandie: Les voies d'eau en Normandie au XIX ème

    La Normandie avec cinq cent cinquante kilomètres de rivières navigables n'est pas mal pourvue mais elle est sous-exploitée.  

     

    La Seine est de loin le grand axe fluvial, mais la navigation y était difficile en amont de Rouen. Le passage du Pont de Vernon exigeait une vingtaine de chevaux et une centaines de hâleurs.

     

    La Risle avec Pont-Audemer, L'Eure, La Touques jusqu'à Lisieux, la Vire et l'Orne n'assuraient qu'un faible trafic, de même d'ailleurs que le cabottage entre les ports qui jalonnent le littoral du Couesnon à La Bresle.

     

    Les grands Ports que sont Granville, Cherbourg, Honfleur, Rouen, Le Havre et Dieppe, profitent du rétablissement de la paix en 1815 pour reprendre le commerce international et national.

     

    En 1816, l'arrivée du navire à vapeur, L'Elise qui doit assurer le transport en amont de Rouen annonce un changement dans les transports maritimes et fluviaux.