Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paysages de Normandie:Les Haies en Normandie

    par Thibautl

    Les haies ont été, avant l'avènement du fil de fer barbelé, un moyen de clôture dont on n'imagine plus maintenant l'importance.

    Mais leur rôle de délimitation d'espace n'est qu'un aspect de leur utilité. Elles sont créatrices de micro-climats par leur action de lutte contre le vent.

    Suivant leur caractéristiques, on peut les classer en haies brise-vent ( 3 à 6 mètre de hauteur), en haies libres (1,5 m à 3 m)et en haies taillées (1 à 2 m).

    Elles participent à la régulation des eaux pluviales, en freinant l'érosion des pentes et retenant l'eau par absorption-évaporation, surtout quand elles sont associées à des talus ou des fossés.

    Elles participent aux paysages: elles sont un biotope pour les faunes terrestre et volante qui y trouvent refuge.

    Dans nos régions, les essences arbustives qui les composent sont: le charme, le hêtre, le noisetier, l'aubépine, le houx, l'épine-vinette.

    Les thuyas et lauriers doivent être évité comme étrangers à nos paysages ruraux.

  • Culture de Normandie:Une ferme normande en mai

     

    De Photos de Normandie

    De près, quand on ouvre la barrière vermoulue, on croit voir un jardin géant, car tous les antiques pommiers, osseux comme des paysans, sont en fleurs. Ces vieux troncs noircis, crochus, tordus, alignés dans la cour étalent sous le ciel, leurs dômes éclatants, blancs et roses. Ce doux parfum de leur épanouissement se mêle aux grasses senteurs des étables ouvertes et aux vapeurs de fumier qui fermente, couvert de poules.

    Guy de Maupassant.

  • Histoire de la Normandie:Leclerc et la 2ème DB dans la bataille

    Rattachée à la 3ème armée américaine du Général Patton, la 2ème DB du Général Philippe Leclerc de Hautecloque a débarqué à Utah Beach, le 1er août 1944. Une semaine plus tard, les hommes de Leclerc connaissent leur premier accrochage avec l'ennemi aux abords de Mortain.


    Le 8 août au soir, la formation reçoit l'ordre de se diriger vers Alençon pour faire la jonction avec les forces britanniques et envelopper les restes de la 7 ème armée allemande. La 2ème DB avance d'est en ouest sur 4 colonnes:

    • les deux premières commandées par les officiers Noiret et Rouvillois étant placés sous l'autorité du Colonel Dio.

    • Les deux autres commandées par Minjonnet et le commandant Massu placés sous les ordres du Colonel de Langlade.

    L'avance est lente et donne lieu, à maintes reprises, à de violentes échauffourées avec un ennemi déterminé.


    Le 12 août au matin, le Général Leclerc et ses hommes prennent Alençon qui sera la première ville française de métropole libérée par des troupes françaises.


    Les allemands occupant la forêt d'Ecouves, la 2ème DB poursuit la marche vers l'est et le nord en passant par Carrouges et Sées. Le 13 août, elle libère Ecouché. Le lendemain, les chars français entrent dans Argentan dévastée. Les troupes placées sous le commandement du Colonel de Langlade participent aux combats décisifs qui se déroulent autour de Chambois.


    Le 19 août, Leclerc se dit prêt à foncer sur Paris. Le Général déploie tous ses efforts pour convaincre les Américains de lui confier cette mission. Après de multiples interventions auprès des Généraux Gerow, Bradley, et de Gaulle, qui interviendra en personne auprès d'Eisenhower, Leclerc reçoit l'ordre de marcher sur Paris...

  • Le musée du Mur de l'Atlantique à Ouistreham

     

    Lieu: avenue du 6 Juin

    Téléphone: 02-31-97-28-69

    Ouvert de 10h à 18h.Février, Mars, Octobre et mi-Novembre

    Ouvert de 9h à 19h d'avril à fin septembre.

     

    Sur cinq niveaux, dans une impressionnante tour-blockhaus ayant servi de poste de direction des batterie, puis l'infirmerie.

     

    Une salle est consacrée à l'expo sur le Mur de l'Atlantique. Après une visite d'inspection, le maréchal Rommel ordonna la mise en place de pièges parmi lesquels les hérissons tchèques, les dent de dinosaures, les asperges de Rommel, qui dissuadaient les planeurs de se poser sur les plages.

     

    Dans la salle radio, une expo sur l'assaut des alliés et la libération de Ouistreham.

     

    Au dernier étage, le poste d'observation avec son télémètre géant. On imagine un peu mieux, d'ici le choc qu'ont dû ressentir les soldats allemands en voyant foncer sur eux les milliers de navire alliés.

  • Histoire de la Normandie:La mobilisation à Argentan en 1914

    Le 1er août 1914, c'est la guerre avec l'Allemagne. Voici comment le Journal de l'Orne relate, le lendemain, la mobilisation à Argentan.


    «Vers quatre heures l'ordre de mobilisation générale parvenait à l'autorité militaire qui le transmettait à la mairie. Une laconique dépêche manuscrite était aussitôt affichée. Presque aussitôt, la générale sonnait à l'église Saint-Germain, sonnerie lugubre qui provoqua dans les cœurs un instant de profonde émotion. Peu après, l'ordre de mobilisation était annoncé par la voie du tambour et en même temps affiché dans divers quartiers de la ville.

    Dans la soirée était également affiché l'ordre de réquisition pour les chevaux et voitures susceptibles d'être pris pour la mobilisation.

    Le calme du début de l'après-midi fait alors place à la plus vive animation. Partout des groupes se forment et commentent les événements. Toutes les conversations que nous entendons de droite et de gauche peuvent se résumer ainsi: « Puisqu'il fallait en finir par là, autant aujourd'hui que dans six mois ou dans un an. Nous ne serons jamais mieux préparés. »


    Le même «Journal de l'Orne » annonce que la ville d'Argentan sera pavoisée pour l'accueil des réservistes rappelés. On y apprend aussi « qu'un vagabond d'origine allemande » a été arrêté.

  • Paysages de Normandie: Le Pays d'Ouche

    Peut-on parler de l'Ouche sans penser à La Varende dont le premier livre porte le nom du Pays qu'il habita, qu'il connut, qu'il aima, qu'il décrivit et évoqua dans son oeuvre entière.


    Terre médiocre, pays pauvre, le plus pauvre du département et pour cela semé encore de forêts et de bois: forêt de beaumont, forêt de Conches, forêt de Breteuil, véritable maquis qui, de proche en proche, par la forêt d'Evreux, vous mène à couvert jusqu'à la préfecture.


    La végétation des sous_bois est la même dans la forêt d'Evreux que dans les autres forêts de l'Ouche.


    Pays rêvé pour le mystère et les légendes et les bandits, pays de « Nez de Cuir » et du «  Sorcier Vert ».


    Voici comment le vieux Gabriel du Moulin le présente:


    «  Ouche baigné de Risle, est un terroir plat, pierreux pour la plupart, trop sec dans les chaleurs et trop humide dans les pluyes... Le pays est planté par cy par là de grandes forests et de bois où quand les chesnes et les haistres sont fertiles, on engraisse grande quantité de pourceaux, qu'on distribue aux François. Le breuvage plus ordinaire est du poiré. Il est bien vrai qu'on y trouve aussi de fort bons sidres, mais on les vend bien cher à ceux d'Evreux et de la campagne du Neubourg. »


    Gabriel du Moulin dit aussi : «  il y a grandes quantités de mines et de forges à fer »


    Il est vrai que le fer et le bois ont permis une industrie ancienne dont témoignent les tumulus de laitier que l'on rencontre dans les forêts et les noms de lieux : Ferrières-Haut-Clocher, Ferrières-Saint-Hilaire, Ferrières sur Risle.

  • Paysages de Normandie:La Hague, cet autre Finistère

    La Hague, c'est un finistère normand. Avec des falaises et des rochers déchiquetés par la mer; avec des landes et des maigres pâturages balayés par le vent et avec aussi des croyances et des légendes volontiers accrochées par les hommes à tout les bouts de terre et à toutes les extrémités du Vieux-Continent.


    Port-Racine, véritable port-jouet se niche dans l'anse Saint-Martin, le phare du cap de la Hague s'isole dans les flots pour mieux surveiller le terrible Raz Blanchard, l'un des plus grands cimetières marins de France. L' anse Ecalgrain s'étire avec beaucoup d'harmonie au pied de son mur de falaise. Le Nez de Jobourg se plante en face de la toute proche île Anglo-Normande d'Aurigny. Les maisons aux épaisses toitures d'ardoises de schiste se presse autour de l'église de granit d'Auderville. Les murets de pierre sèche et les chemins se croisent et se recroisent à la faveur des creux et des bosses du terrain.


    Ici, Gargantua a jeté dans la mer un rocher, qui s'était glissé dans sa chaussure, et là les cloches de la chappelle se mettent en branle elles-mêmes pour sonner le glas les jours de grande tempête.


    Hélas, au coeur de cette Hague à la beauté sauvage, à l'âme vibrante pousse aussi un champignon monstrueux mais qui fait vivre un paquet d'habitant du Cotentin, une centrale nucléaire. Espérons qu'alors des nuages un peu trop bas ou des lambeaux de brume, fréquents en ces lieux, voileront le paysage ainsi défiguré.

     

  • Histoire de la Normandie:Le 4 août 1858, Paris-Cherbourg

    Nous sommes ce 4 aout 1858 , grand jour entre Caen et Cherbourg c'est le voyage inaugural de la liaison par la Cie des Chemins de Fer entre ces 2 villes Caen étant relié depuis 1857 à St Lazare après Mantes Lisieux et Mondeville en 1855 .

    medium_739px-Claude_Monet_004.jpg

    St Lazare vue par Monet



    Sa majesté l'Empereur Napoléon III et l'Impératrice Eugénie sont du Voyage ! partout c'est la liesse populaire à Bayeux les bajocasses ainsi que les Ruraux du Bessin et les autorités civiles manifestent leurs joies au passage du convoi .


    Aux abords de de carentan et de Valognes champs ,prairies et abords des gares "étaient couverts de Peuple ! " les Maires et leurs conseils ,écoles communales maitres et éléves ,religieux et enfants s'agitent pour l'événement ... Le train pouvait aussi peut étre faire un peu peur comme tout ce qui est nouveau !


    A Cherbourg au terminus des milliers de Normands sont massés ,le Maire aura bien du mal à faire son discours .


    Le couple Impérial va rester quelques jours dans le Nord Cotentin inaugurant un Bassin du Port dans le cadre de "l'Entente Cordiale "avec nos "amis Anglais ils accueillent la Reine Victoria et Albert mais attendront qu'ils aient rejoint leur grande Ile pour inaugurer la Statue de Napoléon
    devant l'actuelle plage napoléon - (l'oeuvre est de LeVéel artiste de Bricquebec 50 )

    L'Empereur sur son cheval montre de son doigt pointé le Port militaire et non l'Angleterre !


    Une phrase extraite du mémorial de Ste Héléne dit " J'avais résolu de renouveller à Cherbourg les merveilles de l'Egypte " avec idée d'une pyramide et d'un lac Moèbius .Cherbourg lui devait beaucoup de l'avoir dotée d'une Mission maritime militaire entre Dieppe et St malo
    et "La belle Poule " n'avait elle pas ramené là à Cherbourg les cendres de l'Empereur Bonaparte en France depuis Ste Héléne après 2mois de traversée ....le 8 décembre 1840 ...et la place du Rempart devint Napoléon ce jour là ! mais c'est une autre histoire !

    La Liaison Paris Cherbourg est maintenant une réalité après beaucoup de discussions de manoeuvres de projets et d'hypothèses aussi de villes à desservir .

  • Histoire de la Normandie:Les Prussiens à Caen en 1815

    C'est un vendredi 4 août que les Caennais voient entrer dans leur ville l'avant-garde de la cavalerie prussienne, dont le gros arrivent le lendemain. On est en 1815, après la défaite de Waterloo et l'invasion de la France par les coalisés de toute l'Europe unie contre l'ogre Napoléon.


    Pour le seul Calvados, ce sont 10 000 hommes du premier corps de l'armée prussienne et deux régiments de cavalerie qui à Honfleur, à Lisieux, à Argences se signalent par leur arrogance, leurs réquisitions quand ce ne sont pas leurs pillages.


    A Caen, le logement de ces troupes va poser multiples problèmes, d'autant plus que les occupants ont la hantise des attentats et des empoissonnements.


    Le chef de cette armée d'occupation, n'est autre que le Maréchal Blücher.


    Le 9 septembre 1815 une affiche appelant à la collaboration invite les Caennais à accueillir Blücher avec allégresse et à pavoiser.


    Les prussiens finiront par s'en aller, dès le début de 1816, mais à la différence de l'occupation anglaise au nord de la Seine, l'occupation prussienne de tout l'Ouest de la Normandie, par ses réquisitions, contribuera à déséquilibrer l'économie du pays encore mal remis de la famine de 1812.

  • Histoire de la Normandie:Les Transports Rouennais

    par Caroline

    C'est le 29 décembre 1877 que fut mis en service la première ligne de tramways à Rouen. Il s'agissait alors de trains remorqués par des locomotives à vapeur qui furent remplacées en 1884 par des tramways à chevaux, sans doute moins bruyants et moins polluants.

    Ces derniers assurèrent le service jusqu'en 1896, date à laquelle les tramways électriques firent leur apparition. .

    La voie établie dès l'origine à l'écartement de 1,435 m s'étendait à l'apogée du réseau sur 85 km de lignes tant urbaines que suburbaines, nécessitant pour le  service près de 150 motrices et une quarantaine de remorques.

    Quant au pont transbordeur, il était l'oeuvre de l'ingénieur Arnodin, qui avait déjà construit un ouvrage identique à Bilbao en 1889.

    Premier pont de ce genre en France, celui de Rouen fut érigé de 1898 à 1899. Les deux pylônes, d'une hauteur de 66,35 mètres, supportait un tablier de 146 mètres de long à 51 mètres au-dessus du niveau de la Seine. La nacelle mesure 10m sur 13 m et pèse 101 T en charge.