Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 1100 ème anniversaire de la normandie


    millénaire normand.jpg

    En 2011 nous fêterons les 1100 ans de la fondation de la normandie et que nous prépare t'ont pour cet événement rien! une vague exposition sur les impressionnistes pour les initiés et les bobos parisiens c'est tout,il est vrai que la grande majorité de nos élus de normandie ne sont pas natifs de la région et ne sont là que pour faire carrière.Ce qui explique leur peu d'attachement à notre histoire.

  • Lapin aux navets à la normande

    Ingrédients:

    1 lapin

    3 oignons

    1 cuillère à café de farine

    1 cuillère à soupe de ciboulette hachée

    1 verre de cidre brut

    3 échalotes

    1 clou de girofle

    1 kg de navets

    Beurre

    Sel et Poivre


    Préparation

    Découpez le lapin.

    Faites légèrement blondir au beurre les oignons émincés, ajoutez le lapin et faites-revenir

    Versez la farine, laissez légèrement roussir, salez, poivrez, ajoutez la ciboulette hachée et déglacez avec le cidre brut.

    Mettez les échalotes épluchées mais entières, la gousse d'ail piquée d'un clou de girofle, couvrez et laissez cuire pendant 35 minutes.

    Epluchez les navets et faites-les blanchir 15 minutes à l'eau bouillante salée.

    Ajoutez-les au lapin à mi-cuisson de ce dernier.

    La sauce doit être bien onctueuse, si elle est trop fluide, ajoutez une liaison.

  • Corneille, un romain en Normandie par Anne Bernet

    source: France Courtoise

    Les Provinciales
    Corneille, un romain en Normandie
    par Anne Bernet

    Texte publié dans Le Libre Journal n°9.
    (15 juillet 1993)


    Ecrasé sous sa gloire, Pierre Corneille est un mal-aimé des Lettres Françaises.

    Pour beaucoup qui ont laborieusement ânonné : « Rodrigue, as-tu du coeur ? » ou « Prends un siège, Cinna... » il reste un auteur scolaire, ce qui est rarement un bon moyen d’être apprécié. Pour ceux ui ont tenté d’approcher l’homme derrière l’auteur s’impose trop souvent sa caricature, son personnage de « gros villageois du Pays de Caux ».

    On l’imagine ressemblant à l’oiseau de son patronyme, bourgeois noir et solennel, coincé et vaniteux.

    Fat, Pierre Corneille le fut et assez tôt. Quand on a écrit "Le Cid" à trente ans, l’orgueil est peut-être simplement la certitude de son propre génie.

    Lire la suite