Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

yport

  • Culture de Normandie: Pêqueux d'mohues

    Anhuy, v'là la partance pou les grands bancs. Euj sommes eul quinze eud février, à çu matin, l'vent est sû, l'fond l'air est fraîche, l'a g'lè à glache!
    I faut vaie comme y en a d'la populace à Fécamp. Su les quais on s'écrase les galas. On vèye des ti z'éfants juqués sur z'épaules d'leu pé.
    Les bassins, est que des batiâs partout. Est grandiose, pis est biau. Un grand jou pou vaie s'n'aller les grands chalutiers.
    J'm'en vas vous caôser du « Saturnia », est su c'ti-là que j'avons mis man sac. Les matelots s'en sont v'nus aveu toute leu famille, même les grands-pés pis les grands-més, pis d'aôtes pou r'gaâder en curieux.
    No est tout cotent d'se r’trouver. V'là les ceusses de Sassetot, pis d'Saint-Martin-aux-Buneaux! Là-bas, est les Grecs, oco équilbourdis d'aver mal roupillè. No s'dit boujou, y en a même qui s'bécote itou, entre belle-soeu et bru.
    Pis les mousses, à leu premier viage, i z'ont d'la jappe.
    Là, est des nouveaux, queuqu'Bretons qu'ont fait leu preuve, sûr, à Saint-Malo.
    J'en vèye un d'cheu mè qui m'dit qu'on vient d'l'enrôler y a pas lotemps.
    Faut vos die qu'ch'est l'capitaine qui fait s'n'équipage. On navigue à chiquante-huit su ces rafiots-là.
    Est cheu li qu'cha s'passe, on discute pou eune demi-part, pou un quart de part: quate chens parts pou l'armateur, chent parts pou les marins, à li d'bien partager.
    Donc, c'ti-là s'en est v'nu pou vaie si qu'i érait pin oco eune plache pou un décolleux.
    L'cap'taine a dit:
    « Est de r'gret... »
    Sa bonne femme qui guettait pa la croisèye:
    « Nénesse, prends-en un d'pus, tu sais bien qu't'en perds toujou un ou deux tous z'ans ! ! »
    Est comme cha qu'i s'ra aveuc nos aôtes. C'que j'en dis, est-i vrai ou bin des ment'ries ? Bien savant c'ti-là qui l'sait !
    La tite coupée par oyou qu'on monte à bord est ras pleine. Gaffe de pin s'foute bas! D'pin teumber à la patouille! En v'là qui montent aveuc leu z'affutiâs, leu grande pouquée qu'est tout leu quintin ; pis d'aôtes qui d'chendent pour die oco un boujou à leu poulot.
    Les causses arrivés avant z'aôtes s'en viennent qu'ri la meilleue banette dans l'poste à tribord, sous l'gaillard d'avant là où i vont s'doulaïser, si on peut die, quand i éra pin trop d'pesson ou pa les grosses piaules quand on s'ra sous cape. Y a des caillebottes tout neufs, l'vaigrâge est tout rapetassé oyou que j'vas crocher man cirage et man suroit.
    L'bassin est un sas, on entre et on sort à marée haute ; v'là qu'on a ouvert les portes! La qu'minèye déboucane, les mécanos ont lancè leu diésel ; larguez les amarres! Chouque pou les r’monter et bien les lover.
    Pis on s'déhale, no v'là partis pou au moins trois mouès. Dehors, y a un gros clapot, on s'ra vite amarinés.
    Tout l'biau monde s'encoure pou nous vaie passer les digues et nous fé du bras.
    « Agite eul batè que l'moucheux i s'envole! »
    Ma mé m'avait dit:
    « Faut-i ête fô à lier pou s'n'aller pêquer su des p'tits mouille-culs comme cha! »

  • Paysages de Normandie: 600 kilomètres de côtes

     Sans aller faire de la géographie humaine ou des études de droit coutumier agraire au fond de ce « pays des haies », comme on appelle le Bocage, il suffit au voyageur de longer le littoral normand pour être convaincu de la diversité des paysages.  

     

    • Le Tréport, qui flirte avec ses voisines picardes, se rattache à la Côte d'Opale. Mais tout de suite en aval, commence avec Criel-Plage, le mur de craie strié de silex, la falaise par excellence, qui jusqu'à Sainte-Adresse et le Havre sous le cap de la Hève, domine la mer à pic infranchissable de cent mètres et plus. Là seulement où des ruissellements ont pu fissurer le plateau de Caux et déliter le gras et blanc calcaire, des ports aménagés pour le commerce, la grande pêche, le transport maritime et la plaisance ont pu s'installer; encore ont-ils dû se protéger de la mer et équiper le dernier kilomètres de l'estuaire en y creusant des bassins: ainsi en va-t-il pour Dieppe, Saint Valéry, Fécamp.

     

    Lorsque l'effondrement de la falaise fut de faible amplitude ou le fleuve côtier top maigre pour irriguer un port, la « valleuse » n'a pu abriter que de très petites agglomérations qui longtemps vécurent uniquement d'une activité artisanale de la pêche, voire de la simple pêche à la cueillette. Il a fallu l'animation balnéaire, bien que saisonnière, pour que des communes comme Veules-les-Roses, Les Petites-Dalles, Yport ou Etretat.

     

    Faites de l'accumulation des silex débarrassés de leur gangue de craie lors des éboulements de falaise, leurs plages de galets présentent l'avantage d'être propres et stables. Les fonds rocheux couverts de varech, entretiennent à chaque marée un air salubre et iodé. Les rognons de silex pris dans un mortier servent à l'édification de murs à parement de briques dans un grand nombre d'édifices; les villages offrent de ce fait un aspect méticuleux, un peu austère, caractère adouci bien souvent par des massifs d'hortensias roses ou bleus qui poussent librement jusque dans de minuscules courettes sur le devant des maisons.