Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

villes normandes

  • Granville inspire Victor Hugo

    Les vagues font la musique

    Des vers que les arbres font.

    Toute la nature sombre

    Verse un mystérieux jour;

    L'âme qui rêve a plus d'ombre

    Et la fleur a plus d'amour.

    L'herbe éclate en pâquerettes;

    Les parfums, qu'on croit muets,

    Content les peines secrètes

    Des liserons aux bleuets.

    Les petites ailes blanches

    Sur les eaux et les sillons

    S'abattent en avalanches;

    Il neige des papillons.

    Et sur la mer, qui reflète

    L'aube au sourire d'émail,

    La bruyère violette

    Met au vieux mont un camail;

    Afin qu'il puisse, à l'abîme

    Q'uil contient et qu'il bénit,

    Dire sa messe sublime

    Sous sa mitre de granit.

     

    Victor Hugo: Les Contemplations- Aurore écrit à Granville, juin 1836.

  • Visite historique de Trouville-sur-Mer

     

    Village de pêcheurs mis à la mode en 1825 par le peintre Charles Mozin. Alexandre Dumas y vint en 1829.

     

    Place du Maréchal Foch: Le casino a été construit en 1911 par Alexandre Durville. Le chalet Mozin a été construit en 1846 pour Charles Mozin.

     

    Boulevard Fernand Moureaux:

    • l'Hôtel de Ville a été construit en 1911 par Laurent et Paul Farges.
    • La poissonnerie a été construite en 1936 par Maurice Vincent dans le style Néo-Normand, béton et imitatoion de pan-de-bois. Le style Néo-Normand a été mis à la mode par Fernand Moureaux, in dustriel et maire de Trouville à partir de 1934

    Eglise Notre-Dame-des-Victoires: Elle a été construite entre 1841 et 1850 par un certain Desplants.

    Le Palais normand: bâtiment de style Néo-Normand construit dans les années 1930.

    Eglise Notre-Dame-du-Bon-Secours: elle a été construite en 1867 et remaniée entre 1883 et 1884 par Adrien Jory et Henri Toutains. Le massif de la façade date de 1867 et rappelle celui de l'église parisienne de la Trinité. Le reste ainsi que le mobilier est dans le style Néo-Gothique. Les vitraux sont du maître-verrier Duhamel-Marette et ils datent de la fin du XIX ème siècle.

    Rue du Général Leclerc:

    • Villa Montebello, construite en 1866 par Jean-Louis Celinsky de Zaramba pour la Marquise de Montebello qui était la petite-fille du Maréchal de Lannes.C'est actuellement un musée où il y a des peintures d'Alexandre Antigna, Eugène Boudin, Raoul Dufy, Théodore Frèret, Eugène Isabey, Charles Moxin, Charles Pécrus.
    • Hôtel des Roches-Noires: villa construite en 1866 par Alexandre Crépinet. Le hall a été aménagé en 1924 par Rob Mallet-Stevens.

     

    Rue des Roches-Noires: la villa Persane, elle a été construite en 1859. elle est de style Oriental.

    Rue d'Aguesseau:Château d'Aguessau, construit au début du XVII ème siècle, il est en brique et pierre. Il a été probablement construit pour Hélie de Nollent et Jeanne d'Harcourt. Il porte le nom d'Henri-François d'Aguesseau, il l'avait acquit lors de son mariage en 1729.

  • Histoire de Normandie: Des ponts qui ont donné des noms de Villes

    Naturellement il est rare que le nom commun pont soir employé seul. On citera cependant Ponts (50) et Ponts-et-Marais(76) qui englobe les anciennes paroisses de Pont et de Marais-Normand.

     

    Le plus souvent, le mot est suivi d'un nom de personne, constructeur ou propriétaire, soit séparé dans la graphie, comme dans Pont-Bellanger (14) Pont-Hébert (50) ou Pont-Audemer (27); soit réuni comme dans Pontaubaut (50) ou Pontécoulant (14) dans lequel on trouve le nom d'une personne de type germanique Scolant.

     

    Il est rare que le nom de personne précède le mot pont comme dans Radepont (27) « le pont de Raddo »

     

     

    Ce mot de base peut également être accompagné d'un adjectif ou d'un nom commun qui le déterminent: Vieux-Pont (14,61), Pierrepont (14,50), Breuilpont (27) « le pont du petit bois ».

    Enfin, dans Chef-du-Pont (50), il s'agit de la tête, du point de départ d'un pont construit sur le Merderet, tandis que, dans Saint-Ouen-de-Pontcheuil (27), ce dernier terme est le produit du latin ponteolus, d'où le sens de « le petit pont »

     

    Si le mot pont est directement compréhensible dans les toponymes qui le contiennent, il n'en est pas de même des mots planche et arche, employés pourtant avec le même sens. Le premier apparaît dans Planches (61) et avec une marque dialectale dans Le Planquay (27) et dans Planquery (14). Tous désignent un petit pont de bois.

    Et c'est sans doute à cette catégorie de petites constructions qu'il faut rattache Hébécrevon (50), littéralement « le chevron d'Hébertus », ce chevron étant une poutre qui permettait de traverser un petit affluent de gauche de la Vire.

     

    Arche se présente également sous une forme dialectale dans Arques-la-Bataille (76)

     

    Les ponts construits par les gaulois se sont écroulés depuis longtemps. Nous en gardons cependant le souvenir dans Brionne, qui est forme de deux mots gaulois: briva (pont) et dunon (agglomération), d'où « l'agglomération du pont ». Et n'oublions pas que briva est également contenu dans l'ancien nom de Saint-Lô, Briovera « le pont sur la Vire »

  • Culture de Normandie:Toponymie normande

    par Marc

    Beaucoup de  noms de localités normandes sont dotés d'un certain nombre de syllabes identiques  dont la signification est bien souvent à rechercher dans un terme d'origine scandinave.

    Il en est ainsi de "bec" qui veut dire ruisseau (Bolbec);

    "beuf" qui veut dire demeure (Elbeuf);

    "crique" qui veut dire Eglise;

    "fleur" qui veut dire baie (Honfleur)

    "Ham" qui veut dire maison (Ouistreham)

    "Hague ou Hogue" qui veut dire hauteur

    "tot"  qui veut dire terrain bâti (Yvetot)

    "tui" qui veut dire pièce de terre

    D'autres racines ont une origine plus ancienne comme "ville" ou "court" dont les termes évoquent les propriétés agricoles de l'époque gallo-romaine.

    Quant aux racines "br","kr", et "su", elles signifiaient respectivement: marais, rocher et cours d'eau au moment de l'occupation celte au IIIème siècle avant Jésus-Christ.