Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

village de normandie

  • Villages de Normandie : Auberville la Manuel

    Le plateau du Pays de Caux est balayé par les vents violents venus de la mer toute proche. Hier encore, le paysage de champs et de prairies était coupé ici et là par des chênes et des hêtres alignés en double ou même triple rangée sur les fossés (talus de terre) et les chemins, les maisons et les hommes étaient ainsi à l'abri des plus grands souffles de l'Ouest.

     

    Aujourd'hui quelques fermes ont gardé autour de la masure et des bâtiments annexes, de la cour et des pommiers ces grands rideaux protecteurs qui permettent de se défendre contre les vents et les regards indiscrets des horsains.

     

    Les chemins creux, entre les fossés se sont fait quant à eux plus rares.

     

    Auberville-La-Manuel en a gardé quelques uns autour du village et à proximité immédiate du manoir.

    auberville 2.jpg

     

    Proche de l'église, le Manoir date du XVIème siècle possède des porches monumentaux. Les tours du manoir disposent d'un appareillage de silex et de brique en alternance que l'on retrouve régulièrement dans le Caux.

    auberville 1.jpg

     

    Le village se resserre autour de l'église au clocher pointu

     

  • Village de Normandie: Saint-Céneri-le-Gerei

    Dès le XI ème siècle, un château dominait ce poste de frontière du haut d'un éperon rocheux qu'enveloppe une boucle de la Sarthe, assurant aux défenseurs la maîtrise absolue du passage en contrebas. Cette place forte fut construite par une famille locale les Giroie pour lutter contre les pillages effectués par des Normands.

     

    Elle fut assiégée par Guillaume II de Normandie dit le Conquérant et par Henri Ier Beauclerc.

     

    Le clan des Giroie bâtit également une petite église de style Roman. Un petit sentier qui contourne l'abside offre une vue sur le pont du pierre datant du XI ème siècle et les vieilles maisons qui l'entourent.

     

    Pendant la Guerre de Cent Ans, les troupes anglaises finirent par enlever la place grâce à un canon disposé sur un rocher lui faisant face.

     

    Par la suite, Saint-Céneri tira ses ressources des gisements de minerai de feret des abondantes forêts présentes aux alentours, qui permirent de maintenir un travail artisanal dans les forges jusqu'à la fin du XIX ème siècle.

     

    Le charme de sa situation avait alors attiré une fidèle colonie d'artistes qui ont suivi les traces de Corot qui était tombé amoureux du village en 1855.

  • Village de Normandie: Ry

    Une rue principale qui se rétrécit et s'élargit de nouveau après avoir traversé le Crevon, des devantures discrètes qui se font face avec une apparence de prospérité tranquille. Rien dans ce village et sa vallée paisible n'évoque le malheur ou le scandale.

     

    Pourtant en 1854, comme l'atteste une pierre tombale du cimetière, la fin tragique d'une jeune femme fut sûrement au centre de toutes les conversations. Delphine Couturier, la femme jeune et jolie du docteur du village, avait une liaison avec un gentilhomme campagnard du coin; chaque jour, elle quittait furtivement sa maison pour le rejoindre chez lui, au Manoir de la Huchette.

    Si le sort malheureux de Madame Couturier, qui s'empoisonna lorsqu'elle se sentit perdue.

     

    Cette triste histoire est parvenue aux oreilles de Gustave Flaubert qui écrira son célèbre roman «Madame Bovary »

     

    Les habitants de Ry ont su mettre à profit cette triste histoire; des visites guidées mènent à sa maison et les visiteurs examinent avec curiosité la barrière par laquelle Delphine Couturier se glissait hors du jardin.

     

  • Village de Normandie: Beuvron en Auge.

     

    Beuvron, village de contes de fées, offre un excellent exemple du patrimoine normand. Dans les années 1970, un maire a favorisé la rénovation du patrimoine local du bourg et des alentours.

     

    On peut voir un ensemble de manoirs, auberges et fermes à colombages remontant au XV ème siècle.

     

    La place du marché comporte une très belle halle.

     

    La rue principale et la place regroupent un ensemble remarquable de maisons traditionnelles normandes qui attire de nombreux visiteurs venus de toute la Normandie et d'ailleurs.

     

    En octobre, la fête du cidre mérite une visite, mais tout au long de l'année, les nombreux panneaux placés sur le bord des routes incitent le visiteur à faire l'école buissonnière au hasard des chemins herbeux; en les explorant, on s'imprègne de l'esprit mystérieux des lieux.

  • Paysage de Normandie: Eglise de Vienne (Calvados)

    eglise de vienne.jpg

     

    Elle est dédiée à Saint Pierre.

    vienne 3.jpg

    La nef et le clocher sont de style Roman. Le choeur a été refait. Au sud, le portail est décoré de motifs géométriques. Le clocher comprend au-dessus d'une haute-souche de deux étages, un étage dont chaque angle est occupé par une mince colonne.

    vienne5.jpg

    église de vienne 2.jpg

    Une triple arcade le décore.

    vienne4.jpg 

  • Village de Normandie: Douains.

    La commune de Douains a rattaché la commune de Brécourt en 1909.

    On trouve en 1025, la forme Dunos, qui vient du celte Dunum.

     

    Concernant la commune de Brécourt, on trouve cette commune sous la forme de Bréécourt au XII ème siècle dans une charte de Robert de Leicester. on trouve aussi cette commune sous la forme de Brécuria dans une charte du Pouillé d'Evreux.

    Lire la suite

  • Village de Normandie: La Chapelle-Réanville

    La commune de La Chapelle-Génevray n'existe plus depuis 1844 suite au rattachement avec la commune de Réanville qui a donné naissance à la commune de La Chapelle-Réanville.

    Le terme génevray signale un lieu où poussent des genévriers.

    Concernant le nom de la commune de Réanville, il vient du Domaine de Réan et se trouve sous la forme Régionvillaam dans une charte de Richard II de Normandie en faveur de l'Abbé de Saint-Ouen.

     

    L'église Notre-Dame-de-la-Chapelle-Génevray 

     

    C'est un petit édifice rectangulaire dont le chœur en retrait frappé d'alignement a été reconstruit vers 1905.

     

    La nef est éclairée par des baies en tiers point datant du XVI ème siècle, celle du nord sont trilobées; celle du sud formant deux lancettes à accolades trilobées surmontées d'un soufflet sublobé.

    Lire la suite

  • Varengeville-sur-Mer: Perché au-dessus des flots

    Sur la Côte d'Albâtre, entre Saint-Valéry-en-Caux et Dieppe, à 84 mètres au-dessus des flots de la Manche, Varengeville-sur-Mer ne présente pas le visage classique de la plupart des villages normands, avec un centre-ville rassemblée autour d'une église et d'un hôtel de ville.

     

    Le charme de Varengeville tient dans le dédale de petits chemins qui mènent à de minuscules hameaux rafraîchis par l'ombre de vieux chênes centenaires.

     

    Depuis le XIX ème siècle, l'endroit a séduit plus d'un artiste par son calme entre mer et campagne. Avec la pointe d'exotisme du Parc des Moustiers, imaginé sur le modèle des parc anglais du XVIII ème siècle. Là, dans la fraicheur d'un vallon, poussent des essences venues de Chine, du Japon ou d'Amérique. Le peintre Georges Braque y passa ses dernières années, sa tombe se trouve dans le cimetière marin.

     

    L'église du cimetière marin date du XIV ème siècle, elle est menacée d'être emportée par un glissement de la falaise.

     

    L'église de Varengeville comme la chapelle Saint Dominique possèdent des vitraux originaux de Braque qui passa sa jeunesse au Havre.

     

    Varengeville abrite également le Manoir d'Ango, qui est l'un des plus beaux exemples d'architecture de style Renaissance de Normandie. Construit entre 1530 et 1545, ce manoir fut commandé par l'armateur Jean d'Ango.

  • Paysage de Normandie: l'église Saint-Martin de Fatouville.

    Sous l'ancien Régime, la cure de Fatouville était à la présentation du seigneur.  

     

    L'église, dédiée à Saint-Martin, se compose d'un clocher en avan-corps suivi d'une nef sans bas-côtés et d'un choeur contre lequel sont accolées, au midi, une sacristie et une vaste chapelle, elle-même précédée d'un porche au sud-ouest. La tour quadrangulaire, sans ouverture, en maçonnerie enduite, paraît datée de la fin du XVIII ème voir du début du XIX ème siècle. Elle est surmontée d'un étage en charpente portant une flèche octogonale élancée.

     

    La nef en blocage est dans l'ensemble de style Roman. Elle garde de ce style des contreforts plaats, quatre au nord dont deux ont été remaniés et un au midi et surtout, à la première travée sud, une jolie porte en calcaire datant du XII ème siècle. Soutenue de chaque côté par une colonnette à base attique dont le chapiteau a un tailloir prolongé en imposte orné de bâtons bordées d'un cordon d'élégantes fleurettes à quatre pétales. Celui-ci est arrêté par un personnage accroupi à l'est et un tête humaine à l'ouest; une seconde tête, celle-ci couronnée, l'interrompt à la clef.

    Les quatres fenêtres de style Néo-Gothique sont modernes.

     

    La façade du porche est en pierre d'appareil assez régulier. Bel arc en tiers-point mouluré de tores profondément dégagés datant du XIV ème siècle. Comme les feuillages des chapiteaux les mieux conservés. La chapelle est éclairée par une fenêtre pareille à celles de la nef et au sud par une fenêtre pourvue de meneaux refaite dans le style au XIX ème siècle.

     

    Un contrefort emboîte l'angle nord du chevet plat, il est percé d'une grande fenêtre datant du XV ème siècle à moulure très sobre avec remplage qui a été restauré en 1874. au midi, il y a un deuxième contrefort plus important. Le côté septentrional du choeur est en pierre calcaire dans sa travée orientale et en cailloux dans l'autre. Les deux fenêtres reproduisent celles de la nef.

     

    L'intérieur est couvert d'un berceau lambrissé, mais il offre peu d'intéret. La communication avec la chapelle est assurée par un grand arc en cintre surbaissé avec deux autres arcs plus petits en tiers-point. Les uns et les autres sont simplement chanfreinés et retombent directement sur des piles carrées débordantes. Deux autres arcades, entre lesquelles on remarque une très élégante piscine subtrilobée qui s'ouvraient autrefois sur l'actuelle sacristie.

    On notera aussi, à l'intérieur de la chapelle, la présence d'un enfeu large et peu profond. Une belle niche triangulaire d'un plan fort original est creusée dans l'angle sud-est elle est du XIV ème siècle.

     

    On peut voir un Christ en Croix sculpté dans le bois datant de la fin du XV ème siècle et qui domine le maitre-autel. On peut voir aussi l'autel de la chapelle avec son tabernacle aux ligne gracieuses datant du XVIII ème siècle et la Vierge à l'Enfant du XVII ème siècle qui l'accompagne et l'inscription funéraire d'un prêtre mort le 22 août 1629.

     

  • Paysage de Normandie: Eglise Saint-Denis à Vannecrocq

    L'église est dédiée à Saint-Denis. Elle remonte à la seconde moitié du XII ème siècle.  

     

    Elle comprend aujourd'hui une nef, un choeur rectangulaire et une tour en pierre et silex taillé surmontée au XVII ème siècle par un étage de briques, un clocher carré en charpente et une flèche octogonale en charpente.

     

    De la construction de style Roman appartiennent les contreforts plats en travertin à un glacis de la nef et trois petites baies percées au nord de la nef, l'une est en lancette étroite et l'autre en baie à cintre aplati, et au sud de la nef elle est en plein cintre.

     

    Le choeur a été édifié au XIII ème siècle en pierres et silex taillés avec contreforts plats en travertin à deux glacis. Il est éclairé par une baie à un meneau en tiers-point datant du XIII ème siècle. On a rajouté au XIX ème siècle un oculus et une fenêtre cintrée.

     

    La nef et le choeur sont recouverts d'une voûte en carène à charpente apparente.

     

    On peut voir une statue en pierre représentant Saint-Denis datant du XVI ème siècle. On peut voir aussi les fragments d'un retable en pierre datant aussi du XVI ème siècle figurant des scènes de la vie du Christ en haut-relief.