Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vestiges gallo-romains

  • Histoire de Normandie: Vestiges Gallo-Romains en Seine-Maritime

    Grâce aux facilités des communications, la civilisation gallo-romaine put se diffuser jusqu'au fond des campagnes les plus reculées.  

     

    Il suffit de se reporter aux articles « Mosaiques », « Statuettes antiques » et « Villas Romaines » dans « L'Index du répertoire Archéologique » de l'Abbé Cochet (un des premier archéologue avec Arcisse de Caumont), pour constater le nombre et le luxe des villas, dont on a trouvé les restes dans 46 communes réparties dans toute la Seine-Maritime.

     

    Sans doute, c'étaient là des demeure d'une aristocratie qui a séjourné de façon suivie sur ses terres, au milieu de ses esclaves et de ses colons.

     

    De même l'extrême dissémination des monnaies, des bronzes, des tuiles à rebord, des vases funéraires confirme que la civilisation s'était répandue dans tout le pays.

     

    Nulle part en Normandie orientale, les traces gallo-romaines ne sont plus nombreuse que dans le Pays de Bray, humide et boisé. Il faut faire exception, pour les environs de Gournay dont les marais n'ont été desséchés qu'à partir du XVI ème siècle.

     

    Mais dans le bassin de la Béthune, le terroir de presque chaque village s'est montré d'une richesse archéologique qu'on n'aurait pu soupçonner. Sans doute, les gallo-romains ont été attirés par les minerais de fer et les sables fusibles; les fabrications du fer et du verre étaient peu coûteuse à proximité des immenses forêts. A Forges, le territoire de quelques lieux-dits: Les Minières, Les ferrières, les Forgettes est recouvert de monceaux de scories, parmi lesquels étaient disséminées des monnaies datant d'Auguste jusqu'à Constance. A Neuville-Ferrières on a retrouvé 65 médailles consulaires.

     

    La population n'habitait pas tout entière au voisinage de ces centres industriels. Elle a laissé des poteries, des tuiles à rebord, à Serqueux, à Trefforest.

     

    A La Rosière (hameau de Beaubec), l'abbé Cochet a découvert une centaine d'urnes funéraires. On a trouvé d'autres sépultures à incinération à Saint-Saire; des monnaies de bronze à Neufchâtel; des vases à Quièvrecourt et à Osmoy.

    A Arques, les débris gallo-romains sont innombrables sur le coteau d'Archelles

     

    On peut attribuer la plus haute antiquité aux villages de la lisière occidentale du Pays de Bray, depuis Mauquenchy jusqu'à Bully.

     

    A Liffremont, près de Roncherolles, les débris de murailles, de « temples », sont si nombreux que les paysans donne à ce hameau le nom de Vieux-Rouen.