Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

valleuse d'antifer

  • Randonnée dans La Valleuse d'Antifer

     

    Parcours: 6 km

    Durée: 2h30

    Carte: IGN 1710E

     

    Non loin des célèbres falaises d'Etretat, un milieu naturel original et préservé s'offre au promeneur. En descendant, depuis le plateau cauchois, dans un petit fond de vallée, vous arriverez au pied des hautes falaises de craie blanche, qui vous ouvriront leurs portes sur le large.

     

    La balade commece à l'entrée de la valleuse d'Antifer. Prenez le chemin à droite en sortant du parking.

     

    1. Pénètrez dans la partie amont de la valleuse. Ce boisement dense, consitué de frênes, de chênes sessiles et d'érables sycomores forme une forêt littorale originale: la frênaie-érablière. L'omniprésence des châtaigniers résulte de la gestion forestière du passé, il s'agissait alors de pallier le manque de bois de cauffage. Au printemps, le sous-bois est recouvert d'un tapis violet de jacinthes des bois. Arrêtez-vous un instant, ne faîtes aucun bruit et essayer de surprendre le chant en crescendo du rossignol philomèle qui vocalise jour et nuit à la belle saison.

    2. Poursuivez sur la route pour arriver dans le vallon ouvert. Par une fin d'après-midi ensoleillée, ce fond de vallon ouvert, bercé par le chant du grillon, est un bonheur. Le versant nord-est permet d'observer l'évolution naturelle de la végétation. Celle-ci passe par différents stades, de l'ancienne pâture à la forêt avec, comme étape intermédiaire une lande dominée par la fougère-aigle. Sortant à la verticale d'un roncier, la fauvette grisette émet sa petite strophe brève et grinçante, facile à mémoriser. C'est une espèce nicheuse typique de ces lieux ensoleillés et parsemés de buissons.

    3. Descendez jusqu'à la plage de galets. Ici vous découvrez le spectacle grandiose offert par les falaises de craie. Ces dernières atteignent jusqu'à 100 mètres de haut. Vous pouvez observer sans difficulté les va-et-vient d'un oiseau c'est le Fulmar Boréal. Il plane en tenant ses ailes droites et rigides. Appartenant à la famille des albatros, cet oiseau est un habitué de la haute mer et ne vient se poser sur les falaises que pour se reproduire. Les galets sur lesquels vous marchez proviennent des couches de silex que vous avez peut-être remarquées dans la craie de la falaise. Les hivers sont marqués par de fréquents éboulements. La craie se dissout dans l'eau, tandis que les fragments de silex sont roulés et polis par la mer pour former des galets?. Des bandes de choucas volent en longeant la cime des falaises et en poussant leur cris métalliques caractéristiques. Les choucas aiment à fréquenter les cheminées des maisons situées à l'intérieur des terres.

    4. Reprenez le chemin de la valleuse puis montez sur le versant sud. Vous arrivez mainteant dans la plaine cultivée du plateau cauchois. Les cultures sont le domaine de l'alouette des champs. Au crépuscule, les cultures sont le domaine des lièvres d'europe.

    5. Vous arrivez au bout du chemin et vous entrez dans le hameau de la Place. Remarquez les talus qui entourent les propriétés. Les normands les appellent les fossés. Ils sont souvent plantés d'ormes.

    6. Ayant rejoint la route, vous vous trouvez face à une mare. Dès la fin du mois de février, vous pouvez entendre les coassements des grenouilles rousses.

    7. Prenez à gauche et suivez la route. Au fond du vallon, rattrapez le chemin de terre. Le long du chemin, le boisement ouvert est en fait un ancien verger constitué de grands arbres et de buissons.