Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

unelles

  • Histoire de la Normandie: La Normandie « gallo-romaine»

    Dans leur entreprise de conquête de la Gaule Chevelue, les troupes de Jules César progressent difficilement lorsqu'ils abordent le nord-ouest.  

     

    Viridorix, le chef des Unelles du Cotentin, transforme la presqu'île en forteresse et oppose une forte résistance aux romains.

     

    Viridorix est battu en 55 avant Jésus Christ, et l'ensemble de la région est soumise. Elle devient la base arrière de la conquête de Britannia (Angleterre)

     

    L'organisation augustéenne inclut la région dans la province de la Lyonnaise et la dote de cités. Certaines sont crées de toutes pièces comme Augustodurum (futur Bayeux). D'autres comme Juliobona capitale des Calètes et Rotomagus, capitale des Véliocasses acquiert de plus en plus d'importance grâce à leur position proche de la Sequana (la seine)

    Lire la suite

  • De l'âge du Bronze à l'installation des celtes en Normandie

    les artisans de la presqu'île du Cotentin et de la vallée de la Basse Seine se familiarisèrent vite à la fonte du cuivre puis en y ajoutant l'étain provenant d'outre-Manche, ils devinrent de formidables producteurs de bronze.

     

    Certe, en quantité la Normandie ne dépassait pas la Bretagne mais elle était un centre de production important. Le Cotentin a livré plus de 20 000 objets d'airain.

     

    La Normandie se posait comme un carrefour commercial entre les îles et l'Europe continentale.

     

    Cette civilisation d'artisans et de négociants n'en continuait pas moins d'élever des mégalithes, des allées couvertes et des dolmens.

     

    Au tournant du Ier millénaire avant notre ère, l'introduction du fer accompagne l'arrivée d'un nouveau peuple de guerriers venu de l'Europe centrale: les Celtes.

     

    Ainsi lorsque la région entre dans l'Histoire: les Calètes occupaient le Pays de Caux et le Talou, les Véliocasses contrôlaient le Vexin. Ils se situent dans ce que nomme Jules César « la Gaule Belgique ». Alors que dans la Gaule Celtique on trouvait les Aulerques-Eburovices qui dominaient entre la Seine, l'Eure, l'Avre et la Charentonne. Entre la Dives et la Risle, on trouvait les Lexoviens. Les Viducasses et les Esuviens se partageaient les campagnes allant de Caen à Alençon. Les Bajocasses peuplaient le Bessin. Les Abrincates peuplaient l'Avranchin et les Unelles dominaient le Cotentin.

     

    Retranchés derrière leurs oppidums, ces Celtes de Normandie allaient se révéler rebelles à la conquête Romaine.

  • Culture de Normandie:Cotentin,la Légende d'Equinandra

    759px-Esquina-copie-1.jpg

    Esquina, tombeau d'Équinandra et Clodomir, dans l'anse Saint-Martin

    Esquina est un rocher au large de la baie d'Ecuty à Digulleville. Son nom proviendrait d'Equinandra, prêtresse des Unelles au destin tragique.


    La légende

    - 56 avant JC. Les légions romaines envahissent le Cotentin. Malgré la résistance des Unelles, les troupes de Jules César avancent, et les Gaulois, retranchés dans la Hague, décident de sacrifier, par la main de la jeune druidesse Equinandra, le plus jeune enfant de la tribu, celui de leur chef, Viridorix. Mais ce sacrifice est vain, ils subissent une nouvelle défaite. Viridorix, furieux d'avoir perdu la bataille finale et son enfant, se venge sur Clodomir, époux de la prêtresse, blessée durant les combats, en le faisant agoniser toute une nuit sous les yeux d'Equinandra, par l'administration de feuilles vénéneuses sur les blessures.

    Au petit matin, désespérée par la douloureuse mort de son époux, Equinandra demande à son père, le druide Vindulos, de l'enterrer vivante auprès de celui qu'elle aimait, au bout de la baie d'Écuty. Le rocher qui deviendra maritime avec l'érosion des vagues, Esquina, garde depuis la trace dans son nom.