Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toponyme

  • Histoire de Normandie: L'origine du mot Calvados

     

    Pourquoi avait-on donné ce nom à ces deux portions de la falaise? Parce que leur sommet présente un aspect différent du reste de la falaise. Celle-ci, dans son ensemble est constituée essentiellement d'une masse où la marne domine, surmontée par une corniche de quelques mètres de calcaire. Or cette corniche fait défaut dans les deux sections de falaise dénommées «  calvados » sur la carte, absence qui se traduit par une végétation différente: sur le calcaire, il pousse des arbustes alors que, sur la marne, il ne pousse qu'une herbe rase. Du large, un navigateur repère facilement les deux portions de falaise ainsi marquées. Pour les désigner, des géographes ou des cartographes ont dû utiliser, à l'époque où les textes scientifiques et les cartes étaient encore écrits en latin, le mot composé calva-dorsa, c'est-à-dire, « les dos chauves ». Puis le second élément de ce nom, le latin dorsa a été remplacé par son équivalent français dos; d'où le toponyme Calvados.

     

    Peu à peu le mot n'a plus désigné les hauteurs dénudés qui permettait de repérer le rocher dangereux: il est devenu le nom du rocher lui-même.

     

    Prononciation du mot Calvados.

     

    Ce n'est qu'après qu'il fut devenu le nom du département, en 1790, qu'on a pris l'habitude de prononcer le s final, ce qui a fait parfois penser à tort, qu'il s'agissait d'un mot d'origine espagnole.

     

    Mais on peut affirmer qu'au mot où le mot a été adopté pour désigner le département, la syllable finale- dos se prononçait comme le nom commun dos dont il était formé. On trouve la preuve dans une strophe d'une Marseillaise normande, écrite en 1793 par un certain Givrey-Dupré, et qui commence par ses vers, chanté sur l'air de La Marseillaise:

     

    Enfants de la fière Neustie,

    Courageux défenseurs des loix,

    C'est vous qu'implore la patrie,

    Levez-vous, marchez à sa voix..

     

    Par l'amitié, par la nature,

    L'Orne est liée au Calvados

    Baignera de son onde pure

    Un pays fertile en Héros.

     

    Quand les lauriers de la victoire

    Auront couronné nos efforts,

    Jurons de venir sur ses bords

    Chanter notre commune gloire

     

     

     

    Comme on peut le voir, les rimes de cette Marseillaise sont bonne et il ne saurait être question de faire rimer Calvadoss avec Héroos!

     

  • Histoire de Normandie: Noms issus du travail de la terre glaise

    Plusieurs coins de Normandie fournissent une terre avec laquelle il est possible de faire des poteries ou des tuiles pour couvrir les maisons.

     

    Cette industrie ,encore vivante, est ancienne comme en témoignent les toponymes

     

    • La Poterie-Mathieu (eure)

    • La Poterie-au-Perche (orne)

    • La Poterie-Cap-d'Antifer (seine-maritime)

     

    dans lesquels l'élément complémentaire est facile à comprendre

    mais y a aussi

     

    • Noron-la-Poterie (calvados)

    • Quévreville-la-Poterie (seine-maritime)

     

     

    Tillières (eure) et Tellières (orne) sont formés sur le latin tegula « tuile » et ont connu des fabriques de tuiles.

     

    Pour donner leur forme aux pots et autres récipients que façonnaient les potiers, il fallait les passer au tour. C'est à cela que font allusion deux noms de lieux du Calvados.

     

    • Le Tourneur près de Vire

    • Tournières.

     

    Il fallait également, pour les pots comme pour les tuilles, les passer au four. Nous avons des traces dans les noms de :

     

    • Fours-en-Vexin (eure)

    • Fourneaux (calvados et cotentin)

    • Le Fourmet (calvados)

  • Authevernes un nom mêlant latin et germain

     

    Dans ce composé mixte, l'élément principal se trouve en deuxième parti du mot, cet élément est d'origine germanique. Et il est complété par un adjectif qualificatif qui a d'abord été latin avant de devenir français.

     

    On reconnaît en effet dans ce toponyme un produit du germanique afisna qui veut dire pâturage qui a généré le nom d'Avesnes en seine-Maritime et Avernes dans l'Orne.

     

    Avec, en première position, l'adjectif latin altus « haut », Authevernes signifie simplement « le pâturage sur la hauteur ».