Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

seine-maritime

  • Aimons le Vin par Marée de Paradis le 8 juin 2013 lors de l'Armada à Rouen


    Aimons le Vin par Marée de Paradis le 8 juin... par thibaultfn

  • Villages de Normandie : Auberville la Manuel

    Le plateau du Pays de Caux est balayé par les vents violents venus de la mer toute proche. Hier encore, le paysage de champs et de prairies était coupé ici et là par des chênes et des hêtres alignés en double ou même triple rangée sur les fossés (talus de terre) et les chemins, les maisons et les hommes étaient ainsi à l'abri des plus grands souffles de l'Ouest.

     

    Aujourd'hui quelques fermes ont gardé autour de la masure et des bâtiments annexes, de la cour et des pommiers ces grands rideaux protecteurs qui permettent de se défendre contre les vents et les regards indiscrets des horsains.

     

    Les chemins creux, entre les fossés se sont fait quant à eux plus rares.

     

    Auberville-La-Manuel en a gardé quelques uns autour du village et à proximité immédiate du manoir.

    auberville 2.jpg

     

    Proche de l'église, le Manoir date du XVIème siècle possède des porches monumentaux. Les tours du manoir disposent d'un appareillage de silex et de brique en alternance que l'on retrouve régulièrement dans le Caux.

    auberville 1.jpg

     

    Le village se resserre autour de l'église au clocher pointu

     

  • Le Château de la Petite Heuze en Seine-Maritime.

    château de la petite heuze, normandie, seine-maritime, histoire de France, histoire de la normandie, paysages de normandie,


    A l’abandon depuis plusieurs années, le château de la Petite Heuze a vu son destin pris en main par une poignée de passionnés.

    Née en 2011,l’Association pour la Renaissance du Château de la Petite Heuze vient d’obtenir son inscription à l’inventaire des Monuments Historiques et une subvention du ministère de la Culture pour le bâchage de la toiture. désormais hors d’eau, ce château XVIIème siècle sera animé par l’association pour le faire découvrir au public.

     

    www.lechateaudelapetiteheuze.fr

  • le four à pain de la pannevert à Rouen

    C'est un événement rare qui n'a lieu qu'une fois par mois, été comme hiver. Depuis plusieurs années, quelques bénévoles, passionnés de l'histoire industrielle seinomarine, redonnent vie au four à pain de la Pannevert de Rouen. Sur les rives du Robec, chaque deuxième vendredi du mois, ils ravivent l'âtre de ce four traditionnel et le chauffent pendant une journée pour qu'il délivre le meilleur de lui-même à l'heure d'enfourner de lourds pains, modelés pour l'occasion.

     

    C'est donc en fin d'après-midi, vers 17heures, que parents et enfants sont invités à assister au rituel de la cuisson du pain. L'occasion de se souvenir de l'histoire de ce lieu, réédifié pierre par pierre et toujours entretenu par le Centre d'Histoire Social (CHS) de Rouen. Une façon aussi de connaître quelques secrets sur la cuisson du pain, savamment distillés par les bénévoles de l'association. Et ce, toujours avant le moment le plus délicieux de cette découverte : la dégustation.q

     

    Plus d'infos : Cuisson de pain au four de la Pannevert, les 1er et 3ème vendredis du mois de 17 à 19h 

    • Centre d’Histoire Sociale, Maison des sciences et des techniques de Haute-Normandie, Moulin Saint-Gilles, 13 rue Saint-Gilles, Rouen • 02 35 08 08 41 • contact@expotec103.com • http://www.expotec103.com

  • Histoire de Normandie: Le mot normand «Carabot»

     

    Un Carabot est un ouvrier des quartiers populeux de Rouen.

     

    Ce mot remonte qu'à 1789.

     

    Il servit de mot de ralliement à une bande de républicains qui avait pour chef le nommé Bordier (comédien jouant le rôle d'arlequin) et qui se signala dans les environs de Rouen.

     

    Bordier fut condamné à mort et pendu pour ses actes violents en faveur de la République.  

  • Dictons normands du mois de septembre

     

    • Mois de septembre pluvieux, an fructueux

    • Septembre se nomme le mai de l'automne.

    • Pluie de Saint Gilles ruine les glands

    • En septembre, s'il tonne la vendange sera bonne.

    • En septembre pluie fine est bonne pour la vigne

    • En septembre, il fait bon être tout le jour dans la campagne.

    • En septembre, si l'osier fleurit le raisin mûrit.

    • En septembre sois prudent, achète bois et vêtements.

    • À la Sainte Croix, cueille tes pommes.

    • De Sainte Croix à Saint Michel, la pluie va dévaler du ciel.

    • Si Saint Renaud est pluvieux suivent neuf jours dangereux.

    • Froid de Sainte Nadège annonce pour bientôt la neige.

    • Quand vient la Saint Matthieu, l'été adieu :

    • A la Sainte Justine, toute fleurs'incline.

    • Étoiles filantes en septembre, tonneaux trop petits en novembre.

    • Pluie de Saint Michel sans orage, d'un hiver doux est le présage.

    • La Saint Jérôme venue, sors ta charrue

  • Venez nous suivre sur notre page Facebook.

    Normandie, eure, seine-maritime, orne, cotentin, calvados, les cinq départements normand, réunification,


    Bonjour vous avez du remarquer que le rythme de publication s'est ralenti via le blogue. Nous cherchons des nouveaux sujets d'articles sur la Normandie. 

    Nous continuons cependant de parler et de promouvoir la Normandie via notre page facebook


  • Village de Normandie: Ry

    Une rue principale qui se rétrécit et s'élargit de nouveau après avoir traversé le Crevon, des devantures discrètes qui se font face avec une apparence de prospérité tranquille. Rien dans ce village et sa vallée paisible n'évoque le malheur ou le scandale.

     

    Pourtant en 1854, comme l'atteste une pierre tombale du cimetière, la fin tragique d'une jeune femme fut sûrement au centre de toutes les conversations. Delphine Couturier, la femme jeune et jolie du docteur du village, avait une liaison avec un gentilhomme campagnard du coin; chaque jour, elle quittait furtivement sa maison pour le rejoindre chez lui, au Manoir de la Huchette.

    Si le sort malheureux de Madame Couturier, qui s'empoisonna lorsqu'elle se sentit perdue.

     

    Cette triste histoire est parvenue aux oreilles de Gustave Flaubert qui écrira son célèbre roman «Madame Bovary »

     

    Les habitants de Ry ont su mettre à profit cette triste histoire; des visites guidées mènent à sa maison et les visiteurs examinent avec curiosité la barrière par laquelle Delphine Couturier se glissait hors du jardin.

     

  • Village de Normandie: Villequier.

    À quelques kilomètres en aval de Caudebec-en-Caux, dans l'une de ses boucles les plus spectaculaires, la Seine s'élargit en face d'un village ravissant: Villequier.

     

    Situé sur la rive droite au pied d'une pente boisé, il fut le berceau de générations de marins, de pêcheurs et de pilotes.

     

    Les quais bordés de maisons élégante, offrent une promenade sympathique. La plus belle demeure abrite un musée consacré à Victor Hugo. Il fit des séjours réguliers chez son ami Auguste Vacquerie, fils d'une riche famille d'armateurs.

     

    En 1843, on célébra le mariage de Charles Vacquerie (frère d'Auguste) avec Léopoldine Hugo.

    Six mois à peine après ce mariage, ils se noyèrent au cours d'une promenade en bateau sur la Seine. Le couple fut enterré dans le cimetière qui borde l'église Saint-Martin. Cette tragédie inspire un poème à Victor Hugo.

     

    Dans l'église, on peut voir, des vitraux datant du XVI ème siècle qui évoquent une bataille navale où s'affrontent une flotte de l'armateur Jean Ango et une flotte de commerce portugaise.

  • Le port du Tréport.

     

     

    avantport.jpg

    À l'embouchure de la Bresle, Le Tréport apparaît vers le IX ème siècle.

     

    En 1471, Jean de Bourgogne, Comte d'Eu, fait creuser entre Eu et Le Tréport, le Canal d'Artois. Puis en 1545, François de Clèves, Comte d'Eu, ouvre dans le port un vaste bassin pouvant recevoir des bâtiments de 300 tonneaux.

     

    Réaménagé de 1847 à 1862, le port recevait des navires, suédois et norvégiens chargés de bois et des navires anglais chargé d'houille ou d'ardoise.

     

    À la fin du XIX ème siècle, le port arme de 70 à 80 navires de pêche par an.