Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

second empire

  • La Colonie Pénitentiaire des Douaires près de Gaillon

    Colonie pénitentiaire agricole pour jeunes détenus, fondée en 1840 dans l'ancien Manoir des Douaires.

     

    Le premier établissement construit en 1848 est remplacé en 1868 par un ensemble de bâtiments dont le plan a été établi par Etienne Bourguignon, architecte de la Maison Centrale de Gaillon (prison qui se trouvait dans le château de Gaillon).

     

    Le quartier correctionnel accolé à la chapelle applique les principes de la colonie pénitentiaire de Mettray dans l'Indre-et-Loire.

     

    Longs bâtiments, chapelle et maison des gardiens sont construits en brique avec toits en ardoise à pignons découverts évoquant le « gothic revival » anglais!

  • Histoire de la Normandie:le 27 juin 1836, Hugo au Mont

    Victor Hugo fait le voyage du Mont

     

    Le 27 juin 1836, Victor Hugo accomplit le voyage du Mont alors qu'il est âgé de trente-quatre ans. Il a emmené avec lui, Juliette Drouet, sa maîtresse depuis trois ans. Le couple qui s'est adjoint un pseudo-frère de Juliette pour couper court aux commérages, arrive au Mont le 27, mais l'enthousiasme du poète est sérieusement refroidi par le spectacle de l'abbaye transformée en prison.

     

    « Un sinistre amas de cachots, de tours et de rochers », écrira-t-il à Louise Bertin.

     

    C'est dès le règne de Louis XIV que le Mont Saint-Michel avait acquis, comme des centaines d'autres couvents du royaume, le statut de maisons de force enferment des correctionnaires par lettres de cachet. Mais à la différence des autres maisons de force de u royaume, le Mont avait statu de prison d'Etat et recevait, mais non exclusivement, des prisonniers de l'initiative du pouvoir royal qu'il fallait tout particulièrement surveiller et dont il fallait décourager les évasions, fréquentes ailleurs.

     

    Cette forteresse était donc toute désignée pour cette fonction, en recevant notamment de la Bastille des prisonniers destinés à subir un enfermement prolongé, à la différence de la célèbre prison parisienne où l'on ne restait pas longtemps.

     

    Ainsi naquit la « Bastille des mers » que la première République, le consulat, le Directoire, l'Empire, la Monarchie de Juillet et le Second Empire s'empressèrent de conserver.