Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

scandinavie

  • BA-BA sur les Vikings



    B.A-BA VIKINGS

    de Bernard Marillier

    Editions Pardès, 2003, 128 p., illustré, 14 x 21 cm.

    Code Isbn: 2-86714-252-0


    Vikings ! La simple évocation de ce nom terrifia des siècles durant les peuples d'Europe. Il est vrai que les "HOMMES DU NORD" firent une entrée fracassante sur la scène de l'Histoire : le 8 juin 793, selon la chronique, des GUERRIERS venus de Scandinavie saccagèrent le sanctuaire de Lindisfarne, situé sur la côte sud-est de l'Écosse...

    De cette date et de ce lieu précis, les historiens ont fixé, arbitrairement, le commencement de l'ère viking. Dès lors, une véritable "folie expéditionnaire" s'empara des NORDMANS qui, des brumes glacées du Septentrion jusqu'aux mers chaudes du Sud, vont écrire l'une des aventures les plus fabuleuses de l'humanité !!

    Portés par leurs SNAKKARS et armés de la hache et du bouclier rond, les VIKINGS norvégiens, suédois et danois colonisèrent l'Allemagne du Nord, l'Angleterre, l'Islande, l'Irlande et l'Écosse. Ils explorèrent le Groenland, les côtes d'Amérique du Nord et du Sud, et les côtes africaines....

    Ils créèrent des royaumes, tels la Normandie et la première principauté russe. Ils marquèrent Byzance de leur empreinte. Porteurs d'une CIVILISATION SUPÉRIEURE à celle de leurs contemporains, les VIKINGS furent des GUERRIERS et des MARINS INTRÉPIDES, tout autant que de délicats POÈTES et ARTISANS, ainsi que des MARCHANDS rusés et avisés.

    Dans ce B.A.-BA VIKINGS, l'auteur nous invite à découvrir le véritable visage du VIKING, débarrassé de sa légende noire comme de sa légende rose, et à nous plonger dans ce que fut son univers maritime, guerrier, spirituel, politique, culturel et économique; univers marqué, certes, par la RUDESSE, mais, aussi et surtout, par un HÉROÏSME sans faille, un HONNEUR sans compromission et un ESPRIT D'AVENTURE sans peur.

    ***
    SOMMAIRE :

    INTRODUCTION

    CHAPITRE I

    LE PRINTEMPS VIKING
    CHAPITRE II
    L'ÉTÉ ET L'AUTOMNE VIKINGS - L'EXPANSION ET L'ARRET

    CHAPITRE III
    L'EMPIRE DE THORR - L'OUTIL MILITAIRE DES VIKINGS

    CHAPITRE VI
    LE ROYAUME D'OHINN - LE CONTEXTE SPIRITUEL DES VIKINGS

    CHAPITRE V
    LE JARDIN DE FREY ET DE FREYA

    CHRONOLOGIE

    ANNEXES

    BIBLIOGRAPHIE

  • Histoire de Normandie: La Coutume de Normandie

    La Coutume de Normandie est un système légal apparu en Normandie au début du Xe siècle à partir d’admixtion de principes juridiques scandinaves sur le droit franc en usage dans l’ancienne Neustrie. La fixation de ces pratiques au cours du règne de Guillaume le Conquérant a abouti, au milieu du XIIIe siècle à un système unifié enregistré dans deux coutumiers, le Très ancien coutumier (1200-1245) et la Summa de legibus Normanniae in curia laïcali (1235-1245).

    Les traits marquants qui distinguent le droit normand sont l'absence, sur le plan légal, de distinctions sociales entre les Normands qui sont égaux devant la loi. Le système de succession exclut les filles en raison de leur impossibilité de transmettre les biens dans la famille et accorde une place privilégiée à l’aîné qui est le seul héritier. Dérivant peut-être de la coutume scandinave : « Quand un fils leur naît, le père se dirige vers le nouveau-né, l’épée à la main et, la jetant à terre, il lui dit : Je ne te lèguerai aucun bien : tu n’auras ce que tu peux te procurer avec cette arme. », cette disposition a, en tout cas, donné lieu à l’expression « cadet de Normandie » pour désigner une personne peu fortunée. De même, le système matrimonial reposait sur la séparation de bien entre époux, le mari devenant propriétaire de tous les biens acquis durant l’union.

    Une disposition intéressante de la coutume de Normandie réside dans la clameur de haro qui est une plainte verbale en public de celui à qui on fait quelque violence ou injustice et qui vaut assignation en justice.

    Les principales dispositions de la coutume de Normandie seront en vigueur dans leur état en France jusqu’à la Révolution.

    La législation anglaise a conservé de larges portions du droit normand, y compris dans les procédés, les formules et le langage. Le droit anglo-saxon reste imprégné de droit normand.

    Aujourd’hui encore, la coutume de Normandie inspire la législation des parties de la Normandie dépendant de la couronne britannique, notamment la clameur de haro qui reste en vigueur à Sercq, Jersey et Guernesey. Les juristes se destinant à la profession d’avocat ou d’avocat-conseil à Guernesey (ou, jusqu’à récemment, à Jersey) doivent compléter un cycle d’étude de six mois en droit normand à l’université de Caen et obtenir un Certificat d’études juridiques françaises et normandes avant de pouvoir s’inscrire au barreau de Guernesey ou de Jersey.

  • Cuisine de Normandie: Deux recettes venues de scandinavie

    Glögg, le vin chaud scandinave.

    - 1 bouteille de vin rouge (vin de table)
    - 100 à 500 ml de vodka (facultatif)
    - 5 - 20 clous de girofle
    - 1 cuillerée à thé comble de graines de cardamome
    - 2 à 4 bâtons de cannelle
    - 1 ou 2 morceaux de gingembre
    - les zestes d'un demi citron
    - 125 à 250 ml de sucre
    - 1 cuillerée à thé comble de sucre vanillé

    - Broyer les bâtons de cannelle et les graines de cardamome au mortier.
    - Déposer toutes les épices et les zestes de citron dans un bocal de verre avec la vodka. Couvrir et laisser reposer toute la nuit.
    - Filtrer; verser dans un chaudron avec le sucre, le sucre vanillé et le vin rouge; faire chauffer jusqu'à ce qu'il commence à dégager une vapeur mais SANS faire bouillir.
    - Mélanger, goûter : si ce n'est pas assez sucré à votre goût, ajouter du sucre ; si c'est trop sucré, ajouter du vin.

    A consommer avec modération biensûr :) !

    Le Julegrøt.
    (Bouillie offerte aux luttins le 24 décembre)

    Pour 6 portions :

    - 250 gr de beurre
    - 5 dl crème liquide entier
    - 200 gr de farine de blé
    - 1½ l de lait (evt lait caillé)
    - 1 cuillère à soupe de sucre
    - 1 cuillère à café de sel

    - Faire chauffer le beurre et la crème liquide. Rajouter la farine tamisé. Tourner jusqu’à ce que le mélange se détache de la casserole.
    - Rajouter petit à petit le lait chauffé, et faites bouillir entre chaque rajout.
    - Séparez un peu du beurre qui s’en dégage pour le service (smørøyet = œil de beurre). Accommodez avec du sucre et du sel.
    - Servir sur une assiette en faisant un creux aux milieu pour le beurre – smørøyet et servez saupoudré de cannelle et du sucre. Boisson : Sirop de fruits rouges.

  • Idée de Lecture:Les Vikings de Régis Boyer

    Les Vikings

    "Les Vikings"
    Auteur     Régis Boyer
    Editeur     Perrin
    Collection     Tempus
    ISBN     2262022437

    "Les Vikings"

    Les Vikings ne sont pas les brutes sanguinaires qu'une image d'Epinal a fixés. Ce livre restitue l'histoire et la civilisation d'un grand peuple méconnu.

    Nourri de vagues réminiscences médiévales et des récits fantasmatiques détachés de leur contexte, exacerbé au XIXe siècle par les aspirations nationalistes des pays scandinaves, le mythe du Viking cruel et sanguinaire est tenace. Régis Boyer, en s'appuyant sur les documents les plus solides (archéologie et sources strictement contemporaines de la civilisation viking), démêle toutes les confusions et les erreurs qui s'attachent à ce peuple que l'on croyait barbare et dont il révèle les qualités humaines. Pourquoi et comment ces hommes se sont-ils déplacés dans toute l'Europe, de 800 à 1050 environ ? À la faveur de quelles circonstances ont-ils pu s'installer à l'est comme à l'ouest - pays scandinaves, Groenland, Normandie, Angleterre -, et se voir offrir l'administration de leurs nouveaux territoires ? Comment ont-ils fondé l'État russe ? Qu'ont-ils apporté à l'Occident ? Auraient-ils pu découvrir l'Amérique ? Si les Vikings n'étaient pas les guerriers invincibles que l'on croyait, il demeure que leur migration est un des temps forts de l'histoire de l'Occident, et qu'elle continue de surprendre.

     

  • Culture de Normandie:Le vocabulaire de la marine française

     

    langskip.gif

    Le vocabulaire de la marine française est encore imprégné de mots d'origine scandinave. Un officier de la Royale a relevé en 1935 que sur 80 mots employés couramment à bord, cinquante-trois étaient d'origine scandinave directe parmi lesquels:

    • Bâbord " bak-boroi"
    • bitte " biti"
    • bord " boro"
    • bouline "boglina"
    • écoute "skaut"
    • étrave " stafn"
    • gréer "greioa"
    • hauban "höfuo"
    • quille "kjölr"
    • sombrer "sumla"
    • tanguer "tangi"
    • tribord "stiorboro"
  • Choeur Saint-Michel: Les Lansquenets


    podcast

  • Le Kilt mot d'origine scandinave

    par Marc


    ORIGINE
    Le terme "kilt" est un terme d'origine Danois qui désigne la jupe du guerrier
    ,malgré tous les appriorris l'origine du kilt est scandinave , et était porté avec des braies*** , qui fut adopté par les écossais comme un vetement quotidien "feileadh mor***"facile a porter et ample, au fil des siècles ce vêtement évoluera quelque peu sous la forme de celui que l'on connait aujourd hui "le kilt ou philbeg"
    Nos ancêtres vikings (north-mann)ont importé ce vêtement lors de leurs conquêtes Ecossaises Irlandes et nord ouest de la France (Neustrie qui deviendra comme chacun le sait notre beau pays) "la Normandie"

    ***Braie désigne également un large pantalon
    ***Le feileadh mor était un vêtement plus long constitué d'un plaid d'environ 5 mètres de longueur que l'on enroulait autour de soi et que l'on ceinturait à la taille pour se couvrir à la fois le haut et le bas du corps. Au-dessous de la taille, le feileadh mor formait jupe comme le kilt actuel, tandis que le reste du tissu au-dessus de la taille était drapé sur l'épaule et fixé par une broche. Cette partie supérieure pouvait être disposée sur les épaules de diverses manières en fonction du temps, de la température ou de la liberté de mouvement requise.

    LE VETEMENT
    Aujourd'hui, le kilt est une étoffe de 3 à 5 mètres

    Le kilt est plat par devant, et plissé à l’ arrière.
    Une sorte de bourse, l'escarcelle , sporan, tenue par une chaîne, est portée par le devant.
    Une épingle d’ornement ,spin, kilt-pin maintient le pan plat en bas et à droite.
    Chez les femmes, l’épingle se porte à gauche.
    À l'intérieur de la haute chaussette droite en laine ou "Hose" est disposé, pour les droitiers, un petit couteau, le « Sgian Dubh »ou skin dou.