Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sainte clotilde

  • Tradition de Normandie: le culte à Sainte Clotilde

    Le culte à Sainte Clotilde était très répandu en Normandie.  

    Le 3 juin, les paroissiens d'Ermenouville en Seine-Maritime apportaient chacun une belle bourrée pour constituer le bûcher que l'on enflammerait la nuit venue. Toute la jeunesse était ce soir-là auprès du feu de Sainte Clotilde, pour se divertir et danser autour de la belle flambée. 

    Dans toute la Seine-Maritime, on demandait à Sainte Clotilde, la guérison des maux dont on était affecté. Le pouvoir de la Sainte était tel qu'on lui attribuait toutes les spécialités médicales.

     

    Les sources dédiées à Sainte Clotilde étaient nombreuses et leurs eaux avaient des vertus curatives efficaces. Parmi elles, celles de Saint-Germain du Pasquier dans l'Eure, Etaimpuis en Seine-Maritime et Rolleville en Seine-Maritime, où l'on baignait les enfants pour les fortifier.

     

    Le principal lieu de culte dédié à Sainte Clotilde est aux Andelys dans l'Eure. Chaque année les pèlerins se rendaient en procession à la Source Sainte Clotilde. On raconte que lors de la construction de l'Abbaye, la Reine Clotilde s'impatientait que les travaux avancent lentement et que les ouvriers soient chaque jour plus fatigués. La Reine Clotilde par ses dévotions à la Vierge fit jaillir une source dont les eaux avaient la saveur du vin pour les ouvriers.

     

     

    Les fêtes dédiées à Sainte Clotilde débutait le matin par une visite à l'Eglise du Grand-Andely où les pèlerins exprimaient leurs souhaits particuliers à la Sainte. Après ses dévotions, on se rendait joyeusement à la Foire, les uns allant acheter des potions médicales auprès des marchands ambulants, les autres se dirigeant sous les tentes pour boir le Bon Bère (cidre).

    Ce n'était qu'après les Vêpres que les pèlerins de rendaient à la Fontaine Sainte Clotilde. Là le clergé versait quelques gouttes de vin dans l'eau et y plongeait les reliques de la Sainte pour en vivifier les vertus.

    Après s'être baignés dans la source, les pèlerins passaient à trois reprises sous un dolmen qui a été détruit sous la Ière République Française. Après on enflammait le traditionnel bûcher et l'on dansait fort tard dans la nuit, tandis que ceux qui étaient gagnés par la fatigue allaient dormir dans l'église qui les accueillait la nuit, avant de repartir au matin chez-eux!