Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

saint-germain

  • Culture de Normandie: Saint-Germain et le dragon

    Le Trou Baligan était une sorte de grotte qui s’ouvrait autrefois dans les falaises du Nez de Flamanville. Entièrement dissimulée, d’abord forte étroite, elle s’élargissait ensuite progressivement. On raconte qu’elle conduisait jusque sous l’église du village.

    Un véritable monstre, aux allures de serpent, d’une taille prodigieuse s’y serait établi, sortant de temps en temps, à la recherche d’une proie, d’un homme ou d’un animal, pour la dévorer. Désespérés, les habitants de la région s’étaient résolus à lui abandonner chaque semaine un enfant désigné par le sort.

    Un matin de l’année 448, alors que l’on venait de livrer au monstre sa terrible redevance, l’attention des habitants fut attirée par une silhouette approchant sur les flots. C’était un homme, portant une grande chape sur le dos, une crosse d’évêque à la main, debout sur une rouelle de charrue qui semblait glisser sur les eaux. Il s’agissait de Saint Germain la Rouelle. Le Saint aborda en face du Trou Baligan et se dirigea vers le serpent. A demi sorti de son repaire, celui-ci recula pour s’y abriter. Le Saint l’en empêcha et le toucha de sa crosse. L’animal se tordit de convulsions et s’immobilisa avant de s’incruster dans dans la roche, tel qu’on pouvait encore le voir au 19ème siècle. Saint Germain bénit la foule qui se confondait en actions de grâce avant de s’éloigner.

    Pendant longtemps, les enfants de Flamanville étaient conduits à l’église le jour de la Saint-Germain, afin de le remercier et lui demander protection. Autrefois, quand les enfants pleuraient sans raison, montrant des signes de peur, on disait qu’ils voyaient la bête Saint-Germain. On les portait alors à l’église afin que le prêtre lise sur eux l’évangile du jour. On prétendait que cela suffisait à les calmer.

    Le dragon du Trou Baligan est très semblable à ceux que terrassèrent d’autres saints, vers la même époque. Il symbolise le Paganisme, toutes ces anciennes croyances faites d’idolâtrie qui existaient dans nos contrées avant l’évangélisation. Le serpent était alors un symbole familier et les sacrifices d’enfants, faits coutumiers. Le christianisme adopta l’image du dragon terrassé par un être céleste afin de symboliser la victoire sur ces anciennes pratiques ; Saint Germain étant toujours représenté avec un animal fantastique vomissant des flammes à ses pieds.