Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

routes de normandie

  • Traditions de Normandie: Les Croix de Seine-Maritime

    Grès et pierre calcaire, bois, granit, fonte, fer forgé et même béton armé sont les matériaux employés pour fabriquer ces croix. De bas en haut on distingue: le socle, le fût scellé dans le socle à l'aide de plombs sur les croix en grès, la croix et le sommet.

     

    Qu'elles soient simples ou remarquablement sculptées, on en dénombre parfois plusieurs par commune.

     

    Schématiquement, elles sont de quatre sortes:

     

    • Les croix de cimetière

    Elles sont situées au pied des églises, au milieu des tombes. Ce sont des calvaires. Ces croix commémorent donc la Passion du Christ et en porte souvent les instruments: les tenailles, le marteau, l'éponge de vinaigre, les dés à jouer, la couronne d'épine, etc...

    L'If centenaire et le calvaire sont parfois les seules marques d'un cimetière disparu.

     

    • Les croix de chemins

    On les trouve en bordure de route ou au milieu de la plaine, là où passaient les anciennes voies avant le remembrement. D'une manière générale, elles jalonnent les itinéraires de pèlerinage et en conservent les attributs sculptés.

    En mai, lors des Rogations, la procession qui allait à travers champs, faisait une station auprès des reposoirs mais s'arrêtait aussi auprès de ces croix.

     

    • Les croix commémoratives

    Au carrefour, près du village ou sur un promontoire, elles ont été érigées pour de multiples raisons: la piété, le souvenir du passage d'un saint, l'affirmation du catholicisme face à la montée du protestantisme, la reconnaissance des habitants après la guerre, un ex-voto ou tout autre souvenir à commémorer.

     

    • Les croix de missions

    Au XIX ème siècle, les ordres religieux venaient réveiller la piété des fidèles en prêchant pendant quelques jours. À la fin de la mission, on plantait la croix que les fidèles avaient financée après avoir fait une procession. Aujourd'hui, il reste encore plusieurs exemplaires de ces croix le long des routes à la campagne.