Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert le magnifique

  • Ville de Normandie: Falaise

    Lorsqu'on arrive à Falaise par la route de Caen, la ville se déploie au-dessus du val d'Ante dans un mouvement très séduisant. L'église Saint-Gervais se présente au premier plan comme vêtue de dentelles; les maisons qui s'étagent alentour sont couvertes de toitures en cloche d'un rouge sombre et homogène. Bien qu'appuyée sur des escarpements, ce fut une des villes les plus cohérentes de France. Elle l'est presque restée malgré les horreurs de la guerre parce qu'elle reçoit l'influence du site auquel elle est attachée et que ses reconstructeurs ont opéré avec un rare souci de retrouver ses accents, ses rythmes, ses couleurs.

     

    La bataille de Falaise fut une des plus dures de celles qui suivirent le débarquement de 1944. Pendant trois mois la ville subit les bombardements alliés, puis un combat serré se livra durant un mois entre l'armée de von Kluge et celle de Montgomery dans la poche de Mortain-Argentan-Falaise, combat qui devait se terminer, près de Falaise, par l'encerclement des allemands.

     

    Si quelque chose peut étonner, c'est qu'une ville qui connut tant de combats ait encore conservé l'essentiel de ses monuments. Mais il faut dire qu'on n'en a pas encore pansé toutes les blessures.

    Lire la suite