Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

révolution de février 1848

  • Histoire de la Normandie:La révolution de 1848 à Rouen

    Les journées insurrectionnelles des 22, 23 et 24 février 1848 mettent fin à la Monarchie de Juillet de Louis-Philippe d'Orléans, à la suite de la crise financière et économique qui sévit depuis 1846 et du développement de l'opposition à la politique autoritaire et conservateurs de Guizot.


    C'est par les journaux que les Rouennais ont été informés des événements de Paris. Un certain attentisme a préludé à une forte émotion populaire lorsque s'est propagée la nouvelle de la proclamation de la seconde république.


    Dans la nuit du 25 au 26 février, puis dans la journée du 26 février, de graves incidents ont lieu, dans lesquels, il est toujours difficile de démêler le « spontanéisme » d'éventuels agissements d'agitateurs venus de Paris.

    Ces incidents violents, ces quelques incendies ont d'ailleurs pour résultat de tempérer sérieusement les ardeurs républicaines de nombreux Rouennais, à commencer par la Garde Nationale, investie de la mission du maintien de l'Ordre.


    La seconde République est néanmoins proclamée le 1er mars à l'Hôtel de Ville de Rouen.


    Mais la vie économique s'est arrêtée et la situation se dégrade: manifestations violentes, barricades dans les quartiers populaires , pillages, attaque de la prison pour en délivrer des émeutiers arrêtés.



    Des élections annoncées pour les 23 et 24 avril 1848. C'est le premier vote universel, finalement les conservateurs anciens soutiens de Guizot sont élus, beaucoup d'ouvriers sont mécontent des résultats et donc lancent l'idée d'une seconde révolution contre les nouveaux gouvernants.


    Finalement le gouvernement réprime durement ce mouvement putschiste de gauche. Face au péril rouge, les gouvernant proposeront à l'élection présidentielle de décembre 1848, le Prince Louis Napoléon Bonaparte.