Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

résistance intérieure française

  • Chant militaire- Marche de la Résistance

     

    arrive_degaulle_bayeux_5339.jpg

    Le 14 juin 1944, le général de gaulle débarque du navire "La Combattante" sur la plage de Courseulles sur Mer en Normandie; il visite Bayeux, Isigny sur Mer et Grandcamp-Maisy. Le Chef de la France Libre prononce son premier discours sur le sol de la métropole.

    Un anonyme compose sous le pseudonyme de "Bagherra" une chanson célébrant cette visite et dédié au 4ème bataillon de Normandie.

    1-Petit Soldat des FFI de France

    Nous sommes entrés dans la résistance

    Afin de délivrer notre pays

    De ces nazis

    Qui sont partis

    En soulevant la haine de tous les maquis.


    Refrain

    Vive les forc's de l'Intérieur

    Ell's font jaillir de tous les coeurs

    Des larmes de joie, de victoire

    Et nous apportent la Gloire

     

    2- Afin de venger ceux qui sont tombés

    Au petit jour derrière les barbelés

    Et pour que nous puissions revoir bientôt

    les p'tits copains

    Qui au matin

    Nous ont été arraché par la Gestapo

     

    3- Mais nous voulons aussi dire merci

    A tous les Français qui nous ont nourris

    A ceux qui nous ont sauvés du cauchemar

    Et ont aidé

    A ramener

    A leur foyer tous ceux qui furent des maquisards.

     

    4- Et si beaucoup d'aviateurs furent sauvés

    S'ils trouvèrent des abris sûrs et cachés

    C'est qu'il y eut partout dans le pays

    Des femmes sans peur

    dont le grand coeur

    A toujours bravé la fureur de l'ennemi

     

    5- Et maintenant puisque le général

    a bien voulu visiter notre val

    Nous demandons à le suivre de près

    A son courage

    Rendons hommage

    Car il entraîne derrière lui tous les Français

  • Action de Résistance à Saint-Georges du Vièvre

    Saint-Georges-du-Vièvre fut un haut lieu de la Résistance en Normandie. Le maquis Surcouf y disposait de très nombreux agents sédentaires dont les 4 gendarmes de la brigade territoriale ainsi que la Docteur Duclos et le Maire nommé par Vichy M.Bruneaux.


    Le 6 juin 1944, le commandant Leblanc qui dirigeait le maquis, à la tête de deux sections attaque la garnison allemande, ainsi que le détachement chargé de la surveillance du poste d'observation.


    Un violent combat s'engage qui durera plusieurs heures et les allemands n'ont eu d'autre ressource que de se barricader dans le château en attendant les renforts envoyés par le bataillon de SS, cantonné au Pin.


    Les maquisards ont perdu deux hommes et déplorèrent plusieurs blessés. Les allemands de leur côté déclareront officiellement huit morts et onze blessés.

  • PRENDS TON FUSIL, MAQUISARD !

    PRENDS TON FUSIL, MAQUISARD ! sur l'air de "Prends ton fusil Grégoire" de Paul féval

     

    La parallèle entre les chouans, cachés dans leur bocage pour combattre les républicains a été utilisé. Eugène Drouin pastiche le célèbre refrain de "Prends ton fusil Grégoire", chanson écrite par Paul Féval en 1853 pour son roman "Madame Gil Blas".


    -1-prends ton fusil, maquisard,

    Et chasse, chasse, chasse,

    Car il faut que ton regard

    Dans tes taillis, au hasard

    Du chemin, de la route, fasse

    Peur au boche, au masque blafard,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -2- Prends ton fusil, maquisards,

    Chasse le loup, chasse la bête

    La bête, immonde et cruelle,

    Qui a fait pleurer ta belle,

    Ta belle au tendre regard,

    Pour avoir de beaux jours de fête,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -3-Prends ton fusil, maquisard,

    Au dessus de la cheminée

    Tu le pendras. A la veillée

    Tu chanteras la glorieuse épopée

    Où dans l’aube du jour blafard

    Tu grelottais dans la rosée,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -4-Prends ton fusil, maquisard,

    Car la paix, heureuse et féconde,

    Par toi reviendra sur le monde

    Et dans l’aube d’un jour blafard

    Tu verras luire l’aurore nouvelle

    De la liberté si belle

    Alors,

    Pose ton fusil, maquisard.