Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

protestant

  • Le château de Colombières près de Bayeux

    Arcisse de Caumont signale le château de Colombières comme « une des constructions militaires les plus notables de la Normandie aux derniers temps de la Féodalité ». Il a été également dénommé « capitale marécageuse du Bessin », à cause de sa situation géographique en bordure de la Vallée de l'Aure, envahie autrefois par la mer refluant jusqu'à trévières avant l'établissement de portes à flot à Isigny au XVIII ème siècle, et également à cause du rôle joué par cette place forte au cours de plusieurs conflits.

     

    Il se présente comme un quadrilatère entouré de fossés remplis d'eau en permanence. Beaucoup de parties ont été retouchées aux XVIIème, XVIII ème et XIX ème siècles, pour le rendre plus habitable; mais le corps des bâtiments appartient à la fin du XV ème siècle, époque à laquelle, il fut construit sur une forteresse beaucoup plus ancienne. Arcisse de Caumont en fait la description suivante: « le principal corps de logis occupe le côté du Nord; le rez-de-chaussée est voûté. Aux deux extrémités de ce bâtiment allongé sont deux tours rondes qui protégent les angles de la place; celle du Nord-Ouest renferme un appartement dont les décorations sont encore du XV ème siècle... L'autre tour, celle du Nord-Est renfermait la chapelle. La porte d'entrée se trouvait dans le côté oriental du carré et comportait un pont-levis. De ce côté et du côté Sud, il n'y avait pas de bâtiments, mais un mur de 8 pieds d'épaisseur couronné de machicoulis et qui pouvait avoir 30 pieds de hauteur. »

     

    A cette description, il faut ajouter que le côté Ouest est occupé par un second corps de logis à l'extrémité duquel se trouve au Sud, une haute tour carrée comportant le colombier et un chemin de ronde à mi-hauteur. Aux XVI ème siècle, une petite tour octogonale fut emmurée dans la façade principale. L'épaisseur des murs était de 2m66, mérite d'être mentionnée.

     

    Les documents retrouvés nous disent que Philippe de Colombières était seigneur et châtelain de Colombières en 1147. Pendant l'occupation anglaise en 1417, le seigneur de Colombières était resté fidèle au roi de France, il fut dépouillé de ses biens et de sa forteresse.

    En 1452, Jean de Colombières récupéra ses biens, ruiné par la guerre, il dut le vendre à Christophe de Castoglione. En 1455, Jean de Colombières vend son droit de retrait lignager à son oncle Roger de Bricqueville, lequel l'exerce et prend possession de la terre et du château de Colombières en 1457.

    Le château resta dans la famille Bricqueville pendant plusieurs siècles.

    En 1562, François de Bricqueville est un des plus redoutables chefs protestants. Il fit piller le trésor de la Cathédrale de Bayeux et on raconte qu'il fit noyer bon nombre de catholiques dans l'étang voisin du château. Il fit subir de nombreux sévices à Arthus de Cossé-Brissac, évêque de Coutances, le 8 février 1562. La chapelle du château, dédiée à Notre-Dame de Rouge-Brique est profanée. Il meurt en 1574.

     

    En 1628, son arrière-petit-fils, Cyrus-Antoine de Bricqueville revient dans la religion Catholique romaine; il rétablit la chapelle et appose en 1631, une plaque répaaratrice sur le linteau de la porte de l'ancien prêche.