Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poiré

  • Cuisine de Normandie: Le poiré

    Le poiré est moins connu que le cidre, encore qu'élaboré comme lui, mais à partir des poires à poiré, dont l'âpreté contraste avec l'extraordinaire suavité de cette boisson typiquement normande, puisque le Domfrontais est aujourd'hui le seul coin de France où on en produit encore.

     

    Les poiriers ont d'ailleurs sur leurs voisins de verger, les pommiers, l'avantage d'une plus grande longévité. Ses fruits récoltés d-s la Préhistoire à l'état sauvage, puis cultivés par les Celtes, ont été implantés très tôt en Normandie.

     

    Au XIXème siècle, et aujourd'hui encore, dans certaines parties du Bocage, les poiriers l'emportent et de beaucoup sur les pommiers, blanchissant les herbages à l'époque de la floraison.

     

    Au XVI ème siècle, le poiré coloré avec des décoctions de mûres ou de prunelles sert parfois aux cabaretiers parisiens à frelater leurs vins à tels point qu'on finit par interdire son entrée dans la capitale.

     

    Mais hors de cette hérésie, le poiré est massivement consommé dans toute la Normandie.

    Les départements de l'Orne et de la Manche en produisent un million d'hectolitres dans les bonnes années, laissant le cidre loin derrière.

     

    Le poiré a malheureusement reculé depuis la seconde guerre mondiale. Il faut dire que sa fabrication est encore plus délicate que celle du cidre: la maturité des poires à poiré est vite guettée par le blettissement, et souvent la pilaison doit intervenir moins de 48 heures après le ramassage. C'est dire que la fabrication du poiré ne peut guère être qu'artisanale.

     

    L'un des grands mérites du PNR Normandie-Maine est d'avoir puissamment contribué à la renaissance de cette boisson délicate et fruitée qui se doit d'être limpide et ambrée comme un champagne.

     

    Sec il se sert pendant les repas comme le cidre. Doux et très frais, il peut rivaliser avec un grand vin de dessert. Mais attention,s'il se boit comme du lait, il est traître en diable et a tôt fait de monter à la tête.

     

    Le poiré mérite d'être connu.