Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poème normand

  • Poème Normand: L'Hivé (L'Hiver)

    Ah! couosin Tom, i' fait grand frait;
    Entre bein vite, apprech' du feu;
    Là, prends un' tchaire, et assieds té:
    Ill y a longtemps qu'nou n't'avait veu.

    Je crai que d'pis la St. Michai,
    Tu n'as pon mins les pids ichin;
    N'ou n'pouorrait craire quasi d'itai
    Et d'un parent, et d'un vaisin.

    Apprech'don pus, tu t'tcheins si liain
    Pour mé je tremble, et n'sis pon tendre.
    I y era d'la nai sus terr' demain,
    Et j' crai tchi gèle à pierre fendre.

    Les grand's tcherrues sont arrêtaies;
    Nou n'peut touoné ni foui la terre,
    Et Ph'lippe me dit qu' anièt la g'laie
    Le portait dans le marais d'Saint Pierre.

    Betté, ma fille, despêche té
    Hall' nous du cidre dans la canne
    Tu es si longtemps, que pour de mé,
    A t'envier autchun bord, j'enhanne.

    Prend des buchettes dans ton d'vanté,
    Dans la conière i n'y en a pus;
    Tu n'as pon qu'faire d'aller au fraid:
    N'y en a t'i pon en d'hors de l'hus?

    Qu'nou dait bein estre r'connaissants
    D'avé du bouais pour se cauffé;
    Ah tchest qu'nou f'rait si nous 'tait sans,
    Principal'ment dans l'fonds d'l'hivé.

    I y en a bein tchi souffrent à ch't heure
    Et un grand nombre j'en sis seux
    Tchi n'ont ni pain, ni feu, ni d'meure
    L'bouon Dgieu veuille avé pitchi d'ieux.

  • Poème normand consacré à l'Andouille de Vire

    Poème écrit par A. Héricy, originaire de Vire

     

     

    Voici le mets entre les mets

    La noire et succulente andouille;

    C'est le rêve de nos gourmets.

    Son arôme aux bocains fumets

    Rayonne au palais qu'il chatouille;

    Voici le mets entre les mets,

    La noire et succulente andouille.

     

  • Culture de Normandie:Honfleur par Lucie Delarue-Mardrus

    Notre-Dame de Grâce; ô vétuste patronne

    Des pêcheurs et des matelots,

    Dame de bois et d'or à la belle couronne

    Qui loge au-dessus des flots,


    Veuille à jamais bénir, tout au bas de la côte

    Honfleur, ma ville aux deux clochers,

    Qui descend jusqu'au bord de la mer basse ou haute

    Parmi les grands filets séchés!


    Voici les matelots, mousses et débardeurs,

    Tous gens de roulis et de houles;

    Et, de même, voici les poissardes, leurs soeurs,

    Et celles qui cueillent les moules.


    Tout ce peuple salé lève vers toi les yeux,

    C'est lui qui te nomme sa reine,

    Sainte-Vierge de mer, madone un peu sirène,

    Toi, son unique merveilleux!


    Vois! Leur reconnaissance encombre ta chapelle,

    Plaques de marbre, cierges droits,

    Et ces barques qu'ils font, longues comme deux doigts,

    Joujoux de bois et de ficelle.


    Tout cela pour orner tes deux pieds triomphants,

    T'arrive du fond des naufrages.

    Toute l'immense mer avec ses grandes rages

    T'honore en ces cadeaux d'enfants.


    Lucie Delarue-Mardrus (née en 1874 à Honfleur).

  • Culture de Normandie:Poème "Le Mont Saint-Michel"

    Poème proposé par Anne

     

    le-mont-saint-michel.jpg

    Le Mont Saint-Michel


    Noyé des brumes marines,

    Le Mont Saint-Michel s'estompe

    Entouré d'algues malignes

    Il possède son Triomphe.


    Sources telluriques druex,

    Ondes majeures sur vagues

    Au galop des nuits venues

    Les remous sont comme dagues.


    Les forêts furent couvertes

    Par l'impétueux essor

    Fluorescences si vertes

    les trombes vont jusqu'au port.


    Saint-Michel et le dragon

    Eurent assauts symboliques

    et « l'acier » du Saint-Fanion

    Fut fêté des gaéliques.


    « Aubert », l'évêque d'Avranches

    Eut la mission de construire

    Le sanctuaire, arcs et branches,

    Dès l'an huit cents du navire.


    Alors, de reour de Rome,

    Portant voile rouge saint,

    Avec l'Etendard du Dogme

    Fut l'ilot bénédictin.


    Richard, Judith de Bretagne,

    Mariage célébré

    Sur ce Mont, gothique Ascagne

    de l'Eneide engané.


    Le Roi Louis onze créa

    Le grand Ordre de Saint Michel

    Qui d'Amboise, en falbala

    Se posa près du Missel


    Allant ainsi vers le cloître

    D'ocre rose et blanc granit..

    Les songes virent s'accroître

    Ses élans vers le zénith.


    O puissance constellées

    De ferveurs toujours nouvelles,

    Je pense aux nobles veillées

    Et splendides étincelles.


    .. Noyé des brumes marines,

    Saint Michel est honoré

    Du roi des Aulnes d'hermines

    Voguant dans l'air éthéré.

  • Culture de Normandie:Poème sur "la Hague"

    Cap_de_la_Hague.jpg

    Solid' sus tes guérets, bell' coume eun ch'va d'limoun,
    Crinyir' bouolue oû vent, l'orel' dreit', l'u sâovage
    Pllagie reid' jouliment en blleu, en nei, en bllound...
    Ainchin j'té vîs l'aot' jou, eune alévée d'orage.
    Et j'étais coume eun' qu'nâl' jostaunt amount les qu'mins :
    J'vouolais t'veî touot entyir' ; - j'm'engageais dauns eun' brèque ;
    J'engaumbais eun fossa, j'mé gindais sus eun mun...
    Qué j'té prenne à brachie ! Qué j'té beiv' ! Qué j'té lèque !
    Ô ma Hague, ô ma Hague,
    T'éguer'rais ma raisoun!
    Couochi amount la terr'... Dauns les nuaes oû d'sus d'mei
    Ch'était coume eun sabbat dé terriblles figures :
    Drakkars, ch'vaos pégu'véchis, touote eune armae s'am'nait.
    I's noumaient en passaunt : Auder, Turquétil, Hure,
    Osmund, Digul, chent âot's, et j'y r'conneus d'mes gens...
    J'vouos salue, mes auncêt's, souos vous bass's vouèl's mâodites ;
    J'vouos salue touos, et roués, et soldats, et brigaunds !
    Sus la couop, et ryin qu'pouor mei, pus d'mille auns s'effachîtent.
    Ô ma Hague, ô ma Hague,
    Tu n'vuuillis guèr', creis-mei.
    Côtis-Capel - À gravage

  • Sur la mé d'alfred Rossel

     

    su_la_m_.jpg
    su_la_m_2.jpg

    Il m'a semblé utile de traduire pour un public non patoisant la légendaire chanson en langue cotentine; Su la mé, d'Alfred Rossel. Non que le patois normand soit particulièrement difficile au horsain, elle ne l'est guère plus que celle de Montaigne à notre siècle. Alors que le sort de cette langue est scellé dans l'étroit confinement des bibliothèques de quelques chauvins patoisants, il m'a semblé dommage de tenir éloigné des esprits raffinés que les contigences du monde ont tenus éloignés de la terre du Cotentin, ce joyau qui est la plus belle illustration et la plus noble défense de la langue normande.

     

    pour lire les paroles en français aller lire la suite

    Lire la suite

  • Culture de Normandie:Poème de Gaston le Révérend

    Vous, les Rois de la Mer, Vikings,
    Les farouches et fiers requins,
    De nos côtes,
    Qui, voici tout juste mille ans,
    Etiez ici des conquérants...
    ... Puis des hôtes.
    - Gaston Le Révérend 1885-1961