Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

personne agée

  • Tradition de Normandie: La liturgie du café arrosé

    Si l'on vous offre un café dans une ferme de Normandie, vous être pris dans un terrible dilemme: refuser et paraître « bien fier », ou accepter et entre dans une terrible aventure.

     

    Aussitôt bu, le café, qui a parfois reçu déjà une larme, un brin, une larmichette de calva (ne serait-ce que pour lui faire passer un goût redoutable de réchauffé), se voit remplacé dans la tasse encore chaude par une solide, rincette, propre à réveiller la conversation.

     

    Puis suis le gloria, car on ne s'en va pas sur une jambe.

     

    Si on n'a pas eu le courage de fuir, suivront le coup de pied au cul, la déchirante, et parfois celle de la patronne, sortie du fond de l'armoire, réputée meilleure, et qu'il serait particulièrement impoli de refuser.

     

    Si vous quittez la table en titubant, vous aurez fait plaisir à vos hôtes. Si au contraire, vous repartez d'un bon pied en laissant tomber quelques morts sur ce calva très goûtu mais peut-être un peu jeune ( il l'est toujours), vous aurez fait leur conquête.