Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

perche normand

  • Ville de Normandie: Bellême

     

    Sur la frange orientale du département, les collines boisées du Perche forment la frontière entre la campagne variée de l'Orne et les plates plaines à blé de la Beauce.

     

    Bellême est perché sur une éminence de 225 mètres et domine donc largement les alentours.

     

    La forteresse médiévale fut assiégée en 1229 par les troupes de Blanche de Castille accompagné du futur Louis IX qui avait onze ans. Les troupes françaises s'emparèrent de la place forte et délogèrent Pierre de Meauclerc qui tenait la place pour le compte du Roi d'Angleterre.

     

    Il reste de ce château, une massive porte fortifiée avec les montants de sa herse. On la découvre sur le chemin qui mène de la paisible place principale à la rue de la Ville-Close. Cette rue est bordée de demeures datant des XVII ème et XVIII ème siècles

     

    La plus belle est certainement l'Hôtel de Bansard des Bois dont l'élégante façade intérieure se reflète dans les anciennes douves.

     

    Son allure seigneuriale a autorisé Bellême à revendiquer le titre de Capitale du Perche, malgré des siècles de contestation avec sa voisine Mortagne-au-Perche situé à dix kilomètres au nord.

  • Paysages de Normandie: Les fermes fortifiées du Perche

    Dans ce pays solitaire l'incertitude des temps conduisait autrefois les habitants à fortifier leur demeure. Né de la nécessité, cet appareil défensif a longtemps survécu et fut par la suite imité pour parer la maison de plaisance. Il subsiste dans le secteur une foule d'édifices pour la plupart transformés en fermes, dont la beauté hautaine et rustique est inséparable du paysage Percheron.  

     

    On a ainsi la surprise de découvrir d'actives exploitations agricoles défendues de tours, d'échauguettes ou de puissantes murailles aveugles et lisses, qui sont une excellente protection contre les intempéries.

     

    Tout près de Saint-Cyr-la-Rosière, le Manoir de l'Angenardière, datant des XV ème et XVI ème siècles, impressionne par sa grosse tour ronde à mâchicoulis. À Saint-Jouin-de-Blavou, l'entrée fortifiée a gardé des traces de pont-levis, donne accès au Manoir de Chanceaux.

     

    Il faudrait aussi citer le Château de Courboyer à Nocé défendu par d'échauguettes. Le Manoir de La Vove à Corbon dont le logis du XV ème siècle est flanqué de tours.