Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

peinture

  • Conférence à Vernon, ce soir à 18h30 à l'EPA

    Conférence du Cercle d'Etudes Vernonnais : Les paysagistes anglais en vallée de Seine au XIXème siècle


    Jeudi 14 avril à 20h30 - Espace Philippe-Auguste (Salle Maubert)

    Entrée libre.

    Dès le début du XIXème siècle et un peu plus tard, après Waterloo, beaucoup de voyageurs britanniques sont curieux de redécouvrir la France.

    Ils y recherchent non seulement trace des bouleversements que le pays a traversés durant la Révolution et sous l'Empire, mais aussi les témoignages de ce qu'on appelle alors la Haute époque. Au même moment, les Français sont encore méprisants pour le pittoresque moyenâgeux qu'ils appellent gothique, pour ainsi dire barbare, alors que nos voisins, influencés par les prémices du Romantisme, y attachent le plus grand intérêt.

    Ces visiteurs, dessinateurs, peintres ou simplement beaux esprits, atteignent souvent Paris en remontant la vallée de la Seine et parcourent même toute la Normandie. Ils dessinent tout ce qu'ils rencontrent : paysages, monuments, scènes de rue ou laissent des relations écrites de leurs découvertes. Plus tard, accompagnées de ces textes, les vues lithographiées paraîtront en albums qui auront grand succès outre-Manche.

    Ces artistes vont avoir une influence importante sur l'art de notre pays : alors que l'académisme est de règle en France, ils amènent la pratique du travail en plein air et le goût de la représentation de la nature, aidés par leur grande aisance de la technique rapide de l'aquarelle. Plus tard, Corot, les peintres de Barbizon ou les Impressionnistes s'en souviendront.

    C'est Jean Castreau, secrétaire du CEV, fin connaisseur du Vernon ancien et de ses représentations picturales, qui nous présentera cette conférence richement illustrée.


  • du 1er avril au 1er juillet à Giverny: Bonnard en Normandie

    bonnard, peinture, exposition, musée des impressionnistes de Giverny,

    Du 1er avril au 1er Juillet 2011 au Musée des Impressionnismes de Giverny 

    Près de 80 oeuvres (peintures et dessins) seront réunies autour de photographies et de nombreux documents, archives pour évoquer la période normande de l’artiste qui séjourna près de Giverny de 1910 à 1938.

  • Culture de Normandie:Giverny berceau de l'impressionnisme

    par Marc

    Aux portes de la Normandie, dans le département de l'Eure, l'adorable village de Giverny borde l'Epte, un affluent de la Seine. Parcourez les ruelles empreint d'un charme particulier qui enchanta Claude Monet. En dévalant les flancs de la colline, on découvre les maisons basses couvertes de crépi peint en rose ou en vert, avec des toits d'ardoises, joliment ornées de glycines ou de vignes vierges.

    Le site émerveilla de nombreux artistes comme Cézanne, Renoir, Sisley, Pissarro, Matisse, John Singer Sargent. Il apparait comme le bassin fondateur du courant impressionniste. Claude Monet vécu à Giverny de 1883 à 1926, à l'époque Giverny comptait quelques trois cents habitants. La propriété de l'artiste s'étend sur un hectar et se compose de sa maison avec un potager et un verger.

    Le village de campagne escarpé, empreint à la fois d'une tranquillité et  d'une chaleur humaine, devient une véritable source d'inspiration pour Claude Monet qui y finit sa vit en 1926.

  • Histoire de la Normandie: Monet à Giverny

    Si Giverny doit une fière chandelle au peintre. Difficilement accepté par les habitants locaux, Monet vivait sans véritable contact avec eux, qui lui faisaient payer très cher les meules de foins qu'il souhaitait coucher sur ses toiles.


    Il avait besoin de la nature pour peindre, de la lumière qui s'en dégage aux différentes heures de la journée, t plus particulièrement tôt le matin.


    Il fut l'un des premiers, conseillé par Eugène Boudin, à peindre sur le site même, symbolisant les images à l'extrême pour les réduire à une impression lumineuse, à un effet de lumière.


    La manière de peindre dépasse le sujet peint.


    Si Boudin se rapprochait déjà fortement de cette lecture si délicate de la lumière naturelle. Monet en devint le grand maître. Dans le jardin qu'il créa entièrement, il peignit certaines de ses toiles les plus célèbres.


    A Giverny, Monet s'installa dans cette longue maison rose aux volets verts. Il se levait avant le jour, prenait un copieux petit déjeuner et se hâtait d'étudier la lumière avant qu'elle ne se défilât. Souvent, il travaillait sur plusieurs tableaux à la fois, captant pour un même sujet les nuances de chaque heure.


    Par la suite s'installeront à Giverny de nombreux artistes français mais aussi américains.

  • Personnages de Normandie: Jean-François Millet

     

    jean-francois_millet_-_langelus.jpg

    Jean-François Millet est né le 4 octobre 1814 à Gruchy dans le Cotentin. Fils de paysan, il participe très tôt aux travaux de la ferme. Son père, un homme raffiné, lui fait découvrir, à travers la musique et une éducation toute terrienne, un certain art de vivre.


    Précocement intelligent, l'enfant comprend, n'oublie pas et commence, dès l'âge de dix ans, à croquer sur des feuilles, tout ce qui l'enchante ou le trouble: le hameau de Gruchy, la ferme familiale, la nature de cette terre normande si belle et si violente pour l'âme lyrique de ce petit paysan.

    Lire la suite

  • Personnages de Normandie: Géricault

    Théodore Géricault est né à Rouen, le 26 septembre 1791. Il n'a que vingt ans quand il se fait remarque au Salon avec son tableau Officier de chasseurs à Cheval.


    Celui qui va bientôt devenir le « peintre des chevaux »expose en 1819, sa très grande toile Le Radeau de la Méduse, inspirée d'un authentique naufrage et qui, au-delà de son succès et de la polémique suscitée, apparaît comme un manifeste de l'école Romantique.


    Et Romantique, Géricault l'est parmi les premiers de son époque, jusque dans le réalisme pathétique qu'il témoigne avec ses portraits de fous ou ses têtes de suppliciés.


    Son oeuvre qu'admire Delacroix, était loin d'être achevée puisqu'il meut prématurément à trente-quatre ans, du mal de Pott qu'avait accéléré une mauvaise chute de cheval.

  • Le Jardin de Claude Monet à Giverny (près de Vernon)

    all_e_maison_Monet

    maison_monet

    vue_de_la_maison_sur_le_Clos_Normand

    Clos_Normand_2

    Fleur

    Clos_Normand_3

    Clos_Normand_Brouette

    jardin_d_eau

    jardin_d_eau_3