Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paysages de seine-maritime

  • Des oratoires dans le Pays de Bray

    Quelques oratoires ponctuent la campagne du Pays de Bray. Dédiés à des saints particuliers, il leur a été attribué des vertus de guérison de différentes maladies ou affections, la prière étant accompagnée d'une offrande, de rubans de tissus ou même de vêtements, notamment d'enfant.  

     

    Coqueluche, fièvres, troubles de la vue, anémie, dérèglement menstruel, infécondité, coliques et autres tracas étaient censés se résorber par un rituel particulier à chaque oratoire.

     

    Sans doute pour mieux préserver, les oratoires sont le plus souvent discrets, entourés de buisson ou édifiés dans des chemins creux, à l'abri des regards indiscrets.

     

    Souvent des arbres ou des arbustes de type: aubépine, houx, frênes, hêtres et chênes accompagnent la construction.

     

    On vous conseille de voir celui de Mauquenchy et celui de la Rosière et celui de Nolléval.

  • Guy de Maupassant parlant de Rouen

     

    source: Bel Ami de Guy de Maupassant

     

     

    « On dominait l'immense vallée, longue et large, que le fleuve clair parcourait d'un bout à l'autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une courbe avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur ses toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées ou rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d'église que dominait la flèche aiuë de la cathédrale, surprenante aiguille de bronze, laide, étrange et démesurée, la plus haute qui soit au monde.

     

    Mais en face, de l'autre côté du fleuve, s'élevaient rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d'usines du vaste faubourg de Saint-Sever.

     

    Plus nombreuses que leurs frères clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon.

     

    Et la plus élevée de toutes, aussi haute que la pyramide de Chéops, le second des sommets dus au travail humain, presque l'égale de sa fière commère la flèche de la cathédrale, la grande pompe à feu de la Foudre semblait la reine du peuple travailleur et fumant des usines, comme sa voisine était la reine de la foule pointue des monuments sacrés.

     

    Là-bas, derrière la ville ouvrière s'étendait une forêt de sapins; et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par place ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l'horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve, traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l'eau, s'alignaient toujours l'une au bout de l'autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d'un chapelet verdoyant. »

  • Paysages de Normandie:L'Abbaye de Saint Wandrille

     

    Le chant des moines de Saint-Wandrille

    Au bord de la Seine et de la forêt de Brotonne, l'abbaye de Saint-Wandrille résonne encore du chant millénaire des moines.

    Au VIIème siècle, Saint-Wandrille, proche du roi Dagobert, quitte les fastes de la cour pour s'installer dans la rigueur de la vie monacale. Ordonné prêtre à Rouen, il fonde non loin de là une abbaye dans un vallon verdoyant.

    Une histoire mouvementée

    Le domaine a subi différentes invasions et révolutions. Entièrement détruite en 841, l'abbaye se remet difficilement des invasions vikings. Elle connaît pourtant son apogée au XIème siècle, notamment grâce aux nombreuses terres de Normandie et d'Angleterre que Guillaume le Conquérant lui alloue.

    Lire la suite

  • Abbaye Saint-Georges de Boscherville

    abbaye saint george de boscherville.JPG