Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paysages de l'eure

  • Randonnée en Forêt de Lyons

    Enchâssé dans sa forêt, le gros bourg tout en rond de Lyons garde une partie de son charme d'antan avec ses maisons à colombage des XVII ème siècle et XVIII ème siècle, les vieilles halles en bois, les rues en pente, le couvent des Cordeliers transformé par nos joyeux révolutionnaires en manufacture et celui des Bénédictins converti en école de la République après un vol légal, l'église saint Denis fondé au XIII ème siècle et les rives calmes de la Lieure.


    Sur la place, devant une belle demeure, vous aurez une pensée pour Isaac de Benserade qui fut l'un des poètes attitrés de la cour de Louis XIV, et rue de l'Enfer, à la maison du Frêne, vous découvrirez l'endroit où Maurice Ravel séjournait volontiers pour composer.


    Cette mise en jambes effectuée, en route pour la forêt et pour une randonnée d'une dizaine de kilomètres, par un itinéraire balisé en jaune.

    Partant de la rue de l'Hôtel-de-Ville, le sentier passe derrière le village, monte à travers une première futaie et longe les communs du château de Croix-Mesnil. Après le hameau des Maisons , il s'enfonce dans la forêt, et par une allée cavalière descend dans le vallon de Fouillebroc. Là, l'ancien chemin des moines conduit à l'abbaye de Mortemer, qui fut l'un des plus puissants monastères de Normandie, et attira en ses murs des hôtes de marque comme Henri Ier Beauclerc, Richard Coeur de Lion, Philippe-Auguste et Charles le Bel. En ces temps là, l'église abbatiale mesurait 87 mètres de long et 42 mètres de large au niveau des transepts. Aujourd'hui l'église est ruinée. Il est recommandé de flâner sur le chemin qui fait le tour du domaine, c'est-à-dire du parc avec ses étangs et le Fouillebroc, ruisseau réputé pour ses truites.

    Une petite route permet d'atteindre ensuite la Fontaine Saint-Catherine où les jeunes filles en quête de mari venaient boire et verser une obole. Le sentier remonte dans la forêt, passe par les Quatre Chênes puis le Gros Chêne. La randonnée se termine par le carrefour des Veneurs, la Ferme de Besquay et la descente sur Lyons.

     

  • Randonnée «Dans la forêt de Montfort »

    Kilomètrage:9km5

    Temps:3heures

    Balisage: bleu

     

    Avec près de deux mille hectares le long de la rive droite de la vallée de la Risle, la forêt de Montfort offre ses essences variées: le hêtre, le chêne et de vastes étendues de résineux qui confèrent au massif un aspect étonnant.

     

    La forêt de Monfort recèle de nombreux trésors. La plus inattendui est sans conteste le château médiéval de Montfort qui domine le village. Édifié en 1035 par Hugues Ier proche de Guillaume II de Normandie, dit le Conquérant, il fut plusieurs fois détruit avant de revivre depuis quelques années au rythme des restaurations menées sur les ruines par une association locale.

     

    Depuis le parking du rond de Beuvron en plein coeur de la forêt de Montfort, partez sur la route forestière de Neuf-Heures. Au carrefour, vous tournez sur la droite par la route forestière des Vallots-Sainte-Marie.

     

    Continuez sur ce chemin qui serpente dans la forêt. Lorsque vous parvenez à une fourche, vous tournez à droite jusqu'au bel arbre. Au nouveau carrefour, prendre à gauche et trouver à droite la route forestière neuve. Croiser alors bientôt le chemin rural de Paris. Vous l'empruntez sur la droite. Continuez jusqu'à la parcelle 74 et avant le Franc-Manoir, tourner à droite et rejoindre Montfort sur Risle.

     

    Croiser une route le long de la Risle et récupérer sur la droite le chemin vicinal de l'Ecu vers la côte Cadran. Arriver à une intersection et tourner une première fois à droite puis une deuxième fois à droite pour reprendre le chemin des Fonds de Cahaigne. Bientôt, vous revenez à votre point de départ.

  • Paysages de Normandie: Eglise Saint Martin de la Chapelle Bayvel

    Un petit porche en charpente du XVI ème siècle précède la façade occidentale du XVI ème siècle percée d'une porte refaite en brique au XIX ème siècle?  

     

    La nef paraît être du XV ème siècle. Elle est éclairé au nord par deux fenêtres en arc brisé ornées de moulures aigues et au sud par une baie géminée du XIV ème siècle en cintre brisé très surbaissé à oculus quadrilobé posé de biais.

     

    La chapelle de la Vierge formant croisillon au nord est également du XV ème siècle. Elle est éclairé à son extrémité nord par une large baie en arc brisé surbaissé orné de mouluration aigues analogues à celles des fenêtres de la nef.

     

    Le choeur du XIV ème siècle, aux corniches latérales en quart de rond, comporte un chevet plat percé d'une fenêtre géminée en tiers-point à biseau montant jusqu'au pignon.

    Le choeur comme la nef chapelle, ont une voûte en bois crépie de platre.

     

    Un clocher carrée avec flèche octogonale s'élève à l'extrémité occidentale de la Nef. La cloche date de 1789 et a été réalisée par Charton. Intéressante statue en bois peint du XVIII ème siècle représentant Saint Mandé.

  • L'Eure vue du Ciel


    Eure vue du ciel HD
    envoyé par agence_biplan. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

  • Paysages de Normandie: Eglise de Montebourg

    Vaste et bel édifice du XIV ème siècle, qui présente une unité de style remarquable.  

     

    La façade occidentale élève un large pignon nu épaulé de quatre contreforts soulignant la disposition intérieur de la triple nef.

     

    A la croisée une robuste tour carrée, décorée d'une haute arcature, supporte, en retrait d'une balustrade découpée de quadrilobes, une flèche aiguë.

     

    Le choeur terminé par un chevet plat est flanquée de bas-côtés. A l'intérieur voûté d'ogives, des colonnes rondes ornées d'impostes sculptées sont cantonnées de colonnettes dont l'une, celle de la nef principale, qui n'a ni triforium, ni fenêtres haute, monte jusqu'à la naissance des arcs.

  • Circuit du patrimoine industriel de Charleval

    source: Plaquette du Pays du Vexin Normand. 

     

    1. Le cimetière de Charleval: face au premier, un cimetière de type paysager a été crée en 1992. il a la particularité d'avoir une densité de monuments modérés, une organisation en petites unités fédérées par des plantations de haies et de massifs d'arbustes et arbrisseaux.

    2. Usine du Pont de l'Andelle: Vers 1820 le moulin à foulon est racheté par Jean Chardon qui crée une filature à cet emplacement. L'ensemblement des établissement est ensuite acquis par la famille Grancher. En 1880, le mariage de Liliane Grancher permet de constituer la base physique de l'entreprise actuelle. En 1910, la société est gérée par Outhenin-Chalande. En 1936, la famille Réquillart reprend le complexe industriel.

    3. Salle Charles IX: En 1572, le roi Charles IC, séduit par la vallée, projette la construction de son château. Deux ans plus tard sa mort interrompt son projet. Il reste aujourd'hui quelques traces du pavillon provisoire. L'actuelle salle des fêtes où trône en son milieu la cheminée monumentale sert de grange dès le XVII ème siècle. L'aile droite du château, appartient aujourd'hui à un particulier.

    4. Rue du Docteur Conseil: Né à Charleval, léopold Conseil part exercer à Tunis. Il démontre que le pou est le vecteur du Typhus et expérimente le premier sérum anticholérique. Il succombe du typhus le 6 décembre 1934.

    5. Rue Louis Réquillart: Louis Réquillart a été mortellement blessé par un soldat allemand en février 1944 pour lui avoir demandé de ne pas tirer sur des poissons avec une arme à feu dans l'Andelle.

    6. Linandelle: L'usine est située sur un site connue depuis le XV ème siècle sous le nom de « Les Jardins». Une fonderie d'or y est installée en 1770. les activités s'y succèdent: moulin à moudre le blé, filature mécanique, usine d'indiennes... En juin 1845, les frères Peynaud acquièrent le site. En 1871, à la mort d'Edmond Peynaud, son fils Armand lui succède. Son mariage avec Liliane Grancher, héritière des usines du Pont de l'Andelle, permet de constituer la base physique du site tel qu'on le connait aujourd'hui. Il reste aujourd'hui une entreprise de tissage qui continue le passé industriel.

    7. Cité Réquillart: Dans les grands jardins, les premières extensions débutent au XIX ème siècle, par le percement de la rue du Dr Conseil et la construction d'un habitant ouvrier. Leurs développements correspondent au renouveau de l'essor industriel.

    8. La Gare: La ligne de chemin de fer Gisors-Pont de l'Arche est mise en service le 28 décembre 1868 par la compagnie de chemin de fer de Pont de l'Arche. Cette ligne est encore en service et dessert la Générale Sucrière d'Etrepagny. La construction de la ligne Charleval-Serqueux est réalisée en 1905, le trafic a cessé en 1969. la gare a gardé son emplacement actuel. La voie a été démontée.

     

  • Randonnée « Les coteaux de Fourges »

    Situation: Fourges se situe à 16 km au nord-est de Vernon par les D313 et la D5

    Temps de Parcours: 4 heure

    Kilométrage du Parcours: 16 km

     

    Carte: IGN 2112 Ouest- 2112 Est et IGN 2113 Ouest- 2113 Est

     

    Balisage: Jaune

     

    L'Epte, limite naturelle a pendant longtemps constitué une ligne de défense avec les forteresses des villages et villes voisines, situés sur l'une ou l'autre rive.

     

    1. Partir en direction du village. Suivre la rue des fossés à gauche sur 300 m, puis appuyer à gauche pour emprunter le chemin en lisière du bois. 30 m avant le bout du chemin, entrer dans le bois à gauche, puis longer l'Epte par la droite jusqu'à l'emplacement de l'ancien Moulin.

    2. Prendre le chemin à droite, contourner la papeterie SCA et emprunter la D5 à gauche sur 100 m. monter à droite par le chemin herbeux, couper une route, puis un chemin.

    3. En haut, tourner à droite et suivre la ligne de crête en laissant un chemin à gauche, puis un autre à droite. Traverser le bois de Baquet. Dépasser la maison forestière et continuer sur 200 m.

    4. Tourner à droite, puis à gauche. Emprunter la route à droite, puis la rue des Montants. A l'extrémité, aller à gauche, et traverser le village. Au calvaire suivre la rue de la Petite-Vallée sur 300 m.

    5. Bifurquer sur un chemin herbeux à gauche, en angle aigu. A l'entrée de Bus-Saint-Rémy, tourner deux fois à droite et atteindre la mairie. Descendre au bout de la place et virer à gauche. A la fourche se diriger vers Fourges sur 200 m.

    6. S'engager sur le premier chemin à gauche. Près de l'abri, tourner à droite, puis à gauche. À la sortie de la Villeneuve, aller à droite en angle aigu sur 700 m.

    7. Virer à gauche, partir à droite, puis à gauche pour atteindre le coin du bois. Le contourner par la gauche avant d'y entrer par un sentier. Laisser un chemin à gauche et continuer en balcon avant d'obliquer à gauche pour descendre à Fourges. Emprunter la rue d'Ecos puis la rue du Moulin pour rejoindre le parking.

  • Randonnée près de Pressagny l'Orgueilleux

    Situation: Pressagny l'orgueilleux est à 6 km nord-ouest de Vernon

    Heure de marche: 4 heure

    Parcours: 16 km

     

    Carte: IGN2012-2112 et IGN 2013-2113

     

    Balisage

    1 à 2: jaune

    2 à 4: blanc-rouge

    4 à 7: jaune

    7 à 10: blanc-rouge

    10 à 1: jaune

     

    Grandes allées forestières, chemin en plaine, raidillons, bords de seine, voilà ce que vous offre cette balade.

     

    1. De la place de la mairie, rejoindre la D313 et la suivre à gauche sur 100 m

    2. Au premier carrefour, prendre à droite la rue des Marettes sur 200 m, puis s'engager sur un chemin à droite. Emprunter la petite route à droite

    3. Au calvaire, suivre à gauche une allée forestière qui remonte la vallée de la Courbe. Passer devant le poteau des Quatre-Triages et gagner la Ferme Neuve

    4. S'engager à gauche sur un chemin vers Corville. Couper une route, continuer sur 50 m, puis obliquer à gauche sur un chemin qui traverse les champs avant d'entrer dans la forêt de Vernon

    5. Emprunter à droite la route forestière François Ier sur 1,5 km. Elle dévale la forte pente.

    6. En bas, tourner à gauche sur le chemin, puis suivre la D8 à gauche vers Pressagny-le-Val. Après les premières maisons, tourner à droite, franchir le ruisseau du Catenay et prendre la D10 à gauche.

    7. Au carrefour, partir à gauche sur la route qui traverse le village. Passer un carrefour et poursuivre sur 200 m.

    8. Appuyer à droite pour prendre le chemin qui descend vers la vallée de la Seine. Couper la D313 et continuer sur 100 m.

    9. Virer à gauche vers Notre-Dame-de-l'Isle. (En cas de crue de la Seine et d'inondation, traverser tout droit et rejoindre le point de départ)

    10. A l'entrée du village, aller à droite, puis longer les bords de Seine jusqu'à Pressagny-l'orgueilleux. Tourner à gauche pour rejoindre la place de la Mairie.

  • Paysages de Normandie: Le Pays de Lyons

    Le Pays de Lyons offre une véritable unité territoriale fondée sur la forêt de Lyons, la plus vaste de Normandie et l'une des hêtraies parmi les plus belles et les plus impressionnantes de France.

    Les maisons présentent souvent un plan rectangulaire. Le pan de bois est omniprésent et se présente aussi bien sous la forme de colombes serrées que de grands cadres à colombes garnis de torchis ou de briques. Les soubassement sont en grès, en calcaire ou en brique. Au dessus de la sablière apparaissent quelques motifs à croix de Saint-André. Le toit très pentu, présente une croupe à l'ouest; il peut être en chaume, en tuile plate, mais le plus souvent il est en ardoise.

     

    lyons la foret.jpg

  • Paysages de Normandie:Le Marais Vernier

    Au pied du plateau du Neubourg, niché au nord dans le dernier coude de la Seine et limité au sud par une couronne de collines aux versants boisés, le Marais Vernier crée par les Hollandais sous Henri IV, est une vaste plaine marécageuse de 5000 ha, qui occupe le fond d'un ancien golfe en forme de fer à cheval au décor de polder.


    Les travaux d'assèchement ont permis de livrer à la culture près de la moitié des terres tourbeuses mais il demeure avant tout une terre giboyeuse, univers d'eau, de mares et de canaux.


    Des centaines de chaumières se pressent à flanc de terrasse sur plusieurs kilomètres, de part et d'autre d'une unique route bordée de grands houx. L'habitat du Marais Vernier est traditionnel, relativement pauvre, mais très pittoresque. Les maisons allongées en travers du Marais ou installées dans son axe, offrent une architecture simple et sombre, avec des colombages verticaux, le plus souvent à trame très lâche, enserrant le torchis sur un soubassement de silex et de blocs de craie. Le roseau, qui recouvre le toit à deux versants, était autrefois cultivé dans les vastes roselières de la Grande Mare.


    Très souvent, la petite ferme du marais possède une cave semi-enterrée, appelée « cafoutin, qui sert au stockage des pommes. Le verger se trouve juste au-dessus de la maison.