Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrimoine religieux

  • Traditions de Normandie:Le Précieux Sang à Fécamp

    par Caroline

    Le Précieux Sang

    Grâce à la relique du Précieux Sang,Fécamp fut avant le Mont Saint Michel, le grand pèlerinage de Normandie et aujourd'hui
    encore, l'abbaye accueille la foule de pélerins lors des fêtes du Précieux Sang, le mardi et le samedi suivant la Sainte Trinité

    Les moines des premiers temps légitimaient la possession de cette prestigieuse relique par la découverte miraculeuse du tronc de figuier
    où Isaac, neveu de Joseph d'Arimathie avait caché le coffret de plomb contenant le sang du Christ.

    En 990 la légende s'étoffe, car au moment même de la consécration de l'abbatiale romane dans un village voisin de
    Fécamp, sous les yeux d'un prêtre nommé Isaac, la transformation du vin consacré en sang du Sauveur. Ce sang miraculeux a aussitôt été déposé sous l'autel majeur de l'abbatiale.

    Un tabernacle délicatement ciselé sur le modèle florentin abrite depuis le XVI ème siècle le Précieux Sang. Il est encastré derrière le maitre-autel face à la chapelle de la Vierge.

  • Paysages de Normandie:Eglise d'Almenches dans l'Orne

     

    L'église d'Almenèches a une belle et grande histoire...
    Ce fut une église abbatiale, fondée vers la fin du VIe siècle, gouvernée deux siècles plus tard par Sainte Lantilde, parente de Saint Godegrand, évèque de Sées et martyr, et de Sainte Opportune, abbesse de Monateriolum (ou Montreuil) , au même diocèse de Sées. Les deux monastères furent détruits lors des invasions normandes...

    L'abbaye d'Almenèches fut restaurée, vers 1060, par RogerII de Montgommery, et dotée de terres en Normandie ainsi qu'en Angleterre... Incendiée au XIIe siècle,elle se releva de ses ruines mais il ne reste aucun vestige des premières églises, ni de l'église médiévale reconstruite après l'incendie de 1308...

    Au XVIe siècle, c'est l'observance qui dut être rétablie, avec le concours de l'ordre de Fontevrault. A la même époque, l'église abbatiale d'Almenèches - aujourd'hui église paroissiale - fut rebâtie, et la nef achevée sous l'abbesse Louise de Silly, en 1550... En1620, Louise de Médavy réforma l'abbaye et fonda les prieurés d'Argentan en 1623 et d'Exmes en 1630.......


    En1736, Louis XV ordonna le transfert de l'abbaye d'Almenèches au prieuré de Notre-Dame-de-la-Pace à Argentan.......

     

  • Eure: L'église Saint-Gervais et Saint-Protais de Gisors

    Gisors023.jpg

    L'Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais de Gisors est commencée en 1240 sous le règne de Blanche de Castille. Elle possède encore le chevet plat et la tour carrée édifiée à la croisée du transept de cette première période.

    Au début du XVIème siècle, la nef et les bas-côtés sont terminés. En 1537, on amorce la façade qui sera achevée après 1558.

    Mi-gothique et mi-renaissance, cette église sera mutilée en juin 1940. La façade criblées de balles, les voûtes de la nef et les bas-côtés effondrés. Seul le choeur sera épargné.

  • Evreux: Les Confréries de Charité de Sacquenville et du Val David

     

    expositio evreux.jpg


    Du 01/10/2010 au 31/10/2010 de 09h30 à 18h00

    Exposition présentée à l'office de tourisme du Grand Evreux : Exposition qui rend hommage aux confréries de Charité des villages de Sacquenville et du Val David et offre l’occasion de mettre à jour le patrimoine historique, social et culturel des communes. A cette occasion : présence d'un spécialiste des Charitons les samedis 23 et 30 octobre de 15h à 18h.
     

     

     

    Tél. : 02 32 24 04 43

  • Paysages de Normandie:L'Abbaye de Saint Wandrille

     

    Le chant des moines de Saint-Wandrille

    Au bord de la Seine et de la forêt de Brotonne, l'abbaye de Saint-Wandrille résonne encore du chant millénaire des moines.

    Au VIIème siècle, Saint-Wandrille, proche du roi Dagobert, quitte les fastes de la cour pour s'installer dans la rigueur de la vie monacale. Ordonné prêtre à Rouen, il fonde non loin de là une abbaye dans un vallon verdoyant.

    Une histoire mouvementée

    Le domaine a subi différentes invasions et révolutions. Entièrement détruite en 841, l'abbaye se remet difficilement des invasions vikings. Elle connaît pourtant son apogée au XIème siècle, notamment grâce aux nombreuses terres de Normandie et d'Angleterre que Guillaume le Conquérant lui alloue.

    Lire la suite

  • Tradition de Normandie:la Crosse de l'abbé Richard

    par Caroline

    La crosse de l'abbé Richard

    L'abbé Richard
    (1211-1228) tenait toujours sa crosse à la main lorsqu'il a été découvert dans son tombeau inviolé, au cours de la salle capitulaire en 1978
    L'ornementation poinconné de cette crosse est très rare, de même que son iconographie: à l'Agneau de Dieu qui habite presque toutes les crosses "au serpent" connues est substitué un cerf, autre symbole du Christ à l'époque médiévale.

    Il se dresse dans la volute, portant sur son dos la croix à double travers. Celle-ci évoque la vraie Croix puisque c'est cette
    forme qu'avait en général les reliquaires des fragments de la Croix du Sauveur.

    Cette crosse est conservée au musée des Antiquités de Rouen, de même que les chapiteaux du cloitre: deux bonnes raison d'y faire une visite.

  • Tradition de Normandie:La Châsse de Saint-Taurin

    par Caroline

    La châsse de Saint Taurin premier évêque de l'Eure

    L'histoire de cette oeuvre exceptionnelle est étroitement liée à l'Abbaye de Fontaine-Guérard fondée à la fin du X ème siècle,sous le règne de Richard Ier et dédiée à Saint Taurin, premier évêque et évangélisateur de l'Eure au IV ème siècle.

    L'abbatiale de Fontaine-Guérard est édifiée à l'emplacement même du tombeau de Saint-Taurin découvert au VI ème siècle par l'ermite Landulphe qui y avait fait construire une oratoire.

    Au XIII ème siècle, l'abbé Gilbert de Saint-Martin fait exécuter, pour honorer les reliques de Saint-Taurin, cette magnifique châsse.

    La châsse de Saint-Taurin a échappé à la terreur révolutionnaire qui avait déjà fondue la grande châsse de la Sainte-Chapelle de Paris.

    La châsse de Saint-Taurin est maintenant dans la cathédrale Notre-Dame à Evreux.

    Elle fait parti du trésor de la cathédrale, dans ce trésor il y a aussi un morceaux de la Croix du Sauveur.

  • Paysages de Normandie: L'ancienne Abbaye de Bonport

    Cette abbaye cistercienne fut fondée par Richard Coeur de Lion en 1190 en exécution d'un voeu: selon la légende, au cours d'une partie de chasse, en danger de périr noyé dans la Seine, il fit vœu, s'il parvenait à « bon port » sur l'autre rive, de fonder un monastère là où il aborderait.

     

    Le XIII ème siècle fut une période de prospérité, mais la Guerre de Cent ans, puis les Guerres de Religion firent des dégâts.

     

    Au XVI ème siècle, le poète Desportes fut abbé commandataire.

     

    Sous la première République l'église de l'Abbaye fut détruite et le vaste bâtiment des communs Nord-Sud aménagé en locaux d'habitation.

     

    Ce qu'il reste à voir:

     

    • les vestiges de l'église du XIII ème siècle, édifice apparenté à ceux de Pontigny, du Breuil-Benoit et de Mortemer.

    • Les arcs trilobés du cloître du XIV ème siècle

    • la salle capitulaire, le réfectoire et sa façade nord du XIII ème siècle.

    La pièta du XV ème siècle, la chaire et les quarante-six stalles du XVIII ème siècle sont dans l'Eglise de Pont-de-l'Arche.

  • Le Gothique en Normandie

     

    C'Direct : Le gothique en Normandie - kewego
    Emission du 25 juin 2008, présenéte par Katia Epting. Avec Jean-Yves MARIN directeur du musée de Normandie, Didier NIVAULT sculpteur, Pierre et Dominique sculpteurs, et Alex, Bertrand et Fabrice chroniqueurs.
  • Entretenir ou Restaurer un monument religieux.

    par Thibault et Caroline

    Comme le chantait Gilbert Bécaud sur des paroles de Louis Amade, les croix marquent notre vieux pays.

    Elles sont toujours présentes, même si la vitesse des voies rapides ne nous permets pas de les voir, rejetées plus loin sur le bas côté? Elles sont faites pour notre rythme de piétons qui avons le temps de nous arrêter pour y réciter une prière, jouir d'un peu de repos à l'ombre et parfois sur un banc de pierre, déchiffrer des inscriptions, reconnaître des symboles.

    Les croix de nos chemins sont généreuses et ont le coeur grand! Signes de reconnaissances des chrétiens, elles servent tous les hommes en leur offrants des repères: elles sont notées sur les cartes topographiques; les inscriptions gravées renseignent sur l'histoire locale. Et l'air de rien, beaucoup de gens y sont attachés.


    Entretenir ou restaurer une de ces croix et un beau service rendu aux générations futures.

    Voici quelques informations pour vous y aider:


    • Un monument religieux a toujours un propriétaire: très souvent la commune, mais aussi un particulier, voire une personne morale (bâtiments d'un couvent repris par une école ou une maison de retraite). La première chose à faire consiste à rechercher qui est le propriétaire et lui demander l'autorisation d'intervenir sur son bien.

    • Dans beaucoup d'endroits existe, une association locale de sauvegarde du patrimoine. Elle peut vous aider et réciproquement. Renseigner vous auprès de la commune.

    • Le recensement de ce patrimoine religieux est important. Collectez sur une fiche tous les renseignements que vous pourrez recueillir:

      • Type de monument: croix, calvaire, oratoire, statue

      • Localisation très exacte avec le nom de la commune et un extrait de la carte topo.

      • Nom du propriétaire et coordonnées

      • photos ou croquis

      • description de l'état actuel

      • éventuellement précisez ce qui devraient être fait

      • recherchez tous renseignements d'ordre historique, religieux légende, pèlerinage etc..

      • Datez la fiche sur laquelle on notera ultérieurement les interventions effectuées.