Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

orléaniste

  • Personnage de Normandie: Auguste Le Prévost

    Né à Bernay, le 3 juin 1787, Le Prévost, après de solides études classiques, devient en 1813 membre de l'académie de Rouen. Il est nommé sous-préfet de Bernay en août 1814. Révoqué sous la Restauration en novembre 1815, il se consacre alors entièrement à des recherches sur la Normandie, qui le conduisent à embrasser toutes les disciplines: les langues anciennes et modernes (anglais, italien, allemand, suédois, sanscrit, hébreu, grec et latin), la philologie, la toponymie ancienne, la géologie, la botanique, l'histoire, l'archéologie, les lettres...

     

    Son savoir était encyclopédique, mais surtout la méthode rigoureuse et critique qui présidait à ses recherches en faisait un homme incontestablement novateur en son temps.

     

    Il présidera à plusieurs reprises la Société d'Agriculture de la Seine-Inférieure et celle de l'Eure.

     

    En 1838, il est élu à l'académie des inscriptions et belles lettres. Parmi d'innombrables articles et communications savantes, il publie en 1825, un Discours sur la poésie romantique, et assure l'édition en cinq volumes de l'oeuvre du chronique Orderic Vidal, source capitale sur l'histoire de la Normandie et de l'Angleterre au Moyen-Âge.

     

    En 1830, il entame une carrière politique. Il est élu conseiller général de Bernay en 1831, député en 1834, il excercera ses mandats d'élection en élection jusqu'en 1848.

     

    Ce fidèle Orléaniste voit avec regret disparaître le régime de son coeur.

     

    « La république et moi, nous nous saluons mais nous ne nous parlons pas. » dira-t-il.

     

    Il poursuivra ses recherches et travaux qu'il n'avait au demeurant jamais abandonnés.

     

    Il mourru en 1859.

     

    L'influence de Le Prévost sur le progrès des recherches historiques normandes fut considérable: ses Notes restées inédites à sa mort furent publiées de 1866 à 1869 par Louis Passy et Léopold Delisle; elles ont été largement utilisées par plusieurs générations de chercheurs et d'historiens.

     

    Elles font toujours autorité.