Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

occident chrétien

  • Paysage de Normandie:L'abbaye du Bec Hellouin

    par Thibault

    bechellouin.jpg

    Si l'Eure n'a pas l'équivalent de la prestigieuse couronne des abbayes de la Basse-Seine, son patrimoine monastique est pourtant loin d'être négligeable.


    Il suffit de citer les grandes abbayes bénédictines de Saint Taurin d'Evreux, Notre-Dame de Bernay, Lyre, Cormeilles en Auge et les maisons cisterciennes de Bonport près de Pont-de-l'Arche et de Mortemer, en forêt de Lyons.


    Mais un nom surtout résume la gloire monastique du département, celui de l'abbaye Notre-Dame du Bec Hellouin, qui joua par son rayonnement intellectuel et religieux un rôle déterminant dans l'histoire de l'Occident chrétien et du royaume anglo-normand aux Xième et XIIème siècles, et qui connaît depuis 1948, une renaissance monastique et culturelle.


    Aux confins des riches plaines de culture du Neubourg, du Roumois et du Lieuvin, proche de la vallée de la Risle et des routes de Rouen-Le Mans et de Paris-Deauville, l'abbaye est située dans le profond et pittoresque vallon du Bec, entourée de pentes boisées et dherbages plantés de pommiers et domminant de sa haute tour le petit village du Bec Hellouin (ou Bec-Herluin).


    Bec-Hellouin.jpg

    C'est dans ce site, alors occupé par des forêts et des marais que s'installait vers 1040, une pauvre et humble communauté de moines bénédictins groupés autour de l'abbé Herluin. Celui ci avait passé quarante ans de sa vie au service du Comte Gilbert de Brionne dont il était l'un des plus braves et loyaux chevaliers: appelé dans son âge mûr au service de Dieu, au lieu de rejoindre l'une des riches et puissantes abbayes de la région, il préféra chercher seul son chemin vers Dieu, dans une pauvreté plus parfaite, qui devait être longtemps la marque propre de sa fondation du Bec.


    Peu après se joignait à la petite équipe, l'italien Lanfranc, professeur de grand renom, le plus savant homme de la chrétienté d'alors, au dire de ses contemporains. Ce fut l'origine des Ecoles du Bec, qui devaient grouper autour de Lanfranc, outre les moines, des étudiants venus de toute l'Europe; cette école diffusa sa haute culture théologique, littéraire, juridique et artistique, et forma une foule d'homme d'église et d' Etat, abbés, évêques, juristes et même un Pape, Alexandre II, qui devait jouer un rôle essentiel dans la formation de la civilisation médiévale, particulièrement en Normandie et en Angleterre.