Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

normand

  • Paysages de Normandie: L'Eglise d'Ivry la Bataille

     

    ivry la bataille,église d'ivry,normandie,normand,henri iv,la ligue,patrimoine normand,histoire de la normandie

     

    L'église d'Ivry-la-Bataille est placée sous le patronage de Saint Martin. Elle est située à Ivry-la-Bataille dans le département de l'Eure.

    Elle date de la fin du XVe siècle, début du XVIe siècle. Diane de Poitiers, qui voulait établir un Chapître, en fit poser les fondations. Mais l'ouvrage ne fut pas poursuivi. Il reste de cette première construction quelques sculptures au chevêt.

    La flèche et les voûtes furent arrachées par la foudre en 1664 tandis qu'un ouragan démolissait le toit en 1688. Au XIXe siècle, il fallut consolider le clocher, victime d'un affaissement de terrain.

     

     

     


    Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us

    Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us


  • Quelques mots de Normand du Pays de Caux

     

     

    S'accouver = s'accroupir, comme une poule qui couve.

    Equilebourdi = ahuri ou stupéfait

    Défoutrâillai = débraillé, déguenillé

    Accranquai= courbaturé

    Vézillant= vif ou alerte.

    Ravisai = enfant né plusieurs années après ses frères et soeurs

    Cachart= rétif

    Ragache= hargneux, revêche

    Califourquet= entre-jambes

    Hibu= ébouriffé

    Piscantène= petit cidre léger (style Loïc Raison)

    Quiachon = dernier né

    Racrampi= déformé par la vieillesse ou les rhumatismes

    Souffrette = privation

    En Fé souffrette = manquer de quelque chose

    Tribouiller= mélanger, embrouiller les idées, les affaires, l'estomac.

    Racleux = violoniste du village

    Randouiller = bouillir à petit bouillon.

    Effoutarder= mettre en fuite, effaroucher.

    Appipoter = chercher à séduire.

    Carnafler = ronfler la bouche ouverte.

     

  • Culture de Normandie: A note éfant

     

    D’pis qu't'es parti d'cheu nous, ch'est triste.
    V'là bientôt eune annèye qu'tu nos a quittés pou aller aveuc ceusses qui parlent tout douchement aveuc l'accent et pis qui sont poussés pa un vent calme.
    Est tè qu'a voulu cha emprès qu't'es r'venu d'vacanches. T'avais qu'cha en têïte: quitte note biao pays pou aller au soleil. Est vrai itou que l'iaoe qui vos teumbe d'sus toute l'annèye est pin gai eune toute. On a beau aimer sa mé, san pé, sa famille, l'climat cha compte itou.
    T'as l'ai bié cotent su ta lette, est pépête pou nous rachurer. Enfin, si t'es cotent, tant mieux pour tè et pis là-bas tu vas toujou ête mouins fatillè, quatre heu d'travail par jou cha peut aller, cha tue pin san bonhomme, i faut bié avé un ptieu d'temps pour digérer l'pastis!
    La pétite qu'tu no pâle, est-i eune payse, où qu'tu l'as trachèye ! A deut ête toute bazanèye aveuc eune tignache toute noué. Enfin, est tè qui l'as choisie, pourvu qu'a t'rende hueux.
    V'là man gars, c'qu'on avait à t'die, la mé et tan pé, on pense bien à tè, on t'aime toujou autant, la vie cotinue, l'boulot cha manque pas, d'temps en temps un p'tieu d'bécane pou t'ni la forme...
    Des nouvelles du pays ? Bonnes pis mauvaises. C'mmenchons toujou pas les bonnes: l'équipe de foute caracole en têïte, à la cache, on a tiré six biaos lieuves en eune seule fais ! Tan cousin Hilaire est r'chu à san baccalauréat, qu'eu cerveau ! Les vésins ont gagné au loto, à c'qu'i paraît, une grosse somme, l'ergent va toujou à l'ergent !
    La pétite Denise qu'tu caôsais est partie itou vive en concubinage aveuc un horsain, mais a cotinue à v'ni vaie ses parents, l'gars à l'ai bié gentil.
    A c't'heu, les mauvaises nouvelles: l'pé Ulysse no a quittè à la suite d'eune chose qui y a passè pa la têïte, i s'est pris pou Tarzan mais la corde a t'nu bon.
    L'vésinage, à drète, toujou pin facile, oco, hié, i nos ont d'mandè d'couper eune branque d'note biao pommier, i paraîtrait qu'cha leu bouche la vue.
    I va faller oco r'vaie maître Duboc pou qu'i les r'mette dans l'dret qu'min !
    Et pis li, si on y disait eud démoli sa cabane à viax qui nos ombrage note belle véranda ?
    On a biao die, cha soulage d'caoser à s'n'éfant, mêïme quand il est louin d'cheu nous.
    Boujou à la pétite, ta mé et tan pé qui t'boujoutent fort.

  • chant de noël normand:Sonne les clioches


    podcast

    Sonne les clioches, les p'tites clioches, sonne les clioches d'hivé,
    Ah tchi fanne dé nos prom'ner ichîn dans la né -
    Sonne les clioches, les p'tites clioches, sonne les clioches d'hivé,
    Ah tchi fanne dé nos prom'ner ichîn dans la né,

    Veins-t-en auvec mé,
    Driéthe man bidet,
    Couvre les deux d'nous,
    Cauds coumme des mouossons!
    J'ithons nos prom'ner
    À travèrs d'la né
    Êcoute man p'tit j'va tchi trotte
    Lié à man traîné!

    Sonne les clioches, les p'tites clioches, sonne les clioches d'hivé,
    Ah tchi fanne dé nos prom'ner ichîn dans la né -
    Sonne les clioches, les p'tites clioches, sonne les clioches d'hivé,
    Ah tchi fanne dé nos prom'ner ichîn dans la né!

  • idées de Lecture:Viridovix le vercingetorix de Normandie

     

    Préface de: jean-françois LE GRAND

    Nombre de page : 174

    N°ISBN : 2914541058

    Il n'y a guère que deux ou trois certitudes à propos de VIRIDOVIX, mais elles sont amplement suffisantes pour en faire, non pas un vrai livre d'histoire mais plutôt un récit romancé comme sait si bien le faire Jean-François HAMEL, autour du Mont Castre près de La Haye-du-Puits avec en toile de fond la "pax romana" que certains croient de retour avec la "pax americana"... La première n'est autre que la preuve de son existence, attestée par Jules CESAR en personne dans la GUERRE des GAULES. La seconde confirme qu'il était le chef des Unelles, la principale peuplade du Cotentin et qu'à ce titre il fut donc notre premier "chef". Enfin, troisième et dernière certitude, il fut battu par les Romains et connut le même sort tragique que VERCINGETORIX. A partir de là, tous les points de vue sont les bienvenus.

  • Paysages de Normandie:Eglise d'Almenches dans l'Orne

     

    L'église d'Almenèches a une belle et grande histoire...
    Ce fut une église abbatiale, fondée vers la fin du VIe siècle, gouvernée deux siècles plus tard par Sainte Lantilde, parente de Saint Godegrand, évèque de Sées et martyr, et de Sainte Opportune, abbesse de Monateriolum (ou Montreuil) , au même diocèse de Sées. Les deux monastères furent détruits lors des invasions normandes...

    L'abbaye d'Almenèches fut restaurée, vers 1060, par RogerII de Montgommery, et dotée de terres en Normandie ainsi qu'en Angleterre... Incendiée au XIIe siècle,elle se releva de ses ruines mais il ne reste aucun vestige des premières églises, ni de l'église médiévale reconstruite après l'incendie de 1308...

    Au XVIe siècle, c'est l'observance qui dut être rétablie, avec le concours de l'ordre de Fontevrault. A la même époque, l'église abbatiale d'Almenèches - aujourd'hui église paroissiale - fut rebâtie, et la nef achevée sous l'abbesse Louise de Silly, en 1550... En1620, Louise de Médavy réforma l'abbaye et fonda les prieurés d'Argentan en 1623 et d'Exmes en 1630.......


    En1736, Louis XV ordonna le transfert de l'abbaye d'Almenèches au prieuré de Notre-Dame-de-la-Pace à Argentan.......

     

  • Culture de Normandie:Parabole de l'Enfant Prodigue

    PARABOLE DE L' ENFANT PRODIGUE.


    Un père avait deux effants ; l'cadet li dit ment cha : - Man père, baillez mai ce qui deit m'erveni d'vot'bien. Et le bonhomme déguenassit s'n'ergent et leux sépartagit san de quoi.

    Après que le pus jeune eut hallé à san père le pus qu'il put, il s'ensauvit dans un endreit oyoù qu'il mâquit tout ce qu'il avait, dans des dépotayers et des much'-tan-pot, avec un tas de braudées, de quaimands, et autres genées.

    Drès qu'il eut tout envalé ment un saffre, et qu'il en fut hâqué au point de rebouquer dessus, il arrivit eune grande fameine ; et comme i n'avait point eune crôte à se fourrer dans la goule, il eut quasiment la faimvalle.

    I dévala devers la ville, et trouvit à se placher cheux un moussieu, qui l'envéyit ava lés camps pour garder lés pourcias et lés treues.

    Il eût bien voulu, ilau, pûcher à même les claffrées d'écales, de peires blèques et de pluquettes que les cochons baffraient, pour remplir sa falle ; mais pièches ne li en baillaient. Et pis sa pannée était en loques, il était nu-gambes ; il avait bein freid.

    Il s'dit en tout par li : J'sieux un blot, un vrai atot ; y a dans la maison de nos gens des garchons de querrue et des batteux en grange qui mangent des pies et des flambées quand no cuit, tandis que mai, ichit j'nai tant seulement pas un miet de d'qui à me mettre dans le gavion.

    Faut que j'prenne m'n'équeurce, et que j'men voige cheux nos gens. J'dirai à man père : - J'sieux un sotas, un piant ; j'ai tout mâqué ; j'en ai ben deu, allez, et je n'sis pus deigne d'être appelé vot' fils. Traitez mai ment le drenier des journaliers qu'os avez l'endreit.

    I se levit et s'n'allit après san père, mais quand stichitte le vit si pitiable et si loquetu, il en crétit, et courant à li, i se j ettit à sen cô et l'embrachit.

    L'éffant, qu'était pas mal coinche, li dit : - Man père, j'ai bigrement mal agi envers vous ; j'en bisque assez, marchez ; mais annuit j'sieux bien duit.

    Le bonhomme li réponnit : - Pisque te v'là, n'causons pus de cha. Et i dit à ses gens : - Baillez li une plaude toute risant neuve et un capet ; mettez li des cauches aux gambes et des galoches ès pieds ; fourrez li le deit dans un annet.

    Allez étout quérir un viau gras ; tuez le ; mêlez y le salé qu'est dans la tinette ; tirez de la meilleure bêchon et du pré ; faut que j'fachions eune fière boustifaille.

    Pa'ce que man garchon, que v'la, avait mouru et il est ersuscité ; il était adiré et il est artrouvé. Et on c'menchit à bouffer le fricot d'eune rude fachon.

    Pendant cha, l'ainné fils qu'était ava la campagne à réquer des pommes à beire, ervint cheux ses gens. Quand il approchit, il fut bein surprins de veir de la mâquaille comme si c'était dans les gras-jours.

    Et il app'lit un des gens pour saveir qui que c'était que tout cha, et pour qui tout su feton là .

    Stichitt li réponnit : - C'est vot' besot qu'avait fiché le camp et qu'est arvenu dans la débine ; et vot' père, au lieur de quêcher, l'a débraudé et requinqué , et pis il a c'mandé de tuer le viau gras .

    Ah ! c'est ment cha ! qu'i dit ; i faut se dejuquer de la turne et mâquer san de quoi pour qu'on vous fasse des repas de Lisieux ! c'est de la gabegie; j'veux pas être témoin d'ces giries là.

    Mais san père l' aperchut et li dit : - Vi t'en aveu nous, fieu.

    Et stichitte li réponnit : - Man ch'pére, v'la tout plein des années que j'vos sers sans rebouquer sus ce que vous m'avez c' mandé ; malégré cha, vous ne m'avez jamais baillé ni chai, ni béchon, ni ergent, pour me régaler aveu d's amis ;

    Mais vot' aut' effant s'ensauve ; i va mâquer tout san de quoi avec d'autres manjurias et des gouines ; il revient tout décaduit, et vous vous baillez n'sai cobein d'détourbier à s'n égard !

    Le père li dit : - V'la ben du bagout, et su potin là c'menche à m'éluger. N'sais tu pas bein qu'tout ce que j'ai est à tai et qu' tu seras aussi bein étoré qu' là été tan frère ?

    Mais quand le mauvais gas qu'était adiré est ertrouvé ; quand stila qu'avait mouru est ersuscité, fallait pas l'effoucher ni l'erbuter ; au contraire, fallait choquer pour fêter san retour.

    FIN.

  • Traditions de Normandie:Cantique de Saint Vaast

    Cantique de Saint Vaast

    ~*~

    Venez, Chrétiens, accourez pour entendre
    Du grand saint Vaast l'éloge et les vertus ;
    Par ce récit vous pouvez tous apprendre
    A mépriser le monde et ses abus.

    Ses biens, son rang, son illustre naissance,
    De ses grands dons sont les moins précieux,
    Né pour le Ciel dès sa plus tendre enfance,
    Le Ciel devint l'objet de tous ses voeux.

    Ce fut à Toul que dès son premier âge
    Il se donna tout entier au Seigneur :
    C'est là qu'il fit l'heureux apprentissage
    De ces vertus qui causent son bonheur.

    Toujours jeûnant, toujours dans l'abstinence,
    A ses égaux, toujours humble et soumis,
    Veillant, priant et faisant pénitence
    Pour des péchés qu'il n'avait pas commis.

    Dans un combat, le roi clovis implore
    L'aide de Dieu que Clotilde adorait ;
    Il sort vainqueur, mais hélas ! il ignore
    Quel est ce Dieu que la reine honorait.

    Il s'agit donc de prêcher l'Evangile
    Et d'annoncer Jésus-Christ à ce roi :
    On cherche un Saint, un personnage habile,
    Vaast est choisi pour cet auguste emploi.

    De ses talents, de sa sainte conduite
    Tout retentit bientôt aux Pays-Bas ;
    Tant de vertus, de si rares mérites
    Le font choisir pour évêque d'Arras.

    L'énorme poids du saint fardeau l'étonne,
    Quoiqu'on lui dise, on n'a que des refus ;
    Mais Dieu le veut et saint Rémy l'ordonne,
    Vaast obéit et ne résiste plus.

    Dès qu'il se vit à ce degré sublime ;
    Son zèle ardent ne se contraignit plus ;
    Déjà partout il fait la guerre au crime,
    Partout il fait triompher ses vertus.

    Tous les païens de l'erreur il retire
    Et les conduit à son heureux troupeau ;
    De Jésus-Christ il augmente l'empire,
    Et lui soumet tout un peuple nouveau.

    Aveugles-nés, muets, sourds, il n'importe,
    Il rend à tous l'usage de leurs sens,
    Tous les mourants que sans cesse on lui porte,
    Il les guérit et les renvoie contens.

    Sa charité toujours vive et fervente,
    Brûlant son coeur toujours d'un nouveau feu,
    Sans cesse agit et n'est jamais contente ;
    Il craint toujours d'en avoir fait trop peu.

    Tout affaibli de travaux et de l'âge,
    Ce grand prélat se prépare à la mort,
    Il se ranime et met tout en usage,
    Pour arriver heureusement au port.

    Que je vous plains, peuple tendre et fidèle,
    Il va mourir, vous ne le verrez plus,
    Son Dieu l'appelle à la gloire éternelle
    Qu'ont mérité ses solides vertus.

    Mais je me trompe, il ne meurt que pour vivre,
    Il a toujours ses enfants sous ses yeux,
    Il les exhorte à tâcher de le suivre,
    Pour partager son bonheur avec eux.

    A ce grand Saint offrons tous nos hommages :
    Supplions-le qu'il ne nous laisse pas,
    Assurons-nous, s'il se peut, ses suffrages,
    En l'imitant et marchant sur ses pas.

     

    Grand Saint, que nos pères ont choisi pour patron, faites, par vos prières, refleurir parmi nous cette antique foi, ces vertus chrétiennes qui, pendant tant de siècles ont été pour cette paroisse une source de prospérité et de bonheur.

    PRIÈRE


    Saint Vaast, priez pour nous.
    Saint Vaast, priez pour nous.
    Saint Vaast, priez pour nous.

  • Histoire de la Normandie: Jacques-Guillaume Thouret

    Jacques-Guillaume Thouret, premier président de l'assemblée nationale

     

    Jacques-Guillaume Thouret est né à Pont-l' Eveque, le 30 avril 1746.

     

    Il est élu en 1789 aux Etats généraux par le tiers état de Rouen et le 11 novembre de la même année, il devient président de l'Assemblée nationale Constituante.

     

    Ses discours enflammés prononcés à l'Assemblée le rendent célèbre.

     

    En tant qu'avocat, il collabore à l'établissement des juges de paix et à l'institution du jury en matière criminelle.

     

    Pour s'être exposé aux excès de la Terreur, il monte à l'échafaud le 3 floréal de l'an II (1794), avec treize autres condamnés, dont le frère ainé de Chateaubriand.

  • La cathédrale de Sées

    Image Hosted by ImageShack.us

    époque de construction : 13e siècle
    année de restauration : 1849
    auteur de la restauration : Ruprich-Robert Victor (architecte)
    historique : Une première cathédrale a été édifiée en 440, puis détruite par les invasions normandes. L' édifice a été reconstruit plusieurs fois au cours des 11e et 12e siècles. Elle a été à nouveau détruite en 1174 par un incendie, puis reconstruite au siècle suivant. Le choeur a été achevé à la fin du 13e siècle. Suite aux destructions de la guerre de Cent Ans, l' édifice a été réparé au cours du 15e siècle. Les contreforts ont été mis en place au 16e siècle. Des travaux de restauration ont été entrepris avant la Révolution, puis par Victor Ruprich-Robert en 1849.
    propriété de l'Etat
    date protection MH : 1875 : classé MH
    Cathédrale Notre-Dame : classement par liste de 1875