Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noms de lieux

  • Histoire de la Normandie: Une riche toponymie celtique

    par Philippe

    Les toponymes constituent toujours un riche témoignage des populations qui se sont succédé sur un territoire donné. C'est même grâce à eux que les linguistes peuvent reconstituer certains parlers disparus.

    Certains noms d'agglomérations ont une origine très ancienne attestée. Ainsi le nom de Vire, remontrait à la langue indo-européenne commune. Le nom de la ville, comme du fleuve qui porte le même nom, proviendrait vraisemblement de la racine indo-européenne ver/var qui évoquerait simplement l'eau. Elle serait à rapprocher du sanscrit vari, et qui serait à l'origine de nombre de noms de rivières françaises.

    La culture normande est diverse et variée. Et si Cherbourg est indubitablement un nom scandinave, nombre de toponymes normands sont des héritages directs des Unelles et des Calètes ou des Lexovi etc... qui peuplaient le territoire de la Normandie actuelle voici quelque vingt siècles.

    Gisors par exemple, est un nom doublement gaulois, formé à partir des substantifs gaulois geso et rito. Ce dernier terme, qui désigne un gué se retrouve d'ailleurs dans nombre de toponymes français.

    Douvres la Délivrande serait formé à partir des mots celtiques dubron, proche du breton moderne dour, qui signifie "eau", nom que l'on retrouve dans le toponyme britannique Douvres et d' Equoranda, qui a évolué souvent en Ingrandes qui signifie " frontière" ou "limite".

     

    Carentan dérive de Carantomagos, formé du préfixe car qui signifie "cher" et du suffixe "magos" qui signifie "terrain"

    Rouen provient de Rotomagos qui signifie "terrain humide".

    Quand à Cabourg, il constitue un précieux exemple de syncrétisme toponymique et culturel. Car la première partie du nom est issue du celtique "cato" que l'on retrouve notamment dans Caen (cato-magos), le terrain d'exercice- tandis que la seconde partie est un mot germanique qui a le sens de forteresse.

    Latinisé en burgus à partir du IIIème siècle, ce suffixe est très courant dans toute la France.

    Cabourg serait donc la "forteresse de combat" ou la "forteresse militaire", ce qui constitue un pléonasme et serait à rapprocher de l'anglais "Cadbury".