Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

neufchâtel

  • Gastronomie Normande: Neufchâtel, un coeur gros comme ça!

    Probablement millénaire, le neufchâtel est considéré comme l'un des plus anciens fromages normands.  

     

    Il est cité nommément pour la première fois au milieu du XVI ème siècle dans les comptes de l'Abbaye de Saint-Amand à Rouen.

     

    Son succès ne fait que croître au fil des années pour arriver à son apogée au XIX ème siècle.

     

    En 1856, on évalue la consommation des parisiens à près de trois millions par an. À l'époque deux grands fabricants se disputent le marché: Gervais à Ferrières-en-Bray et Pommel à Gournay en Bray.

     

    Fabriqué, à partir de lait entier de vache, le neufchâtel présente une pâte lisse et onctueuse, au goût salé. Enveloppé d'une jolie croûte fleurie. Il adopte six forme différentes: bonde, double-bonde, carré, briquette, coeur et gros coeur.

     

    Depuis 1977, il bénéficie d'une AOC sur une aire de trente kilomètre autour de Neufchâtel-en-Bray. Sa production dépasse les milles tonnes par an.

  • Cuisine de Normandie: Les Farcis de Neufchâtel

    Faites cuire dans le four quelques grosses pommes de terre enveloppées dans du papier d'aluminium.

    Ecroûtez un bondon de Neufchâtel puis écrasez sa pâte dans un saladier avec de la crème fraîche et un oeuf entier. Découpez un chapeau dans le sens de la longueur des pommes de terre et retirez délicatement la pulpe avec une petite cuillère.

     

    Mélangez la chair des pommes de terre à la préparation crémière. Poivrez légèrement et parfumez d'un peu de ciboulette fraîchement ciselée.

     

    Farcissez les coques des pommes de terre de la préparation.

     

    Saupoudrez un peu de chapelure. Ajoutez quelques copeaux de beurre et faites gratiner à four chaud une dizaine de minutes.

    Cuisine de Normandie: Les Farcis de Neufchâtel

     

    Faites cuire dans le four quelques grosses pommes de terre enveloppées dans du papier d'aluminium.

     

    Ecroûtez un bondon de Neufchâtel puis écrasez sa pâte dans un saladier avec de la crème fraîche et un oeuf entier. Découpez un chapeau dans le sens de la longueur des pommes de terre et retirez délicatement la pulpe avec une petite cuillère.

     

    Mélangez la chair des pommes de terre à la préparation crémière. Poivrez légèrement et parfumez d'un peu de ciboulette fraîchement ciselée.

     

    Farcissez les coques des pommes de terre de la préparation.

     

    Saupoudrez un peu de chapelure. Ajoutez quelques copeaux de beurre et faites gratiner à four chaud une dizaine de minutes.

  • Cuisine de Normandie:Des Fromages crémeux

    Par Thibault et Caroline

    Si le fromage est avec la baguette de pain et le vin rouge l'un des emblèmes gastronomiques de la France entière. On rattache le fromage traditionnellement à la Normandie, qui fabrique des fromages en quantité.

    Tradition et terroir y sont l'apanage des producteurs de fromage.

    Le Pays d'Auge et le Pays de Bray sont les régions naturelles, les plus connues pour être les berceaux de certains fromages fameux, tels le camembert, le livarot, le pont-l' évêque, des fromages à pâte molle, à croûte fleurie ou lavée, et le neufchâtel fromage enrichi en crème.

    L'ensemble de ces trois premiers fromages étaient auparavant désignés par le terme " anglots' désignant une monnaie anglaise, puis "augelot" terme  marquant leur origine géographique, le Pays d'Auge.


    Le Camembert

    Bien que l'on trouve des témoignages sur l'existence de ce fromage depuis 1680, l'histoire du camembert reste attachée à la figure d'unfermière normande appelée Marie Hérel. Une légende raconte que ce fromage révolutionnaire fut mis au point au plus fort de la Terreur, en 1791, par cette vénérable fermière. Ce serait en suivant les conseils avisés du prêtre réfractaire réfugié originaire de Brie que Marie Hérel perfectionna sa recette. Elle lui donna le nom de sa ville d'origine, "Camembert". Il se distinguait des fabrications habituelles par la mise en forme du caillé, sans le briser en l'égouttant au préalable à l'aide d'un pochon.

    Le Livarot

    L'origine de ce fromage cylindrique remonterait au haut Moyen-Âge. D'un goût prononcé et peu éloigné du camembert et du pont-l'évêque, le Livarot prit le nom de la ville qui abritait l'un des plus importants marché régionaux où il se vendait.

    Le livarot est fabriqué à partir du lait écrémé de vache, tandis que les matières grasses servent à la fabrication du beurre. A l'origine, le livarot avait tendance à s'affaisser lors de l'affinage à cause de sa pauvreté en matières grasses.

    Il est ceint de trois à cinq bandelettes qui sont traditonnellement gardées. Cette caractéristique explique le surnom " Colonel" (car le colonel dans l'armée à 5 bandes)

    Le pont-l'évêque

    On raconte que ce fromage fut crée au XIIème siècle par des moines cisterciens installés à l'ouest de Caen. Le premier nom de ce fromage fut "l'angelot", au XVIIème siècle, le fromage prend le nom d'une ville située entre Deauville et Lisieux, ville qui abritait l'un des plus importants marchés de la région. Au XVIIIème siècle il prend une forme carré.

    Le Neufchâtel (Le nouveau château)

    Très ancien et peut être le plus ancien des fromages normands, le neufchâtel nait officiellement qu'en 1543 dans les comptes de l'Abbaye de Saint-Amand de Rouen. Le neufchâtel  a connu de nombreuses formes au gré des modes dont la plus actuelle s'apparente à la représentation d'un coeur, et prend donc comme nom "Coeur de Bray"