Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique

  • Théodore Botrel- Il était un petit navire


    podcast

  • Jean-Pax Méfret- Goulag




    La barbe a rongé son visage.
    Le sel a brûlé ses yeux bleus.
    Ses cheveux sont blancs avant l’âge,
    Sa langue est une pierre de feu.

    Il va mourir dans quelques heures.
    Il le sait, mais il n’a pas peur.
    Nous, autour de lui, on fredonne
    Cette chanson devant l’icône...

    On chante ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas,
    Où lorsque tu travailles, l’argent est pour toi,
    Tu peux même t’acheter des chemises de soie.

    Il parait qu’il y a des tas de cinémas
    Où tu peux regarder les films de ton choix.
    A l’Ouest, les juges osent rendre la Loi,
    Et les policiers font respecter les Droits.

    Les mouches butinent sur ses lèvres,
    La sueur glisse sur ses joues.
    Il a soif, il a la fièvre,
    L’eau est sale, elle sort d’un égout.

    Dehors, il ont creusé sa fosse,
    La croix porte son numéro,
    Alors, de sa voix de gosse,
    Il nous demande le Credo.

    On rêve à ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas,
    Où lorsque tu travailles, l’argent est pour toi,
    Tu peux même t’acheter des chemises de soie.

    Il parait qu’il y a des tas de cinémas
    Où tu peux regarder les films de ton choix.
    A l’Ouest, les juges osent rendre la Loi,
    Et les policiers font respecter les Droits.

    Loin de cet archipel,
    Et loin de cette mine ;
    Où l’on ne récite pas :
    Je vous salue, Staline.

    On rêve à ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas.

  • Cabestan - Tempête pour sortir

    podcast
    Débarque-pas ton sac, on va pas lézarder
    C’est pas encore demain qu’on ira s'reposer
    Tempête pour sortir et t’en chie pour rentrer
    La mer, c’est ton métier


    Repartir encore pour une autre marée
    On prendra des risques, on est bien obligés
    Y’a les gosses à nourrir, le bateau à payer
    Le crédit, les intérêts

    R

    Le prix du poisson multiplié 5 fois
    C’est pas le pêcheur qu’en profite, ma foi
    Quand t’auras payé l’rôle à ces culs de banquiers
    T’as tout juste de quoi bouffer

    R

    Y’en a qui s’engraissent sur le dos du pêcheur
    Qu’ils soient banquiers, grossistes, poissonniers, mareyeurs
    Ceux-là vont pas en mer, y sont pas fatigués
    De compter les billets

    R

    Ce foutu plan Mellic a pris ton vieux bateau
    Afin que le banquier t’en finance un plus gros
    T’as plus l’droit à l’erreur, maintenant faut payer


    Tu n’peux plus t’rrêter

    R

    Un vent souffle de Bretagne qui revient de la mer
    Un grand coup de tabac, force 9 de colère
    Costumés de Bruxelles, culs-de-plomb, fonctionnaires
    On n’se laissera pas faire

    R

     

  • Jean Pax Méfret- Le Messager


    podcastIl y avait dans ses yeux 35 millions d’étoiles,
    Et le bout de ses doigts projetait des lasers.
    Chevalier sans armure en tunique de toile,
    Gladiateur sidéral envoyé sur la Terre.

    Et des langues de feu éclairaient son passage
    Et les forces du Mal ont plié les genoux.
    Et le monde a tremblé, frappé en plein visage,
    Et toutes les valeurs étaient au garde-à-vous.

    Les tambours résonnaient, le messager priait.

    Pour son frère massacré sous un pont de Pologne,
    Pour les tâches de sang sur des habits tout blanc
    Pour tous ceux qui ont cru gouverner sans vergogne,
    Il faudra rendre compte devant le Tout-Puissant.

    Les tambours résonnaient, le messager parlait.

    C’était demain, je me souviens.
    Il revenait sur Terre.

    Les tambours résonnaient , le messager parlait.

    C’était demain, le grand matin.
    Il reviendra sur Terre.

    Et les Enfants-Soleil descendront sur l’Oural,

  • Jean Pax Méfret- L'enfant du flic


  • Fanfare de Vénerie- le Fringant Cavalier


    podcast

  • Les Frères Martineau- Charette

  • Les Cailloux

    " les cailloux" Paroles de Jean Boyer, Musique de George Van Paris . publiée en 1942 et éditée dans l'un des nombreux carnets de chants édités à l'époque , cette chanson profite de la campagne de promotion de la chanson populaire lancée par Vichy pour remonter le moral de la jeunesse éprouvé par le défaite de 40. adopté par les chantiers de jeunesse

    "Les cailloux" intègre ensuite le répertoire militaire et celui des mouvements de jeunesse dont le scoutisme


    Interprétation : Choeur Montjoie St Denis , cassette "chants des chantiers"


    Sous le sac que l'on porte,
    Qui pèse vingt kilos,
    On marche comme des cloportes
    Et l'on courbe le dos.
    Mais qu'une jolie fille
    Vienne à passer par là,
    Aussitôt nos yeux brillent
    Et nous marquons le pas.
    A détailler son corps mignon,
    On en oublie nos durillons.

    refrain
    Y'a des cailloux sur toutes les routes,
    Sur toutes les routes y'a des chagrins,
    Mais pour guérir le moral en déroute,
    Y'a des filles sur tous les chemins.

    Qu'elle soit brune ou blonde,
    La fille que nous croisons,
    C'est la plus belle du monde,
    Aux yeux du bataillon.
    Et pour le deuxième classe,
    Comme pour le commandant,
    C'est l'amour qui passe,
    Et tout le monde est content.
    Nous nous r'dressons dans un frisson
    Et nous chantons à l'unisson.

    refrain

    Y'en a autant qu'il y a de pierres,
    Qu'il y a de fleurs dans les jardins,
    Qu'il y a d'oiseaux sur la branche légère,
    Y'a des filles sur tous les chemins,
    Il suffit de trouver
    Celle dont on a rêvé.
    Ainsi quand on pense à l'amour
    Le chemin semble bien plus court,
    Y'a des cailloux sur toutes les routes.
    Mais aujourd'hui comme demain,
    Une raison suffit pour qu'on s'en foute.
    Y'a des filles sur tous les chemins.

  • Choeur Montjoie Saint Deni- Vierge Immaculée

    podcast