Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

moyen-âge

  • Histoire de Normandie: Le Textile à Rouen

    Dès le Moyen-Âge, le textile est à Rouen une activité florissante qui occupe bon nombre d'habitants: tisseurs, foulons, teinturiers etc...

     

    Les nombreuses opérations de fabrication des draps nécessitaient de l'eau et de la place pour le séchage. Dans un premier temps, on utilisa les terrains vagues situés à l'arrière des maisons: les draps y séchaient sur des perches.

     

    L'essor urbain du XVII ème siècle fit fondre l'espace non bâti, le manque de séchoirs devint problématique. Les toiliers eurent alors l'idée de faire sécher leurs productions dans les combles des maisons qu'ils occupaient. Pour aérer ces combles et accélérer ainsi le séchage, on construisit d'abord des grandes lucarnes.

     

    Au XVIII ème siècle, afin d'améliorer la ventilation, on construisit un étage de comble complètement ouvert sur la rue, avec un long auvent pour y empêcher la pluie d'y pénétrer. Ce son les « greniers étentes », où le drap est étendu pour sécher.

     

    Devenu trop nombreux rue Eau-de-Robec, bon nombre de toiliers se déplacèrent dans le quartier Saint-Gervais, au nord-ouest de la ville à la fin du XVIII ème et au début du XIX ème siècle.

     

  • Histoire de la Normandie:Fausses Idées sur le Moyen-Âge!

    par Caroline

    Le petit Peuple écrasé d'impôts:

    Le loyer de la terre (ou cens, la dîme pour le clergé, la taille pour rémunérer la protection du seigneur et le droit banal pour utiliser son moulin, les corvées au château, le péage pour traverser un pont etc..: mazette, mieux vaut avoir la bourse bien garnie au Moyen-Age!

    Ne vous laissez pas impressionner par cette liste.
    Aujourd'hui, nous payons l'impôt sur le revenu, mais aussi la TVA sur les marchandises, la taxe d'habitation,; la redevance pour la télévision, les péages d'autoroute...
    D'autre part, les seigneurs n'ont pas intérêt à épuiser les paysans qui, en exploitant les terres, assurent leur richesse. La Preuve c'est que la population a été multipliée par 3 pendant les mille ans que dur le Moyen-Age, que des terres ont été défrichées à partir du Xème siècle, que les rendements des cultures ont augmenté et q'une croissance économique importante a eu lieu entre le IXème et le XIIIème siècle.

    Une nourriture monotone et des famines à répétition!


    Comment imaginer un monde dépourvu de bananes, de chocolat, oranges, tomates, maïs et mille autres ingrédients délicieux venus d'Afrique et d'Amérique? La nourriture est bien monotone: céréales, légumes verts en saison, secs sinon. Lors des fêtes, un peu de poulet et surtout du porc, conservé par salage ou fumage.

    A vrai dire, les paysans de l'Antiquité ou ceux du XIXème siècle mangeaient la même chose que ceux du Moyen-Age.
    Les dents des squelettes médiévaux sont même en meilleur état que celles des hommes du XVIIème siècle: sauf sous forme de miel, ils ne croquaient pas de sucre!
    Les dernières vraies famines ont disparu après l'an Mil, probablement grâce à un léger réchauffement climatique.
    Et puis, le XIVème siècle vit le premier chef de cuisine de l'Histoire: Guillaume Tirel, surnommé Taillevent. Des livres de cuisine apparaissent alors pour les gourmands des villes, qui consignent de nombreuses recettes.

  • Histoire de la Normandie:Les bas fourneaux du Moyen-Âge

    Le minerai de fer est utilisé depuis la protohistoire. Il serait évidemment assez exagéré de dire qu'il reste des vestiges de cette exploitation très ancienne dans l'Orne. Pendant des siècles notamment ai Moyen-Âge, le minerai de fer est transformé dans des bas fourneaux. Il s'agit de fours en maçonnerie installés directement à proximité du gisement qui est alors exploité à ciel ouvert.


    En forme de cheminée, le bas fourneau possède des parois recouvertes de briques réfractaires. On y verse par le haut le minerai et le charbon de bois. Pour favoriser la combustion, un homme envoie de l'air au coeur du four à l'aide d'un soufflet. Il se crée alors une réaction chimique entre l'oxygène et le carbone du charbon de bois, qui forme du monoxyde et du dioxyde de carbone, les deux étant évacués avec la fumée.

    Les scories s'échappent par un orifice, en coulées. Au bout de plusieurs heures, le forgeron peut sortir du fond du four un morceau de fer, qu'on appelle loupe, qu'il est possible de travailler immédiatement pour en faire des outils agricoles ou des armes.


    Il ne reste plus de trace de ces anciens bas fourneaux, si ce n'est des scories qui se découvrent parfois dans le sol de sous-bois ou de champs fraîchement labourés.

  • Villes de Normandie: Pont-de-l'Arche

    Petite ville située au confluent de l'Eure et de la Seine, adossée à la forêt de Bord, elle doit son nom au premier de ses ponts, construit il y a plus de mille ans pour arrêter les Vikings. De cette époque, Pont-de-l'Arche a conservé trois tours et des vestiges de remparts du XIII ème siècle.


    Des ruelles étroites bordées de pittoresques maisons à pans de bois se pressent autour de son église Notre-Dame-des-Arts, construite entre 1500 et 1550. Malgré l'absence de transept, sa stature imposante lui permet de dominer le cours de l'Eure. Du parvis on peut admirer le style Flamboyant des fenêtres, le visiteur sera surpris par l'hétérogénéité du décor et du mobilier, signe des tumultes de l'histoire: stalles, chaire et retable provenant de l'Abbaye de Bonport, vitraux précieux du XVII ème siècle, statuaire du XIV ème siècle.

  • Histoire de la Normandie:Jugement d'une truie au Moyen-Age

    Dans l'Europe du Moyen Age, certains animaux ont eu « droit » à des procès. Ils sont jugés et condamnés comme des humains.



    « En 1386, à Falaise, en Normandie, une truie mal surveillée provoque un drame en dévorant un nourrisson dans son berceau », peut-on lire dans Histoire symbolique du Moyen Age occidental de Michel Pastoureau (Seuil 2004). « Elle est capturée et jetée en prison, comme tout criminel (…). Le procès dure neuf jours (…). Le juge déclare la truie coupable d’infanticide et la condamne à être suppliciée et à mourir sur l’échafaud (…). Le bourreau lui fait subir les mêmes mutilations qu’elle a infligées au petit enfant. »

  • Sequencia- S'on me regarde


    podcast

  • Cuisine de Normandie:Le beurre de Normandie

    par Thibault

    BeurreR.jpg

    Produit noble, le beurre a au moyen-âge une valeur d'échange comparable à celle de l'huile d'olive dans les pays méditerrannéens. frais, salé, ou fondu,, il entre, à l'instar de la crème, dans la composition de nombreux plats, mais il a en outre l'avantage de faire d'une tartine de pain un aliment complet dont se contentaient souvent nos aïeux.

    Il a ses crus réputés tel celui d'Isigny dont la réputation à largement dépassé les frontière de la France dès l'époque de l'Ancien Régime.

    cette place privilégiée est vérifiée par nombre de dictons dont plusieurs traduisent bien l'esprit d'économie du paysan normand:

    • "On ne doit pas manger son beurre avant son pain"
    • "Mettre le beurre en broche"


    Plus savoureuse est cette réflexion désabusée et goguenarde que ne manquent pas de faire les sages paysans en écoutant un discours électoral: " Y promet plus d'beurre que d'pain".


    Le beurre est traditionnellement fabriqué dans une baratte, tonnelet fermé d'un couvercle dans lequel on agite vigoureusement la crème avec un pilon jusqu'à ce qu'elle soit transformée en mottons de beurre qu'il faut alors laver à l'eau glacée du puits.

    Le petit-lait dit aussi "babeurre" est utilisé dans l'alimentation du bétail et éventuellement dans l'alimentation humaine, à une époque où il n'est pas question de perdre quoi que ce soit.

    Le beurre ainsi fabriqué doit être non pas blanc comme l'est le beurre industrialisé et pasteurisé, mais jaune clair, ce qui incitait certaines fermières peu scrupuleuses à jaunir un beurre trop blanc avec du jus de carotte. De toute façon on n'achetait le beurre, les jours de marché, qu'après l'avoir goutté.

  • Clementic Consort- Ite Missa est

    podcast

    Lire la suite