Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

monuments du calvados

  • Paysages de Normandie: Le château et l'église de Creully

    Le Château: situé en haut d'une colline bordée par un ravin, malgré la date tardive de sa construction, n'a pas perdu entièrement son aspect de forteresse médiévale.

     

    Le fief, l'un des plus anciens de Normandie, fut porté au XII ème siècle, aux comtes anglais de Gloucester par Mabile, fille de Robert Fitzaimon qui fut assiégé et menacé d'être brûlé dans le clocher proche de Secqueville.

     

    Les Vierville furent ensuite seigneurs de Creully jusqu'au XVI ème siècle. La terre passa alors aux Sillans, puis à la fin du XVII ème siècle, au fils de Colbert, Seignelay, dans la famille duquel il resta pendant un siècle.

     

    Le château actuel date du XV ème siècle, il a subi d'importantes modifications au XVI ème et au XVII ème siècles. Un grand corps de logis rectangulaire, dont le haut mur à créneaux masque la naissance du toit, a été percé postérieurement de larges ouvertures soulignées par un encadrement. Les traces d'un pont-levis se voient au-dessus de la porte d'entrée. Celle-ci s'ouvre près d'un angle de la façade qu'épaulent des contreforts. Vers l'autre extrémité, le mur est accosté d'une charmante tourelle ronde du XVI ème siècle, décorés sur deux étages, de baies en plein cintre encadrées de pilastres, et coiffée d'une calotte.

     

    Le corps de logis est relié par une haute tour polygonale au donjon carré, couronné de mâchicoulis, qui s'appuie du côté du ravin à un puissant mur de défense. Les écuries du XVII ème siècle. Le parc est planté de beaux arbres.

     

    L'église date du XII ème siècle. Elle conserve un clocher-porche octogonal du XVII ème siècle, porté par un massif carré, décoré aux angles de pots à feu. A l'intérieur, d'épaisses piles, flanquées de colonnes engagées, soutiennent les voûtes et les grandes arcades ornées de bâtons brisés.

     

    Dans le coeur; on voit le tombeau en marbre blanc et noir d'Antoine de Sillans, mort en 1641. bien qu'en partie mutilé lors de la Révolution de 1789, il offre un bel exemple d'art funéraire du XVII ème siècle.