Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marine à la voile

  • Les filles de la Rochelle

    chanson_thumb.jpeg

    Selon le site des troupes de marines, il s’agit d’une chanson de gaillard d’avant - la partie du navire où les marins pouvaient se détendre entre les quarts - du temps des corsaires (début du XVIIIe siècle). Ces chansons «ne sont pas destinées à aider la manœuvre, d’où leur ton plus féerique ou trivial. Alors que les chansons de marins ne devaient en principe pas être chantées à terre, Les Filles de La Rochelle sont passées dès 1841 (date de leur première publication) dans le répertoire populaire.» Dans certaines versions, le second couplet n’est pas chanté.
    Quelques variations : « Qu’avez-vous gentill’brunette » (l. 1, c. 5) ; « Avez-vous perdu père et mère » (l. 3 c. 6) ; « J’ai perdu » (l. 1 c. 7). Parfois le second couplet ne figure pas dans les carnets de chants.
    Voici ce qu'en disait Gérard de Nerval qui propose des paroles un peu différente :


    « Quoi de plus pur, d'ailleurs, comme langue et comme pensée ? Mais l'auteur ne savait pas écrire, et l'imprimerie nous converse les gravures de Collé, de Piis et de Panard !
    Les étrangers reprochent à notre peuple de n'avoir aucun sentiment de la poésie et de la couleur ; mais où trouver une composition et une imagination plus orientales que dans cette chanson de nos mariniers ?

    Ce sont les filles de La Rochelle – Qui ont armé un bâtiment – Pour aller faire la course - Dedans les mers du Levant
    La coque est en bois rouge - Travaillé fort proprement – La mâture est en ivoire – les poulies en diamant
    La grand-voile est en dentelle - La misaine en satin blanc - Les cordages du navire - Sont de fil d’or et d’argent
    L’équipage du navire - C’est tout filles de quinze ans – Les gabiers de la grande hine – N'ont pas plus de dix-huit ans !
    Etc. »



    I. Sont les filles de la Rochelle
    {Ont armé un bâtiment
    Pour aller faire la course
    Dedans les mers du Levant.

    Ah ! la feuille s’envole, s’envole,
    Ah ! la feuille s’envole au vent.

    II. La grand-vergue est en ivoire
    {Les poulies en diamant
    La grand-voile est en dentelle
    La misaine en satin blanc.

    Refrain.

    III. Les cordages du navire
    {Sont de fil d’or et d’argent
    Et la coque est en bois rouge
    Travaillé fort proprement.

    Refrain.

    IV. L’équipage du navire,
    {C’est tout filles de quinze ans
    Le cap’taine, qui les commande
    Est le roi des bons enfants.

    Refrain.

    V. Hier, faisant sa promenade
    {Dessus le gaillard d’avant
    Aperçut une brunette
    Qui pleurait dans les haubans.

    Refrain.

    VI. Qu’avez-vous jeune brunette
    {Qu’avez-vous à pleurer tant ?
    Avez-vous perdu père et mère
    Ou quelqu’un de vos parents ?

    Refrain.

    VII. J’ai cueilli la rose blanche
    {Qui s’en fut la voile au vent
    Elle est partie vent arrière
    Reviendra-z-en louvoyant.

    Refrain.