Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

manoirs de l'eure

  • Paysages de Normandie:Les Manoirs de l'Eure

    par Caroline

    Manoirs de l'Eure


    Les manoirs du département de l'Eure, exception faite d'un très petit nombre échelonnés le long des vallées, sont loin de présenter la physionomie souriante de leurs voisins du Pays d'Auge. Sans doute le cadre, constitué par les plateaux recouverts de champs, conquis sur l'immensité de la forêt d'Othe contribue-t-il à dégager une note très différente. Il faut aussi déplorer que les habitants des villages de ces plateaux n'égaient pas comme les Augerons, leurs façades grâce au sourire des fleurs.


    Cependant, ces manoirs de l'Eure s'apparentent, en général, à ceux du Pays d'Auge et sont la plupart du temps constitués, comme eux, par un solide rez-de-chaussée en gros blocages de pierre, à moins que la pierre ne se limite aux chaînages et au sertissage, le remplissage étant assuré par des silex taillés de forme cubique, le contraste du noir et du blanc produisant ainsi le plus heureux effet. Le premier étage est presque toujours en galandage, c'est-à-dire formé de grosses poutres de chêne disposées dans le torchis de façon à le renforcer.


    Ce torchis, généralement ocré, à moins qu'il ne se dissimule sous une couche de chaux, est fait d'un mélange de terre un peu glaiseuse et d'un hachis de paille. Le premier étage qui déborde parfois, repose dans ce cas sur de lourds cormiers. Rares sont les manoirs essentés de bois, par contre, il en existe tapissés d'ardoises. Exceptionnellement, dans certaines régions contiguës à la vallée de la Seine, il arrive de rencontrer des constructions entièrement en briques avec rehauts de losange constitués par des briques cuites en noir. A noter qu'en maint endroit la brique s'échiquette avec la pierre au même titre que le silex.


    Dans les manoirs de forme rectangulaire, l'escalier se déploie à la «  française » avec sa rampe en balustres de bois d'une grande simplicité, coupé lors de son passage au premier étape par un vaste palier. Dans d'autres, généralement plus petit et antérieurs au XVIIème siècle, l'escalier à vis occupe une tourelle ronde ou hexagonale, plaquée vers le milieu de la construction.


    L'élégance de tous ses manoirs provient surtout de leurs combles qui tranchent, au loin, avec tant de distinction sur l'agglomération rurale qu'ils dominent aux côtés de l'église. Comment ne pas demeurer surpris en présence de la résistance de leurs charpentes de chêne mises à rude épreuve, depuis parfois quatre siècles, du fait de la masse considérables des petites tuiles. Bien souvent, l'ardoise, il est vrai, a succédé à la tuile.


    Le dictionnaire historique des communes de l'Eure de l'abbé Caresme et de Charpillon, ancien juge de paix, constitue une sorte de «  domesday book » infiniment précieux pour notre région, où l'histoire de chaque fief est exposée dans le cadre de chaque commune avec des renseignements sur les différents membres des familles qui se sont succédé. Grâce à cet ouvrage inestimable et quasi unique, tous ces petits fiefs retrouvent leur vie passée. Quant à ceux qui souhaiteraient connaître d'une façon plus intime les conditions d'existence de leurs maîtres d'alors, je ne saurai trop leur conseiller la lecture du journal du sieur de Gouberville, possesseur au cours du XVIème siècle du manoir de Mesnil Val près de Valognes.

    hom2.jpgLe Manoir de Hom