Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

manoir du grand saint-quentin

  • Le Manoir du Grand Saint-Quentin à Berd'huis

    Le Manoir du Grand Saint-Quentin est appelé parfois le « château des Corvée ». Il a été construit au XVI ème siècle en bordure de la route reliant Dancé à Nocé. Ses bases sont constituées des vestiges d'une ancienne place forte.

     

    L'édifice se compose d'un corps de logis à un étage, de plan rectangulaire, campé d'une belle tour d'angle cylindrique, de section modérée mais de bonne hauteur. Les embrasures de tir rappellent le souci de défense du bâtisseur. Un haut comble se développe entre deux imposants murs pignons. Deux souches de cheminées marquent les limites du faîtage. Plusieurs ouvertures ont conservé leur facture de style Renaissance. L'entrée est surmontée d'un oculus et elle est voûtée en plein cintre. Une corniche moulurée court autour de l'édifice.

    Vers le sud, une aile fut ajoutée en prolongement d'un pavillon de plan carré dressé dans l'angle oriental du logis. Jadis, une tour d'escalier s'inscrivait en relief sur la façade arrière.

     

    Le bel aligment des communs sans étage délimite l'ancienne cour intérieure. Comme la tour d'escalier, le colombier a malheureusement disparu.

     

    La Famille de Saint-Quentin est attestée en ce lieu dès le XII ème siècle. Un texte de 1124 signale que Payen de Saint-Quentin était le prévôt du Comte Rotrou III de Bellême.

    Geoffroy de Saint-Quentin vivait ici dans la première moitié du XIII ème siècle.

     

    Au début du XVI ème siècle, le domaine tombe dans les mains des du Mouchet, seigneur de La Mouchetière. Les armes des du Mouchet étaient « d'argent à trois hures de sanglier arrachées de sable »

    Ils furent les bâtisseurs du manoir qui ira au cours du XVIII ème siècle aux de Barville. Les Barville tenaient alors l'ensemble des fiefs de Nocé, de Courboyer et de Lormarin.

     

    En 1761, Marie-Marguerite de Barville, épouse de François de Mésenge hérita de Courboyer et du Grand Saint-Quentin.