Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

louis xv

  • Histoire de Normandie:Les fripiers, chinchers, brocanteurs de Rouen

    source: « Histoire des anciennes corporations d'arts et métiers
    et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie », paru en 1850
    Le préambule de l'édit de Louis XV, portant confirmation des nouveaux statuts des fripiers, nous apprend que leur corporation remonte à une haute antiquité à Rouen.

    « Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut : Nos amés les marchands fripiers de la ville, faubourgs, banlieue de Rouen, nous ont fait exposer que, depuis très longtemps ils forment une communauté policée et disciplinée par des statuts qui leur furent accordés, et qu'ils ont depuis obtenu plusieurs sentences et règlements, pour maintenir le bon ordre dans l'exercice de leur profession, et pour empêcher les contraventions qui se commettent journellement ; que, néanmoins, ces statuts n'ont pas été suffisants pour arrêter les abus et les entreprises de ceux qui, sans aucune qualité, s'arrogent le droit de travailler dudit métier ; que, dans la vue de réprimer plus efficacement ces abus, ils ont fait réformer ces anciens statuts, et en ont fait rédiger de nouveaux, lesquels nous confirmons et autorisons par ces présentes lettres ».

    Les premiers statuts des fripiers de Rouen remontent à 1419, sous Charles VI, qui les leur accorda. En 1539 nous les voyons occuper, comme corps légalement constitué, une portion des halles, qu'ils tenaient à loyer des échevins de la ville. François Ier confirma, en 1544, leurs statuts, dont ils s'efforcèrent de corroborer l'autorité par toutes sortes d'arrêts et de sentences du Parlement.

    Lire la suite

  • Paysages de Normandie:Le château de Pontécoulant

    La Varende n'est pas tendre pour Pontécoulant, présenté comme « Un gros-pavillon-ferme avec, à droite, poussée de luxe anormale, une longue façade d'orangerie, belle mais sans lien. »


    Cette gentilhommière évoque surtout la figue de Louis-Gustave Le Doucet, comte de Pontécoulant, né sous Louis XV et mort sous le Second Empire. Entré à dix-huit ans aux gardes du corps, cet étonnant personnage se lia avec Choderlos de Laclos et avec le chevalier de Lévis qu'il accompagna en Europe: il fut ainsi présenté à Frédéric II de Prusse et à Catherine II de Russie.


    Favorable aux idées de 1789, il représenta le Calvados à la Convention et devin commissaire extraordinaire aux armées du Nord, mais refusa de voter la mort du roi.

    Désormais proscrit par les révolutionnaires, il parvint à passer en Suisse.


    Revenu en France, il se lia avec Bonaparte, qui le nomme préfet de la Dyle et compte d'Empire. Devenu pair de France sous les Bourbons, il fut en 1830, l'un des premiers à reconnaître Louis-Philippe, dont il avait un moment partagé l'exil en 1793.


    Il revient mourir paisiblement à Pontécoulant, à l'aube du Second Empire.


    Propriétaire du château: Conseil Général du Calvados


    Visite tous les jours sauf le mardi à partir du 14 avril.

    Visite les après midi du 16 novembre au 14 avril; fermé en octobre.