Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lisieux

  • Histoire de la Normandie: Les Prussiens à Lisieux en 1815

     par Le lieutenant-Colonel Kahn
    Commandant du Dépôt de Lisieux
    en 1915
    ~*~
    L’histoire telle que nous la lisons, telle qu’on l’enseigne aux jeunes générations, ne gagnerait-elle pas à être examinée de plus près, en indiquant pour chaque région les phases qui l’intéressent tout particulièrement ?

    Au lieu de présenter une suite de faits souvent idéalisés, tout Français ne devrait-il pas connaître les événements exacts et de nature à exalter son patriotisme et renforcer sa volonté de maintenir son pays hors du joug étranger ?

    La paix signée, la vie reprend vigoureusement son cours et les ruines accumulées par la guerre sont vite relevées. A peine aperçoit-on ça et là quelques charpentes délabrées et noircies par l’incendie. Le reste a disparu : les plaies sont pansées. On se souvient bien encore, mais le souvenir s’éteint à son tour et les générations suivantes passent sans émotion à côté des plus grandes tourmentes. Une date apprise : Austerlitz, 1805... Waterloo, 1815.... et c’est tout !

    Dans les moments actuels, quels sont ceux qui, parmi nos concitoyens, ont songé aux exactions commises par l’armée prussienne en 1815, à Lisieux et dans ses environs ? Et pourtant, c’est en libératrices, en amies, que ces hordes sont venues s’implanter chez nous, durant le dernier semestre de l’année 1815.

    Lire la suite

  • Cuisine de Normandie: Le Livarot

    Le Livarot est l'un des fromages les plus anciens de Normandie. Il est sans doute né à la fin du Moyen-Âge, au sud du pays d'Auge, au coeur de la normandie. Fromage fermier, il est peu différent du camembert et du Pont l'Evêque.  

     

    En 1693, l'intendant Pommereau de la Bretesche le cite comme étant de consommation courante à Paris et Thomas Cornelle en fait état dans son Dictionnaire universel géographique et historique, édité en 1708.

     

    Mais c'est au XIX ème sicèle que le livarot connait un certain essor. C'est le fromage normand le plus consommé. On frabique alors plus de 4,5 millions de pièces et cette production est le privilège de plus de deux cents caveurs. La fabrication et l'affinage sont en effet des tâches distinctes. Le fermier produit le fromage et le revend « jeune » à un caveur chargé de l'affiner et de le vendre.

     

    Le livarot prend le nom de la petite ville de Livarot située près de Lisieux, qui abrite un des plus grands marchés régionaux où se vendent les fromages Normands.

     

    L'aire de production du livarot s'étend sur un petit territoire, inclus dans le Pays d'Auge, à cheval suer les départements du Calvados et de l'Orne. Une dizaine de cantons autour de Lisieux et d'Argentan sont concernés.

     

    Les livarots sont entouré de leurs laîches. Le livarot est en effet entouré de trois ou cinq bandelettes qui lui valent le surnom de « Colonel »

  • Villes de Normandie: Lisieux

    Lisieux passait pour la ville la plus pittoresque de la Normandie. Ses rues bordées de maisons à colombages dont certaines remontaient aux XV ème siècle, leurs grands toits, leurs sculptures, leur étonnantes variétés furent chéries des touristes, et sujets de choix pour les paysagistes du XIX ème siècle.

     

    Ces maisons délicates et fragiles, cet ensemble unique où l'on trouvait une atmosphère médiévale, a flambé comme un tas de fagots sous les bombes anglo-américaines de 1944.

     

    Par bonheur il nous reste presque intacte la cathédrale Saint-Pierre. Ce monument a été construit avec une singulière rapidité. Commencé en 1170, il était terminé cinquante ans après.

     

    Le palais épiscopal, attenant à la cathédrale, est une construction de style Louis XIII, pierre et briques, toits d'ardoises. Il est sorti de la fournaise de 1944 sans irréparables dommages. C'est là que l'on peut voir le grand salon des Evêques, dénommé « la chambre Dorée », tendu de cuir de Cordoue, décoré de médaillons et de peintures de l'époque. Le plafond est de l'école de Lesueur.

     

    Mais l'immense majorité des personnes qui viennent à Lisieux ne sont pas attirées par la cathédrale ou par le palais épiscopal; c'est le culte de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus qui amène les pèlerins du monde entier.

     

    Lors de la reconstruction de la ville après la guerre, les urbanistes se sont orientées vers la conception nécessaire d'une ville de pèlerinage en créant notamment de vastes parcs de stationnement devenus maintenant insuffisants.

     

    La basilique comme le couvent des Carmélites, comme tous les souvenirs qui s'attache à Sainte Thérèse ont été épargnés par la guerre.

  • Histoire de la Normandie:Révolte contre la cherté du pain

    par Marc

    Après la mort de Louis XIV en 1715, on a cru qu'un monde nouveau commençait. Le système de Law y a contribué, des fortunes se sont faites et défaites. Mais les ouvrières ont toujours été mal traitées.

    Les prix augmentent, pas les salaires.

    Le pain constituait alors la base de l'alimentation. Son prix a tant augmenté qu'il est devenu inabordable. Alors les émeutes éclatent un peu partout. Les femmes ne sont pas les dernières.

    A Caen, l'intendant doit s'enfuir devant les manifestants. A Rouen et à Lisieux, c'est leufs enfants qu'elles veulent défendre en protestant.

    La misère est grande.

    Bizarrement le système de Law ressemble beaucoup au système actuel.

  • Traditions de Normandie:La foire aux picots


    Grande foire traditionnelle à Lisieux dans tout le centre ville chaque premier dimanche d'août. 

    La spécificité de cette foire est le "picot" (dinde destinée à être mangée à Noël). Une grande partie de ce marché est dédiée à la vente de ces volailles. Sont également présents éleveurs de lapins, poules...

    Mais ce n'est pas tout ! Vous trouverez également de nombreux exposants en habillement, décoration, art de la table, ustensiles de cuisine, bijoux... ainsi qu'une partie braderie.

  • Traditions Celtes:La bague chez les celtes

    La bague chez les celtes


    La bague symbolise un lien indéfectible unissant deux êtres ou deux principes. Cette association donne des pouvoirs ou le pouvoir. Ainsi, Luned, fée servante de la Dame de la Fontaine et du Chevalier Noir offrit à Owein une bague dans laquelle était enchâssée une pierre qui donnait l'invisibilité, ce qui lui permit d'obtenir la victoire lorsqu'il voulut conquérir la Dame de la Fontaine.


    Luned initiatrice d'Owein, reprit la bague et ôta le pouvoir lorsqu'il délaissa la Dame de la Fontaine.

  • Histoire de la Normandie:Inauguration de la Basilique de Lisieux

    le 11 juillet 1937, une foule énorme assiste avec ferveur à l'inauguration de la Basilique de Lisieux au dôme encore inachevé, en présence du légat du Pape, Monseigneur Pacelli.

     

    Le pèlerinage spontané des fidèles avait hâté la béatification de la « petite soeur Thérèse » emporté par la tuberculose à l'âge de vingt-quatre ans, après neuf ans passés au Carmel de Lisieux.

     

    Le procès avait commencé en 1914 pour aboutir en 1925. Sa réputation de sainteté s'était alors répandu à travers le monde, et Lisieux deviendra l'un des pèlerinage les plus fréquentés et les plus populaires. Thérèse est ,tout comme Sainte Jeanne d'Arc, Sainte patronne de  France. Il fallait en toute nécessité édifier une église à sa gloire.

     

    La vaste basilique de style romano-byzantin est l'une des plus grandes églises du XX ème siècle. Le monument couvre une superficie de 4500 mètres carrés avec un dôme haut de 95 mètres. La crypte à trois nefs peut accueillir jusqu'à quatre mille pèlerins. Les marbres et les mosaïques qui décorent l'intérieur de la basilique donnent, avec de magnifiques vitraux riches en couleurs, une impression de force et de gaité qui rappelle celles qui habitèrent la petite Thérèse tout au long de sa vie.

     

    Au tympan du portail, des sculptures montrent Jésus enseignant aux Apôtres et la Vierge au mont Carmel.

    reliquaire.jpg

    Un reliquaire, don du Pape Pie XI, contient les os du bras droit de Sainte Thérèse.

    Eglise_Lisieux_B.jpg
  • Histoire de la Normandie: Saint Jean Eudes


    jean_eudes_ph1.jpg
    Jean Eudes naît le 14 novembre 1601 à Ri dans l'Orne. Après avoir fait ses études secondaires et théologiques à Caen, il entre chez les Oratoriens en 19623 à Paris, où il est accueilli par le fondateur Bérulle.


    Ordonné prêtre, il revient en Normandie pour y prêcher des missions populaires qui rencontrent peu de succès. Alors, en 1643 après avoir quitté l'Oratoire, il décide de créer la congrégation des eudistes, dont le but sera de fonder, en conformité avec les directives du concile de Trente, des séminaires, ce qu'il fait à Caen, à Coutances, à Lisieux.


    Il avait déjà fondé à Caen en 1641, l'Institut du Bon-Pasteur, chargé de recevoir les prostituées dans des foyers.

    En 1648, il initie le culte du Coeur de Marie et en 1672 celui de Jésus.

    Inlassable prédicateur, il entame un prêche aux Quinze-Vingt mais, trop indépendant, il est chassé de Paris en 1674.


    Il meurt à Caen, le 19 août 1680.

    Grand représentant de l'école française de spiritualité au XVIIème siècle, il a laissé de nombreux ouvrages:

    • Exercices de piété pour vivre chrétiennement et sainement

    • Vie et Royaume de Jésus dans les âmes chrétiennes

    • Le Testament de Jésus

    • Le Bon Confesseur.

    Jean Eudes fut béatifié en 1909 et canonisé en 1930.

  • Le Tourisme en Normandie