Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lieux de mémoire

  • Bénouville lors de la seconde guerre mondiale

    Le village lui-même ne figurait pas dans les zones de largage de la nuit du 5 au 6 juin, mais la dispersion des groupes fit que « tout à coup sur la place de la mairie, raconte l'insituteur Deschamps * surgirent des ombres lançant des appels en français. Il était 23h15. Le village dormait. J'eus le privilège d'apercevoir, dans un ciel immensément rouge, des avions qui tournoyaient presque au ras du sol, au milieu de gerbes de balles traçantes. Bientôt ces avions, qui en réalité étaient des planeurs, contenant soldats, jeeps, canons de campagne, s'abattaient près des ponts de Ranville et de Bénouville et aux alentours..

    A 23h45, les allemands avaient disparu; un nombre grandissant de soldats alliés arrivaient en ce lieu, les trois quarts du village étaient délivrés. Nous étions les premiers libérés du sol français. »

     

    Dans ce village, sur la rive gauche du canal de Caen, le 6 juin à 13h30, avec une heure et demie de retard sur l'horaire prévu, le 4ème Commando opérait sa jonction avec les aéroportés. Le piper Bill Millin jouait des airs écossais. Les commandos de Lord Lovat défilaient sur la route, droits et fiers sous leurs bérets verts. En tête de colonne marchait Bill Millin avec sa cornemuse qui modulait toujours Blue Bonnets over the Border. Dans les deux camps la fusillade se tut brusquement, tous les soldats contemplait ce spectacle. Mais la surprise ne dura pas. Au moment où le Commando atteignait le pont, les allemands se remirent à tirer. Bill millin se souvient qu'il « se fiait à sa chance pour ne pas être touché, parce qu'il ne pouvais pas entendre grand-chose d'autre que sa cornemuse. »

     

    Arrivé au milieu du pont, Millin se tourna vers Lord Lovat. « Il marchait tranquillement comme s'il se promenait sur ses terres et il me fit signe de continuer. »

     

    On ira voir avant de traverser le Pont sur le canal:

     

    • Sur le monument aux morts: une plaque apposé le 11 novembre 1944 « Après 4 ans d'interdiction nous revenons, ce 11 novembre 1944, rendre hommage aux morts pour la patrie »

    • Au pied du Calvaire: la plaque apposée « à la mémoire de ceux qui ont trouvé la mort en défendant cette tête de pont. »

    • La Place de l'Eglise: une incursion allemande bouscule le poste de garde du 7ème Bataillon et atteint la place de l'église, tue tous ceux qui se trouvaient dans le poste de secours: le médecin, un infirmier, leurs blessés et le RP Parry. Tombes dans le cimetière.

    • Le château XVIII ème siècle

    • Le panneau évoquant la jonction des commandos et celle des parachutistes: « devant cette maison, eut lieu le 6 juin à 12h02' 30'' la jonction des éléments du commando venu par la mer avec les forces de la 6th Airborne larguées dans la nuit. Avec 2 min 30 s de retard, Lord Lovat, précédé du piper Bill Millin, franchit alors Pegasus Bridge sous le feu ennemi. »

    • Le Café Gondrée présente bien des documents offerts par les parachutistes, qui n'oublient jamais d'y aller « prendre un verre ». les albums de signatures et de lettres détenus par les propriétaires sont fascinants.

  • Plusieurs lieux de mémoire en Normandie

    De Photos de Normandie
    De Photos de Normandie

    De Photos de Normandie

    De Photos de Normandie
    De Photos de Normandie
    De Photos de Normandie

     

    De Photos de Normandie
    De Photos de Normandie