Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les vaudevires

  • Culture de Normandie: Les Vaudevires

    Chansons de circonstances, avec couplets, semées de trait de gaîté et de finesses, composées dans les Vaux-de-Vire

     

    Olivier Basselin était maître-foulon (fabricant de drap). Ami de la table et de la joie, il crée les premières chansons à boire connues, ou chansons bachiques avec refains:

     

    « Buvons fort

    Jusqu'au bord

    Buvons bien

     

    Nos voisines

    Nos Cousines

    Nos maris n'en sauront rien.»

     

    Résistant à l'occupation anglaise, pendant la Guerre de Cent Ans, Olivier Basselin dirigeait « Les Compagnons de Vau-de-Vire », il chante dans les auberges pour enflammer les populations bocaines.

     

    « Godons, panses à pois.

    Serez-vous donc toujours ici les maîtres?

    Armons nous!

     

    Entre nous, gens de village

    Qui aimez le roi françaisesPrenez chacun courage

    Pour combattre les Anglais. »

     

     

    Jean Le Houx, autre poète virois qui vécut pendant les guerres de religion.

     

    « Il vaut mieux cacher son nez dans un grand verre

    Il est mieux assuré qu'en un casque de guerre.

    Pour cornette ou guidon, suivre plutôt, on doir

    Les branches d'hère ou d'if qui montrent où l'on boit.

    Il vaut mieux, près du bon feu, boire la muscadelle

    Qu'aller sous un rempart faire la sentinelle.

    J'aime mieux n'être point en taverne en défaut

    Que suivre un capitaine, à sa brèche, à l'assaut. »

     

    Excommunié, il va à Rome chercher l'absolution. Après avoir chanté le vin et le pommé normand, il célèbre l'enfant Jésus dans « 32 Noëls»

     

    Chênedollé poète virois du XIX ème siècle et Longfellow poète américain ont célébré les Vaux-de-Vire.