Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les andelys

  • deux vidéos sur le tournoi de softball des Andelys du 15 janvier 2012

     

     


    extrait du match CABS contre Huskies de Rouen 


    Wallabies de Louviers contre Marlins de... 

  • L'ermitage de la Couture près des Andelys.

    Il était situé au pied de la roche où fut édifié, par la suite, le Château-Gaillard. Sa position dominait le Petit Andely et le Grand Andely.

     

    Sa chapelle était dédiée à Saint-Nicolas, était à la présentation de l'archevêque de Rouen. Elle fut endommagé au cours des combats qui se déroulèrent aux portes des Andelys durant la seconde moitié du XII ème siècle.

     

    On sait qu'en 1203, Gervais du Busc, chanoine de Notre-Dame d'Andely et archidiacre de Pont-Audemer restaura sur ses deniers propres la chapelle dédiée à Saint-Nicolas et la dota de vingt livres de rente.  

     

    Détruite de nouveau par la suite, son titre fut transféré dans l'une des chapelles de l'église de Saint-Sauveur du Petit-Andely. Un chapelain fut alors désigné par le chapître de Notre-Dame au XVI ème siècle, puis par le comte de Gisors au siècle suivant.

     

    L'ermitage existait encore au XVII ème siècle, alors que François de Rémond, séigneur en partie de Farçeaux, etcapitaine-gouverneur de Château-Gaillard.

  • Photos et vidéo de la "Course de Côte des Andelys 2011"

    Le dimanche 10 juillet, c'était la traditionnelle course automobile des Andelys organisée par l' Ecurie Auto Château-Gaillard

    Cette course de côte se déroulait le matin de 8h à midi et l'après-midi de 13h à 17h30

    Voici une petite vidéo des voitures redescendant la côte en convoi:

     

  • Village de Normandie: Mesnil Bellanguet

    Sur une indention du plateau apparaît une agglomération linéaire, jusqu'à un carrefour marqué par une croix. Une chapelle était située à son entrée côté Andely, et une petite place garde son souvenir grâce à sa croix de Fer. À la Saint-Gilles, se déroulait autrefois une fête patronale qui attirait les andelisiens. Une statue en bois de Saint-Gilles en garde le souvenir.  

     

    Les habitants travaillaient le coton pour le compte de marchants rouennais, ils s'élèvérent contre la mécanisation, ils demandent la destruction des métiers mécanique dans leurs Cahiers de Doléances en 1789. La mécanisation a détruit beaucoup d'emplois dans la petite paysannerie à cette époque là.

  • Histoire de Normandie: La période antique dans la vallée du Gambon

    L'eau est, le plus souvent, la cause première des anciens groupements humains. Elle donne l'essentiel de la vie, lorsqu'elle est courant; elle protège l'homme mal armé lorsque, s'écoulant mal, elle s'amasse en poches stagnantes, en marais difficiles à traverser.

     

    C'était le cas de la basse vallée du Gambon. Jusqu'aux travaux de drainage du XVI ème siècle, l'eau ne s'écoulait pas librement jusqu'à la Seine. À partir d'un seul, que maintenant, plus rien ne matérialise, mais qui se situe en gros au carrefour situé auprès de la place Poussin, et la rue de la Libération, la pente de la rivière est infime et l'eau, grossie de sources, stagnait sur l'argile de son lit, formant semble-t-il un vaste marais s'étendant pratiquement jusqu'à la Seine.

    Nulle embarcations ne pouvait s'aventurer à travers ces eaux encombrées d'herbes et de plantes aquatiques. Ce marais a probablement constitué pour les Celtes de la tribu des Véliocasses un site favorable à la vie et bien défendu naturellement. Une simple chaussée surélevée, au pied du versant des collines du sud permettait de contourner le marais: on la fermait aisément. Une chaussé au nord conduisait à un port naturel constitué par l'embouchure du Gambon.

     

    Des trésors ont été trouvés en amont de ce marais:

    dès le XVIII ème siècle: Des poteries, des monnaies ont été trouvées. Certaines ont été regroupées dans les musées d'Evreux et de Rouen. Une collection réuniée entre 1880 et 1939 par M. Coutil, préhistorien et archéologue local a été en partie détruite lors de la seconde guerre mondiale. Certaines belles pièces de cette collection se trouvent dans les musées d'Evreux, de Rouen et même de Saint-Germain-en-Laye.

     

     

    Aux celtes succédèrent les celto-romains. Des vestiges de la riche civilisation Celto-romaine sont apprus et apparaissent encore grâce aux fouilles. Nombreuses sont les « villas » (établissements agricoles): fermes du Vexin qui acheminaient leur grain par la vallée du Gambon vers le port sur la Seine. Un théâtre de médiocre grandreur fut découvert en 1880 par M. Coutil. Il disparaît complètement dans des brouissailles et il est inexploité au niveau touristique.

     

    En 1977,des bulldozets bouleversaient un mauvais pré fangeux, pour établir un terrain de football, et ils mirent au jour une belle mosaïque. Des fouilles systématiques furent entreprises et on délimita sur plus d'un hectare, une série de salles munies d'hypocaustes, dont l'une avait conservé une mosaïque entière. Celle-ci mesure plus de 6 mètres de côté, le dessin géométrique en octogone étoilé témoigne d'une grande maîtrise technique.

    On date cet ensemble entre la fin du II ème siècle et le début du III ème siècle après Jésus-Christ. Il semble que la destruction ait eut lieu au moment de la première occupation de troupes Franques.

    Une réoccupation partielle du site semble s'être faite. Le site fut abandonné définitivement au IV ème siècle.

     

    Le théâtre découvert par M.Coutil en 1880 aurait été construit à la même époque, et l'ensemble constitué deux constructions monumentales. Des fragments de poteries, des pièces de monnaies à l'effigie des Tetricus, situent l'ensemble au Bas Empire romain.

     

    On trouve toujours dès que l'on creuse, dans toute la vallée du Gambon, des gragments de poteries et des monnaies datant de l'époque Celto-romaine. Sur la rive de la Seine, il semble que les traces de nombreuses fondations puissent permettre de penser qu'un port antique celto-romain existait à cet emplacement.

  • Paysages de Normandie: Eglise Saint-Sauveur d'Andely

    par Caroline

    L'Eglise du Petit-Andely est beaucoup plus remarquée des touristes à cause de son site et de la proximité de Château-Gaillard dont elle est presque contemporaine. Construite de 1220 à 1240 suivant un plan cruciforme elle a un choeur remarquable fermé d'un chevet à cinq pans et d'un déambulatoire. Au-dessus des chapiteaux, des figures sculptées avec finesse supportent les colonnettes de retombée des voûtes.

    L'Orgue provient de l'abbaye du Trésor près d'Ecos. A remarquer, les autels latéraux et leurs retables et surtout le Christ bénissant de la fin du XIIIème siècle, au trumeau du Portail.

     

     

  • Villes de Normandie: Les Andelys

    par Thibault et Caroline

    La charmante cité des Andelys, à 90 km de Paris s'étire dans la vallée du Gambon avant de s'étaler le long des berges de la Seine, au creux d'une de ses plus belles boucles.


    Que convient-il d'admirer le plus: le prestige de son passé dont témoignent d'impérissables souvenirs, matérialisés dans la pierre, ou la douceur de son paysage, faite d'une rare harmonie de falaises crayeuses, d'immenses horizons, d'un ciel lumineux, d'un fleuve aux eaux chatoyantes où viennent se mirer des frondaisons centenaires?

    Question toute de rhétorique. Ceux qui connaissent Les Andelys le savent bien: la Nature et l'Histoire se donnent ici la main.

    Admirez au Grand-Andely, la Collégiale qui unit dans une étonnante diversité l'art gothique à la Renaissance; venez rêver devant la Fontaine Sainte-Clothilde où comme le veut une pieuse légende, l'épouse du premier roi chrétien des Francs changea l'eau vile en vin précieux; contemplez les grandioses vestiges du Château-Gaillard, haut lieu de l'histoire anglo-normande et de notre unité nationale d'où la vue s'étend à l'infini d'un panorama prestigieux.


    Au Petit-Andely, ne négligez pas l'église Saint-Sauveur, si simple et si parfaite dans sa rayonnante pureté qu'elle mériterait selon Monsieur le Chanoine Bretocq (sourcier des vierges du Vexin), le nom de « Sainte-Chapelle de Normandie »

    Où qu'on soit, l'esprit et les sens s'épanouissent à l'unisson dans notre vieille cité.

    Respectueuse du passé dont elle possède encore d'inestimables témoins, elle compte aussi sur l'avenir; elle s'y prépare. Parmi les visiteurs qui viennent aux Andelys, innombrables sont les touristes d'un jour; nombreux aussi sont ceux qui désirent y revenir et s'y fixer. Pourquoi n'y chercheraient-ils pas le repos?

  • Paysages des Andelys

  • Normandie: Photos des Andelys et de Gisors

    Bel ouvrage construit par notre bon Duc Richard Coeur-de-Lion en 1198, entre deux étripages pendant les croisades.

    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-5.JPG

    Le Donjon, tombé aux mains de Philippe II Auguste le 6 mars 1204, ô jour funeste qui marqua la fin de l'indépendance de la Normandie.



    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-4.JPG

    Le château-fort, non loin du confluent entre la Seine et l'Eure, contrôlait le trafic sur les deux cours d'eau.



    Les-Andelys---Ch--teau-Gaillard-9.JPG

    Mais il n'y a pas que Château-Gaillard aux Andelys. Par exemple, la collégiale Notre-Dame des Andelys, ancienne église Sainte-Clotilde :



    Intérieur majestueux



    Les-Andelys---Coll--giale-Notre-Dame-4.JPG

    et vitraux splendides, dédiés à Sainte Clotilde.



    Non loin des Andelys, il y a Gisors, et son château sur lequel flottent les deux léopards d'or. Ca classe tout de suite.



    Gisors---Ch--teau-1.JPG

    Et
    l'église Saint Gervais et Saint Protais (jumeaux de Saint Vital dans la Légende Dorée de Jacques de Varagine)



    Gisors---Eglise-Saints-Gervais-et-Protais-1.JPG