Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le phare

  • Culture de Normandie: Le Phare par Charles Frémine

    Pour un poète errant que l'avenir effare,

    Et qui songe à finir ses jours dans un couvent,

    Pour un rêveur, quel rêve! Être gardien d'un phare,

    Vivre sur un écueil, dans l'écume et le vent.

     

    Loin des villes de plâtre où l'ennui me talonne,

    Loger dans une tour de granit et de fer,

    Etre, comme un héros, l'hôte d'une colonne,

    Et la nuit, comme un astre, illuminer la mer.

     

    Au lieu des bois, des champs, des cités, des visages,

    Dont l'âge et les saisons altèrent le tableau,

    Contempler à loisir d'éternels paysages

    A jamais composés de ciel, de pierre et d'eau.

     

    Tourner le dos au monde, et hors de ma poitrine

    Chasser tout ce qui fut ma haine ou mon amour;

    N'avoir d'autre horizon que la houle marine,

    N'avoir d'autre souci que la couleur du jour.

     

    Prisonnier de l'abîme et des rochers qu'il cerne,

    Rêver, dormir, gardé par les flots verts ou noirs,

    Et n'oublier jamais d'allumer ma lanterne...

    Mais voilà bien l'ennui: l'allumer tous les soirs!