Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

langue normande

  • le mot normand: Danche

    Le mot normand « Danche » veut dire danse.

     

     

    A mord pus à la danche qu'à l'ouvrage.

     

    Dicton originaire de la ville de Fleury (anciennement ce village s'appelait : Allemagne) dans le Calvados

     

    «Prêtre qui danche ;

    Poule qui chante,

    Fille qui sait le latin,

    Font mauvais Fin. »  

  • Culture de Normandie: Dêcliève tes grands us, O Sion!

    Dêcliève tes grands us, O Sion!
    L'né est pouor dispathaître.
    Né v'chîn la mangnifique unnion
    d'la victînme et du prêtre.

    N'y'a d'aut' dé brûl'lie sus l'auté;
    par san grand sacrifice
    lé Fis du Bouôn Dgieu veint d'sarmer
    les armes d'la sainte justice.

    L'humbl'ye démouaîselle vait dans ch't êfant
    la divinnité même;
    et deux p'tites colombes coumme présent
    oulle offre à Dgieu suprême.

    À Siméon pathaît enfîn
    l'objet d'san pus long d'si;
    Anne, lyi, peut vaie l'êfant divîn
    et heutheuse peut mouothi.

    La méthe bénie, bein agenouoillie,
    l'adouothe sans d'viser mot:
    chutte Pathole, chu moussetchot si p'tit,
    né pâlant pon acouo.

    À té Glouaithe, oh Péthe êtèrnel!
    Glouaithe à té, Fis du Péthe!
    À té, Saint Esprit, glouaithe au ciel!
    Ichîn bas étout - glouaithe!

  • Quelques mots de Normand du Pays de Caux

     

     

    S'accouver = s'accroupir, comme une poule qui couve.

    Equilebourdi = ahuri ou stupéfait

    Défoutrâillai = débraillé, déguenillé

    Accranquai= courbaturé

    Vézillant= vif ou alerte.

    Ravisai = enfant né plusieurs années après ses frères et soeurs

    Cachart= rétif

    Ragache= hargneux, revêche

    Califourquet= entre-jambes

    Hibu= ébouriffé

    Piscantène= petit cidre léger (style Loïc Raison)

    Quiachon = dernier né

    Racrampi= déformé par la vieillesse ou les rhumatismes

    Souffrette = privation

    En Fé souffrette = manquer de quelque chose

    Tribouiller= mélanger, embrouiller les idées, les affaires, l'estomac.

    Racleux = violoniste du village

    Randouiller = bouillir à petit bouillon.

    Effoutarder= mettre en fuite, effaroucher.

    Appipoter = chercher à séduire.

    Carnafler = ronfler la bouche ouverte.

     

  • Culture de Normandie: Lé Cidre par Philippe Langlois


    Le vier Noué fut l'prumier homme
    Qui fit du vin de verjus;
    Mais nou n'sait pon qui d'la pomme
    Sut le prumi haller l'jus:
    La pere fournit un breuvage
    Qui s'il est bein apprêtè,
    Vrainment mérite un homage
    De quiconque l'a gouotè.

    Il y en a qui de la biere
    Font un grand cas comm' boisson;
    A d'autres ch'est de ll'iaue cllaire
    Qui donne satisfaction:
    De thé, d'café une tasse,
    Parfais une gorgie d'liqueu,
    Quand nou n'est pon bein dêlasse,
    Et vos ranime le coeu.

    Vive le jus de la vingne,
    Il est de toute saison,
    Mais le cidre est étou dingne
    De not respect comm' boisson,
    Par de bouan prè le champangne
    Peut fort bein êt'e remplléchi
    Et il y-a pus d'un ivrouangne
    Qui s'y trouvrait bein basqui.

    23/3/1872
    Le cidre n'est pas d'la pioche
    Quand il a 'tè souotirè,
    Qu'il est fait de poumme douoche,
    Et qu'il est bein apprêtè,
    I n'monte pas vite à la tête,
    Nou peut s'en désaltérer
    Sans pour chouna devnin bête,
    Coumme un anima rouoler.

    29/3/1872

  • Culture de Normandie:Le Meis de Mai par Philippe Langlois

    Philippe Langlois, 10 mai 1874. 


    Le meis de Mai, le meis de Mai,
    Y-a-t-i' un mais preferablle?
    Cllos et gardîn, côti et prè,
    Y-a-t-i' rein d'pus agriablle?
    Vive, vive le meis de Mai,
    Vive l'amour et la biautè.

    Le meis de Mai, le meis de Mai,
    Rêjouit toute la nature;
    Tout est charmant, tout est parfait,
    Tout à l'envi s'transfigure,
    Vive, vive le meis de Mai
    Meis remplli d'amour et d'attrait.

    Le meis de Mai, le meis de Mai,
    Comme est que tout se rêville;
    Tout est jouaie et gracieusetè,
    Tout dans sen pus be s'habille:
    Vive, vive le meis de Mai,
    Vive l'amour et la gaitè.

    Le meis de Mai, le meis de Mai,
    Est tout remplli d'esperance;
    Opres la fraid le biau solei,
    Opres le deu la rejouissance,
    Vive, vive le meis de Mai,
    De le rveir qui n'a le souhait?

  • Culture de Normandie: Poème "Lé solé rit"

    Lé solé rit - i' brait havo!
    I' codpîse les nouages hors d'sa vaie;
    Chu brûlon-chîn, est-i' un dro!
    Tchi graîsilyie dé feu qu'i' fait!

    Lé solé enfouangne coumme un fo.
    Si j'sommes touos haûdris - tch'est qu'en s'sait?
    I' fait du fanne en margalot
    à êbarboter d'même san grais.

    La tempéthatuthe prend lé vo.
    Nou s'dêfrâlîngue - i' n'fait pon fraid;
    les hardelles mettent lus pus bieaux fros;
    les hardgieaux mettent, ieux, lus courtes-braies.

    D'à haut l'arsion nos tchait sus l'co.
    Nou-s'en d'puthe, et l'solé nos vait.
    C'mînses et câsaques cliutées au dos,
    ch'n'est pon chennechîn l'temps tchi nos pliaît.

    Épis chu solé r'caûffe acouo,
    et j'en sommes êffeutchis d'un trait.
    Les achies d'plyie dans un grand d'so
    n'nos rafraîchithont d'aut' chu mais.

  • Culture de Normandie: A note éfant

     

    D’pis qu't'es parti d'cheu nous, ch'est triste.
    V'là bientôt eune annèye qu'tu nos a quittés pou aller aveuc ceusses qui parlent tout douchement aveuc l'accent et pis qui sont poussés pa un vent calme.
    Est tè qu'a voulu cha emprès qu't'es r'venu d'vacanches. T'avais qu'cha en têïte: quitte note biao pays pou aller au soleil. Est vrai itou que l'iaoe qui vos teumbe d'sus toute l'annèye est pin gai eune toute. On a beau aimer sa mé, san pé, sa famille, l'climat cha compte itou.
    T'as l'ai bié cotent su ta lette, est pépête pou nous rachurer. Enfin, si t'es cotent, tant mieux pour tè et pis là-bas tu vas toujou ête mouins fatillè, quatre heu d'travail par jou cha peut aller, cha tue pin san bonhomme, i faut bié avé un ptieu d'temps pour digérer l'pastis!
    La pétite qu'tu no pâle, est-i eune payse, où qu'tu l'as trachèye ! A deut ête toute bazanèye aveuc eune tignache toute noué. Enfin, est tè qui l'as choisie, pourvu qu'a t'rende hueux.
    V'là man gars, c'qu'on avait à t'die, la mé et tan pé, on pense bien à tè, on t'aime toujou autant, la vie cotinue, l'boulot cha manque pas, d'temps en temps un p'tieu d'bécane pou t'ni la forme...
    Des nouvelles du pays ? Bonnes pis mauvaises. C'mmenchons toujou pas les bonnes: l'équipe de foute caracole en têïte, à la cache, on a tiré six biaos lieuves en eune seule fais ! Tan cousin Hilaire est r'chu à san baccalauréat, qu'eu cerveau ! Les vésins ont gagné au loto, à c'qu'i paraît, une grosse somme, l'ergent va toujou à l'ergent !
    La pétite Denise qu'tu caôsais est partie itou vive en concubinage aveuc un horsain, mais a cotinue à v'ni vaie ses parents, l'gars à l'ai bié gentil.
    A c't'heu, les mauvaises nouvelles: l'pé Ulysse no a quittè à la suite d'eune chose qui y a passè pa la têïte, i s'est pris pou Tarzan mais la corde a t'nu bon.
    L'vésinage, à drète, toujou pin facile, oco, hié, i nos ont d'mandè d'couper eune branque d'note biao pommier, i paraîtrait qu'cha leu bouche la vue.
    I va faller oco r'vaie maître Duboc pou qu'i les r'mette dans l'dret qu'min !
    Et pis li, si on y disait eud démoli sa cabane à viax qui nos ombrage note belle véranda ?
    On a biao die, cha soulage d'caoser à s'n'éfant, mêïme quand il est louin d'cheu nous.
    Boujou à la pétite, ta mé et tan pé qui t'boujoutent fort.

  • Être plus fin que le cat qui le guette.

    Cette expression est attestée dans le Nord du Cotentin, l'est de l'Eure et l'ouest de l'Orne.  

    Le verbe guette en langue normande signifie simplement regarder et donc il n'a pas le même sens que dans la langue Française, où y a le sens de méfiance dans ce verbe. 

    On sait que le chat a plus d'un tour dans son sac et qu'en principe rien ne lui échappe. Et pourtant il existe des souris qui ont aussi plus d'un tour dans leur petit sac et qui réussissent à fausser compagnie au chat qui salive.

     

    Cette vérité est aussi applicable aux Hommes.

  • Culture de Normandie: Pêqueux d'mohues

    Anhuy, v'là la partance pou les grands bancs. Euj sommes eul quinze eud février, à çu matin, l'vent est sû, l'fond l'air est fraîche, l'a g'lè à glache!
    I faut vaie comme y en a d'la populace à Fécamp. Su les quais on s'écrase les galas. On vèye des ti z'éfants juqués sur z'épaules d'leu pé.
    Les bassins, est que des batiâs partout. Est grandiose, pis est biau. Un grand jou pou vaie s'n'aller les grands chalutiers.
    J'm'en vas vous caôser du « Saturnia », est su c'ti-là que j'avons mis man sac. Les matelots s'en sont v'nus aveu toute leu famille, même les grands-pés pis les grands-més, pis d'aôtes pou r'gaâder en curieux.
    No est tout cotent d'se r’trouver. V'là les ceusses de Sassetot, pis d'Saint-Martin-aux-Buneaux! Là-bas, est les Grecs, oco équilbourdis d'aver mal roupillè. No s'dit boujou, y en a même qui s'bécote itou, entre belle-soeu et bru.
    Pis les mousses, à leu premier viage, i z'ont d'la jappe.
    Là, est des nouveaux, queuqu'Bretons qu'ont fait leu preuve, sûr, à Saint-Malo.
    J'en vèye un d'cheu mè qui m'dit qu'on vient d'l'enrôler y a pas lotemps.
    Faut vos die qu'ch'est l'capitaine qui fait s'n'équipage. On navigue à chiquante-huit su ces rafiots-là.
    Est cheu li qu'cha s'passe, on discute pou eune demi-part, pou un quart de part: quate chens parts pou l'armateur, chent parts pou les marins, à li d'bien partager.
    Donc, c'ti-là s'en est v'nu pou vaie si qu'i érait pin oco eune plache pou un décolleux.
    L'cap'taine a dit:
    « Est de r'gret... »
    Sa bonne femme qui guettait pa la croisèye:
    « Nénesse, prends-en un d'pus, tu sais bien qu't'en perds toujou un ou deux tous z'ans ! ! »
    Est comme cha qu'i s'ra aveuc nos aôtes. C'que j'en dis, est-i vrai ou bin des ment'ries ? Bien savant c'ti-là qui l'sait !
    La tite coupée par oyou qu'on monte à bord est ras pleine. Gaffe de pin s'foute bas! D'pin teumber à la patouille! En v'là qui montent aveuc leu z'affutiâs, leu grande pouquée qu'est tout leu quintin ; pis d'aôtes qui d'chendent pour die oco un boujou à leu poulot.
    Les causses arrivés avant z'aôtes s'en viennent qu'ri la meilleue banette dans l'poste à tribord, sous l'gaillard d'avant là où i vont s'doulaïser, si on peut die, quand i éra pin trop d'pesson ou pa les grosses piaules quand on s'ra sous cape. Y a des caillebottes tout neufs, l'vaigrâge est tout rapetassé oyou que j'vas crocher man cirage et man suroit.
    L'bassin est un sas, on entre et on sort à marée haute ; v'là qu'on a ouvert les portes! La qu'minèye déboucane, les mécanos ont lancè leu diésel ; larguez les amarres! Chouque pou les r’monter et bien les lover.
    Pis on s'déhale, no v'là partis pou au moins trois mouès. Dehors, y a un gros clapot, on s'ra vite amarinés.
    Tout l'biau monde s'encoure pou nous vaie passer les digues et nous fé du bras.
    « Agite eul batè que l'moucheux i s'envole! »
    Ma mé m'avait dit:
    « Faut-i ête fô à lier pou s'n'aller pêquer su des p'tits mouille-culs comme cha! »

  • Culture de Normandie: L’laboureux et ses éfants

    Un fermier qu'avait des sous, no peut die qu'il était à s'n'aïse, véyait bié qu'ses éfants n'en foutaient pin eune ramée: caleux comme des quin's d'cuè !
    V'là qu'i s'entit un ptieu malaise : « pétête bié que j'sommes au bout du qu'min, cha va ête l'heu que j'causions à mes éfants ».
    I dit à san vesin d'aller les qu'ri pou qu'i sèyent au pièd d'san lit.
    «Mes éfants, qu'i leu dit, i va fallé qu'vous r’troussiez vos manches, a' c't'heu, fini de s'doulaiser. Man pé, pis san pé ont camuchè queuqu'part eune pouquette pleine de sous. I va fallé la qu'ri, aussi faut pas avé pue d'la tracher en ratournant la terre aussi profont qu'no peut ».
    Pis, su ces mots, i ferma sa calboune, il est allé vaie si l'cu'è avait pin menti en li disant que l'Bon Dieu i f'rait eune tite plache dans san paradis.
    « L'pé nos a dit d'pin vende l'héritage, i va fallé tracher oyou qu'est muchè san trésor ».
    Emprès l'moissonnage, i z'ont tournè, boulè, ratournè, pis oco prins l'louchet pou qu'au bout d'leu peïne, bernique, fi de trésor! Mais quand i z'ont battu à la mécanique, est cheu eux qu'y avait l'pus biao froment, les bettes étaient grosses commes des citrouilles, l'cossard jaune comme l'or!
    I z'ont dit alors: «Est tout d'mêïme bié de s'ête courbattus, d'avé trimè comme des manants, note ouvrage nos a rapportè bié des avantages ».