Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

langue française

  • La culture Normande a joué un rôle dans la culture française

    21568_1374358958066_1204581187_1134761_6141907_n.jpgpar Marc

    La culture normande a joué un rôle capital dans la formation de la culture française comme de la culture anglaise, d'ailleurs. Elle possède, sans aucun doute, une vocation d'universalisme qui lui vient de ses origines ethniques. La Normandie, depuis le Xème siècle, date de la formation du Duché, jusqu'au XVIIème siècle, époque de la centralisation Louis-quatorzième, a su développer une culture originale, proche, mais distincte, de la culture française proprement dite. Elle a été une cellule culturelle primordiale de l'Europe au temps de sa splendeur. Cette vitalité provenait des caractères spécifiques de la nation normande : plongeant ses racines dans un substrat germanique et celtique, volontairement tournés vers la mer, très fortement influencée par la mentalité nordique. La culture normande fut longtemps originale dans ses créations et dans ses thèmes. Elle conserve un esprit particulier, reflet de sa conception du monde, jusqu'au moment où Paris, par sa puissance économique et politique, l'intégra totalement dans son orbite culturelle.

  • Ecrivains de Normandie: Alexandre de Bernay

    Les premiers poèmes d'Alexandre de Bernay parurent à l'occasion de la paix de Chinon, le 18 septembre 1214. Cette paix consacrait les victoires du Roi de France, Philippe II Auguste, valait bien quelques poèmes, et l'histoire de la littérature aurait aussitôt oublié cet obscur trouvère né à Bernay en 1150, s'il n'avait été le père du vers de douze syllabes.

    L'alexandrin qu'immortalisera plus tard l'autre écrivain normand Corneille.


    C'est en s'attelant avec Lambert Le Tort à un monumental poème épique de 17 952 vers, Le Roman d'Alexandre, que notre trouvère Normand inventa ou du moins introduisit dans ce qui était déjà la langue française, le vers de douze pieds.


    Plus tard, on appela cette merveilleuse machine à scander la tragédie, l'Alexandrin.